Recherche

Chargement...

28 mai 2016

La Terre en colère

Quand la nature se déchaîne, les conséquences sont spectaculaires et parfois dramatiques. Ces documentaires vont vous emmener au coeur de ces phénomènes climatiques exceptionnels qui frappent notre planète, illustrés par des images d'archives étonnantes. Vous allez découvrir les mécanismes déclencheurs de ces catastrophes naturelles et voir quels sont les moyens dont nous disposons aujourd'hui pour les détecter et mettre en alerte les populations. Des éruptions volcaniques qui peuvent parfois déclencher un tsunami au spectacle grandiose d'une mer déchaînée qui annonce la tempête, des inondations gigantesques déclenchées par l'ouragan Katrina à la foudre qui peut s'abattre partout sur Terre, nous devons admettre que nous vivons sur une planète en ébullition.

NO COMMENT - On the Way of Storms

Avec ce document, 100% faits réels, embarquez dans une aventure en compagnie de nos trois traqueurs d'orages belges et observez avec eux l'évolution des orages au sein de la légendaire Tornado Alley. Avec le son d'ambiance comme unique voix-off, vous serez plongez dans le monde des orages américains comme si vous y étiez. Mais attention, si au départ, la quête semblera exempte de dangers, certaines prévisions alarmantes annoncent des événements peu rassurant... Etes-vous prêt pour l'Outbreak ?



NOTE : Il est recommandé d'activer le sous-titrage en français et les annotations - Attention les yeux, ça flashe un max !

27 mai 2016

L'heure de vérité pour l'économie mondiale à deux doigts d'imploser

Alors que nous sommes maintenant au second trimestre de l’année 2016 après un début d’année mouvementé sur les marchés financiers, aujourd’hui l’homme qui est devenu une légende pour ses anticipations de QE, dans les fluctuations des devises et sur des événements mondiaux majeurs vient d’avertir KWN sur le fait que l’heure de vérité approche tout en prévenant que l’effondrement mondial sera effroyable

Egon von Greyerz fondateur de Matterhorn Asset Management & Gold Switzerland met en garde : l’heure de vérité approche et l’effondrement mondial sera effroyable !

Egon von Greyerz : "Les investisseurs du monde entier ignorent totalement ce qui va les frapper dans les mois et les années à venir. Pratiquement personne ne comprend vraiment ni ne pèse réellement les risques actuels dans le monde. Moins de 0,5% des investisseurs se sont protégés contre la destruction totale de leurs actifs financiers…"

Bien sûr, il est merveilleux de vivre au paradis et d’être totalement séduit par les énormes injections de crédit et par l’impression monétaire des gouvernements, afin d’accéder au bonheur et à la richesse éternelle. Beaucoup d’entre nous vivent dans un monde imaginaire où le fait de travailler ou non n’a pas d’importance. S’il n’y a pas assez de pognon, votre gouvernement émettra des bons alimentaires, subventionnera votre loyer ou vous aidera à acheter votre dernière voiture à crédit. Si le gouvernement n’a plus d’argent, il peut toujours imprimer un peu plus de billets. Il n’y a aucune limite à l’impression monétaire, on peut en émettre des millions de milliards avec l’aide d’ordinateurs. C’est le merveilleux cercle vertueux keynésien des déficits budgétaires sans limite et de la dette illimitée. Comme au paradis, tout continuera éternellement – Enfin, c’est ce que Krugman et les banquiers centraux croient.

Personne ne veut jamais prendre en compte la réalité des faits. Ce serait une véritable erreur de ne pas le faire. Le fait que le Japon soit un cas désespéré n’a pas d’importance. Le gouvernement achète toute la dette qui est actuellement émise. Il détiendra bientôt plus de 50% de la totalité de la dette qu’il a émis. C’est le parfait exemple du mouvement perpétuel. Imprimer plus de la moitié des dépenses du gouvernement chaque année et plus si nécessaire. Il demeure donc inutile de percevoir des taxes. C’est juste devenu un non sens administratif. On peut encore faire mieux, en imprimant l’intégralité de l’argent que le pays dépense. De cette façon, les gens pourront cesser de travailler et tout simplement profiter de la vie.

L’heure de vérité approche pour le Japon

japanAvec une dette publique qui représente 260% du PIB, il est évident que le Japon ne remboursera jamais cette dette. Le fait que la population active diminuera de 40% au cours des 40 prochaines années garantit que la dette va croître de façon exponentielle jusqu’à ce que le yen et l’économie japonaise s’effondre pour disparaître corps et bien dans le Pacifique. Dans leur chute, ils se débarrasseront de plus 1 trillion de dollars de bons du Trésor américains et auront un rôle dans l’implosion de la dette mondiale. Mais pourquoi devrions-nous nous inquiéter du fait que la quatrième plus grande économie au monde va revenir à l’âge de pierre. Ou devrions-nous plutôt nous en préoccuper ?

Et la Chine

Mais…le miracle économique chinois va certainement sauver le monde, n’est-ce pas ? Eh bien, les Chinois sont très habiles à copier toutes les choses que nous fabriquons en Occident, quelles soient bonnes ou mauvaises. Ils copient tous les produits que l’Occident a inventé, à un prix défiant tout concurrence et inonde l’Occident avec leurs marchandises que nous achetons à crédit. Le dilemme est que la Chine pensait aussi être arrivé au paradis et que cela durerait éternellement. Donc, dans ce siècle , ils ont acheté toutes les matières premières que le monde pouvait produire créant de fait, une énorme bulle sur les marchés émergents. Ils ont également investi massivement dans leur capacité de production et les infrastructures. Ce surinvestissement a conduit à une augmentation de la dette chinoise qui est passée de 2 trillions à 30 trillions de dollars.

Alors maintenant…oui, la Chine a l’infrastructure et des villes fantômes qui ne servent à rien… Eh oui, ils ont aussi une capacité de production extraordinaire. Mais aujourd’hui, le monde ne peut plus acheter ces produits qui permettraient à l’économie chinoise de survivre. Les délais de paiement des entreprises chinoises s’allongent et dépassent 6 mois maintenant. La finance de l’ombre "made in China" à un poids conséquent et comporte des investissements de mauvaises qualités ainsi que de mauvaises créances et cela conduira à des défauts massifs. En plus de tout cela, la démographie chinoise est à peine meilleure que celle du Japon mais elle connaîtra également un déclin rapide de sa population qui ne pourra jamais rembourser la dette. Comme le système financier chinois va imploser, la Chine se débarrassera elle aussi, de ses 1,2 trillion de dollars de bons du Trésor américains.

La Deutsche Bank et l’Europe vont également s’effondrer

Alors que dire de la politique de Draghi ? Eh bien, nous savons que le système bancaire en Grèce, en Italie, en Espagne et au Portugal est en faillite. Mais les banques en France, au Royaume-Uni, et en Allemagne ne se portent pas vraiment mieux. La Deutsche Bank est trop grosse pour l’Allemagne. Son exposition sur les produits dérivés sans valeur équivaut à 25 fois le PIB allemand. C’est la raison pour laquelle la BCE fait tourner la planche à billets en imprimant toujours plus d’argent afin d’essayer de maintenir les banques debout pendant encore quelques mois. Mais c’est une course contre le montre que la BCE est sûr de perdre. Et il ne faudra pas attendre bien longtemps avant que les bureaucrates non élus à Bruxelles perdent leurs énormes avantages, revenus et que leur mégalomaniaque projet d’union européenne s’effondre.

Et que dire d’Obama ou même de Janet Yellen ? Eh bien, ils sont tous les deux très inquiets puisqu’ils tiennent des réunions secrètes. Ils savent tous les deux que le monde ainsi que l’économie des États-Unis sont dans un tel désordre et dans une situation si désastreuse qu’aucun retour en arrière n’est possible. Avec un réel taux de chômage de 23%, une baisse des salaires depuis 40 ans, 50 millions de personnes qui font la queue devant les banques alimentaires(soupe populaire), et une dette qui croit exponentiellement, ils ont bien raison de s’inquiéter.

Et pour les États-Unis – Le plus spectaculaire défaut souverain de toute l’histoire

Depuis 1982, plus de 1 dollar d’endettement était nécessaire pour créer une croissance du PIB de 1 dollar. Dorénavant, 3 dollars d’endettement sont nécessaires pour produire une croissance du PIB de 1 dollar. En termes économiques, on appelle cela, la loi des rendements décroissants. Pour être clair, l’économie américaine est en perdition. Si ce pays qui est le plus endetté au monde est encore debout aujourd’hui, cela tient uniquement au fait que le dollar soit la monnaie de réserve mondiale.

L’Amérique est aussi un pays qui n’a pas eu un seul excédent budgétaire réel depuis 1960. Ce pays vit sur du temps emprunté, surtout depuis que les dettes augmentent de façon exponentielle. Le peuple américain ne pourra jamais rembourser ou honorer les 300.000 milliards de dollars du passif total (passif non capitalisé inclus). Cela signifie que chaque Américain est redevable d’un million de dollars. Comme le Japon, la Chine, l’Arabie Saoudite et la Russie vendent leurs bons du trésor américains, les Etats-Unis n’auront aucun moyen de s’en sortir… Ce sera le plus spectaculaire défaut souverain que le monde n’a jamais connu.

Protégez-vous et votre famille de l’effondrement imminent

Pour en revenir aux risques, il est absolument incroyable de constater que les investisseurs ne comprennent pas les conséquences des risques que je viens d’évoquer précédemment. Mais les risques que je viens d’évoquer dans cet article ne représentent que la partie émergée de l’iceberg car ce qui est au-dessous est terrible. Les conséquences de tous ces risques sont impossibles à mesurer. Mais il est clair que le monde sera très différent une fois que l’avalanche financière, économique et sociale se sera déclenchée.

Il ne sera pas facile de se protéger contre tous ces risques, mais pour les rares personnes qui ont encore des économies, il est encore temps d’acheter une assurance sous la forme d’or et d’argent physique qui doivent naturellement être stockés à l’extérieur du système financier.

Egon von Greyerz : "L’économie mondiale a véritablement commencé à décliner en 2006, mais à l’aide de programmes d’impressions monétaires massifs sur toute la planète et de crédit, le monde a bénéficié d’un moment de répit. Mais les effets de toute cette création monétaire qui ne repose sur rien est en train de toucher à sa fin…"

A quoi les banquiers centraux s’attendaient-ils ?

Imprimer de l’argent qui n’a absolument aucune valeur à part le prix du papier sur lequel il a été imprimé ou prêter de l’argent qui n’existe pas, ne créera jamais de richesse ni ne sauvera personne. Le ralentissement économique va bientôt commencer à s’accélérer et nous conduira à une défaillance totale du système financier et à des défauts souverains.

Mais personne ne devrait croire qu’une implosion soudaine ou qu’un nouveau départ résoudra ou changera tout. Au lieu de ça, nous allons assister à un processus où les choses vont se détériorer très rapidement mais sans qu’un quelconque événement puisse changer la donne du jour au lendemain.

Guerre des monnaies et faillite du système bancaire

La guerre des monnaies

Beaucoup d’événements se produisent autour de nous actuellement et n’ont rien d’anodin. Observons quelques exemples des tensions au sein du système bancaire. La BCE est confrontée à des faillites bancaires dans presque tous les pays membres de la zone Euro. Une banque autrichienne vient de vivre un plan de sauvetage interne et l’ensemble du système bancaire italien est au le bord de l’effondrement. Les banques grecques sont déjà en faillite, bien que personne n’ose le déclarer officiellement. La BCE sait qu’il n’ont plus qu’un seul outil leur permettant de reporter temporairement un effondrement du système bancaire européen en augmentant encore son programme d’impression monétaire.

Le bilan de la BCE a explosé de 45% à 3 trillions d’euros sur les 15 derniers mois. La Bundesbank, la banque centrale allemande, est tout à fait consciente de la situation des banques européennes. Mais elle sait qu’elle sera tenue pour responsable de l’ensemble de l’argent imprimé par la BCE et par conséquent, elle aurait indiqué qu’elle poursuivrait la BCE si cette dernière décidait d’accélérer l’impression monétaire.

Le montant astronomique des produits dérivés (Warrants) pourrait imploser

La Réserve fédérale ne fait pas tourner la planche à billets actuellement, mais à mon avis, ce n’est plus qu’une question de temps avant de voir un énorme programme de QE aux Etats-Unis du fait d’une détérioration de l’économie et d’un système financier sous pression. Aux Etats-Unis, les produits dérivés en circulation sont d’au moins 500 trillions de dollars et la quasi-totalité implosera lorsque les contreparties viendront à faire défaillance. La Réserve fédérale et la FDIC sont préoccupées par cette situation et c’est la raison pour laquelle, elle viennent d’émettre un avertissement aux banques américaines. Elles viennent d’indiquer à la JP Morgan, par exemple, qu’elle n’est pas préparée à faire face à une crise et qu’elle ne propose aucune solution pour réduire progressivement sa position sur les produits dérivés. L’exposition sur les produits dérivés de la JP Morgan, correctement évaluée, est susceptible d’être supérieur à 100 trillions de dollars.

L’autre problème majeur des États-Unis est le marché des bons du trésor américains. La dette publique américaine est de 19.200 milliards de dollars. De ce montant, 6,2 trillions sont détenus par des étrangers. La Chine et le Japon détiennent à eux deux environ 4,5 trillions de dollars. Le troisième plus grand détenteur de la dette américaine est l’Arabie Saoudite avec 750 milliards de dollars. Et l’Arabie Saoudite a menacé de liquider ces bons du trésor américains si les États-Unis enquêtaient sur le rôle de l’Arabie saoudite dans les attentats du 11 Septembre 2001. Mais l’Arabie Saoudite n’est pas le seul pays qui pourrait provoquer un chaos sur le marché des bons du Trésor américains.

Le Japon va bientôt avoir besoin de vendre ses bons du Trésor américains pour pouvoir juste survivre un peu plus longtemps. Et la Chine est également sous pression, elle doit réduire de plus de 30 trillions de dollars sa dette, qui n’était que 2 trillions de dollars en 2000. De nombreux observateurs diront que ces pays vont se tirer une balle dans le pied si elles se débarrassent de leurs bons du trésor américains en provoquant un énorme effondrement du marché des bons du trésor américains. Il est parfaitement vrai que le marché des bons du trésor américains est l’une des plus grandes bulles sur les marchés aujourd’hui, d’autant plus que les États-Unis ne rembourseront jamais cette dette.

Tout est sur le point de s’effondrer

Les grands détenteurs étrangers sont bien sûr conscients du fait qu’ils ne seront jamais remboursés avec de l’argent sonnant et trébuchant. Ils savent aussi que le dollar est massivement surévalué et qu’il susceptible de baisser significativement. Donc, que leurs ventes aient lieu aujourd’hui, ce qui exerce une pression à la baisse des prix, ou attendre jusqu’à ce que les bons du Trésor et le dollar deviennent sans valeur, c’est l’un de ces choix qui seront toujours perdant-perdant. Le premier choix paraît plus avantageux, d’autant plus que le seul acheteur est le gouvernement des Etats-Unis, qui essaiera clairement de contrôler la première vente effectuée par un pays avec un peu plus d’impression monétaire. Mais par la suite, tout s’effondrera et il sera trop tard.

Le Japon est dans une sale situation aussi. La Banque du Japon, en 2017, possédera la moitié de toutes les obligations du gouvernement japonais et ce seuil augmentera à 60% en 2018. Comment ce pays peut-il croire que son économie survivra ? Ils impriment des quantités illimitées de papier sans valeur sans que cela ait le moindre effet bénéfique sur l’économie. Je l’ai déjà dit et je le répète, l’économie japonaise va sombrer dans le Pacifique dans la plus gigantesque faillite.

L’or, un placement d’avenir

Donc, la plupart des banques centrales et des gouvernements souverains sont pratiquement en faillite, ainsi que les banques commerciales. C’est ce que nous indiquent clairement le cours de leurs actions. Les actions de la plupart des grandes banques sont en baisse entre 75% et 90% depuis 2007. Celle de la Deutsche Bank est en baisse de 87% et de la Citi de 92% , tandis que Credit Suisse et Barclays ne baissent que de seulement 78% ! Les chutes massives du cours des actions de toutes les grandes banques nous indiquent clairement que ces banques ont peu de chances de survivre .

Si nous regardons les bénéfices des entreprises au niveau mondial, ils sont en baisse de 20% sur les marchés matures et de 25% sur les marchés émergents depuis 2014. Et jusqu’à présent, les faillites d’entreprise totalisent 50 milliards en 2016, le pire niveau que l’on ait vu depuis 2009.

Tout ceci se passe nous nos yeux actuellement. Vous ne devez pas attendre un événement majeur pour réagir, car l’effondrement se déroulera via toute une succession d’événements comme je viens de l’expliquer, et cela a déjà commencé. L’or physique et l’ argent physique doivent être achetés pour vous garantir contre tous les risques dont je vous ai parlé précédemment. Les métaux ne devraient pas être achetés à des fins spéculatives, mais comme une assurance contre une potentielle destruction totale des actifs traditionnels comme les actions, les obligations et les biens…

Article traduit sur KWN

25 mai 2016

FLASH - Radiographie d'une guerre civile imminente en France


CECI EST UN AVERTISSEMENT ! Les manifestations se multiplient, les voitures et lieux publics brûlent, les permanences du PS sont détruits, les forces de l’ordre et commissariats sont attaquées, le paysage urbain est devenu un vrai terrain miné. A savoir également, les quartiers difficiles et certaines villes sont devenus des bombes à retardement en puissance. Préparez-vous, la guerre civile va bientôt démarrer ! Apres + de 40 ans de laxisme, voilà le résultat. La France va sombrer dans le chaos ! 

Une situation de pré-guerre civile s’installe en France. Bien sûr, les politiques et les médias feignent, une fois de plus, de ne rien voir, rien entendre. Les militaires hauts gradés qui alertent sur la vulnérabilité de la nation et sur la détermination de l’ennemi intérieur sont priés de la boucler, par un pouvoir qui jure que "ça va mieux". Les policiers qui manifestent, ce mercredi, sonnent une même alarme. Elle ne semble pas devoir être entendue davantage. Pourtant, que disent-ils ? Qu’ils n’ont jamais vu un tel degré de haine et de violence contre les forces de l’ordre. Ce ne sont plus les CRS qui mènent les assauts, mais les casseurs qui veulent tuer du flic. A Nantes, où un policier a échappé de peu à un lynchage fatal, un officier de police assure que lors de chaque manifestation, les forces de sécurité doivent faire usage de 400 à 1000 "grenades de désenclavement", afin de briser les encerclements dont ils sont eux-mêmes les victimes. 350 policiers et gendarmes ont été blessés ces deux derniers mois, lors des protestations contre la loi travail. Alors que la France est prétendument en état d’urgence, le gouvernement se comporte comme s’il ne voulait pas mesurer les tensions qui s’avivent. Elles sont portées par l’extrême gauche et des syndicats qui, comme la CGT, se radicalisent. Dans Le Figaro du 12 mai, un spécialiste de l’ordre public remarquait aussi que les groupes politiques à la manœuvre phagocytaient désormais avec une facilité déconcertante les milieux étudiants mais aussi les jeunes venus des cités qui, jusqu’alors, n’apparaissaient qu’en fin de cortège pour "dépouiller". "Jamais nous n’avions vu une telle collusion assumée".

Ce qui se dévoile progressivement est ce que j’annonce dans "La guerre civile qui vient" : la contestation violente du modèle de société occidentale, capitaliste et libérale. Le rejet est porté en commun par la gauche radicalisée et par l’islam politique, qui fait passer le musulman pour le nouveau damné de la terre. Cet islam révolutionnaire s’est déjà introduit dans de nombreux syndicats. Il apporte une force conquérante inédite et potentiellement brutale. Il s’est immiscé également dans les rangs de Nuit debout, à travers la défense de la cause palestinienne et le boycott d’Israël (mouvement BDS). Les convergences que cette mobilisation, fixée sur la place de la République à Paris, tente d’établir avec les cités entrent dans la perspective d’un front uni contre le pouvoir affaibli. C’est le gourou de Nuit debout, Frédéric Lordon, qui a assuré dernièrement : "Nous ne sommes pas là pour être amis avec tout le monde et nous n’apportons pas la paix. Nous n’avons aucun projet d’unanimité démocratique". Ce mercredi, la contre-manifestation organisée par le collectif "Urgence, notre police assassine" a été annulée par la préfecture. Amal Bentounsi, sa fondatrice, s’en insurge : "Les violences policières ne viennent pas d’être inventées. Les quartiers ont servi de laboratoire à ce qui est étendu aux manifestants aujourd’hui". La guerre civile est déjà dans les esprits des islamo-gauchistes et de leurs collaborateurs (autrement dit, le PS est un parti pro-islamique), qui se disent en légitime défense face à la police criminelle. Cette même police est applaudie par une majorité de Français, pour sa vaillance lors des derniers attentats islamistes.



La pré-guerre civile en France dont il est interdit de parler

Mardi dernier, à Nantes, un policier a été projeté au sol par les émeutiers qui lui ont enlevé son casque et l’ont battu à la tête à l’aide de barres de fer. Le gardien de la paix a été grièvement blessé lors de cette agression, et, selon les badauds et les commerçants présents alentours, s’il n’avait pas été secouru par ses camarades ainsi que par quelques volontaires spontanés, il ne fait aucun doute qu’à l’heure actuelle, il serait mort.

Les medias tricolores ont globalement commenté cet épisode des violences qui secouent leur pays sans interruptions, mais ils s’efforcent d’isoler et de minimiser l’étendue et la dureté des affrontements, comme nous l’explique Damien.

Damien, c’est cet officier de police qui nous avait informés à l’occasion du déraillement de Brétigny-sur-Orge, en juillet 2013, et qui avait permis au public de savoir ce qui s’était réellement passé sur les lieux de l’accident, notamment au sujet du pillage des blessés et des cadavres, et des affrontements entre les individus issus des banlieues et la police.

A l’instar de ses camarades, Damien est écœuré par le traitement biaisé de l’information. Il nous confie que, dans la seule ville de Nantes, lors de chaque "manifestation", les forces de sécurité doivent faire usage de 400 à 1 000 "grenades de désenclavement". "Ce sont des projectiles qui, comme leur nom l’indique, sont utilisés par les policiers afin de briser un encerclement dont ils sont victimes, et auxquels ils n’ont recours que lorsque leur intégrité physique est compromise.

Si nous ne disposions pas de ces grenades", poursuit notre interlocuteur, "des gardiens de la paix auraient été tués". Puis il termine en expliquant que "1 000 grenades de ce type en une seule journée constitue un nombre énorme qui permet d’évaluer la dimension et la violence des heurts, que l’on cache délibérément au public, de même que l’étendue territoriale du mouvement et les bilans matériel et pécuniaire des dégâts".

Nantes est effectivement un point rouge sur la carte des émeutes, mais toute la France est touchée. Des confrontations du même genre ont lieu chaque semaine à Paris, Marseille, Grenoble, Bordeaux, Toulouse, Dijon et Rennes, à Metz et à Strasbourg, pour ne parler que de ces métropoles.

Le ministère de l’Intérieur et l’ensemble des medias ne publient que des bilans partiels et, partant, illisibles pour permettre de saisir l’étendue du phénomène. Dans les livraisons des quotidiens nationaux, il arrive le plus fréquemment que l’on ne mentionne absolument pas ces altercations, même si elles se sont déroulées dans la ville où ces confrères sont installés, et mêmes si elles ont fait des dizaines de blessés et pour des millions d’euros de dommages au bien public et aux commerces.

Dans un article de mardi paru dans Le Monde, le journaliste Adrien Sénécat se contente de contester les chiffres des blessés et des dégradations articulés par Christian Estrosi, député des Alpes Maritime, Président du Conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur et Maire de Nice.

Pour Sénécat, l’essentiel est qu’Estrosi exagère, que ce ne sont pas 400 policiers qui ont été blessés depuis le "commencement du mouvement", mais 230, au 1er mai. Damien pose la question : "Ce journaliste se rend-il compte de ce que signifie ce chiffre de 230 collègues blessés ? De ce qu’il représente en matière de volume de violence et de souffrances ?".

De plus, les chiffres qui courent parmi les syndicats et association policiers, qui sont, en principe les premiers informés, font état de 311 gardiens de la paix blessés et ayant dû recevoir des soins hospitaliers, ainsi que de 111 autres, plus légèrement atteints, mais dont la plupart a justifié des arrêts de travail.

"C’est énorme !", s’exclame l’officier, "cela fait penser aux chiffres d’un conflit armé". S’agit-il effectivement d’un conflit armé, rebondis-je ? "Non", répond mon interlocuteur, "pour la raison que les émeutiers n’utilisent pas d’armes de guerre, pour le moment en tout cas, mais ils nous lancent des pavés, des barres de fer et des bouteilles, qui sont également capables de tuer quelqu’un".

La presse française parle de quelques centaines de "casseurs" dissimulés dans les manifestations qui seraient responsables des troubles, est-ce aussi votre sentiment ? Damien trépigne légèrement : "Pensez-vous vraiment que quelques centaines de casseurs au total pourraient blesser 400 policiers et membres des forces spéciales ? C’est plus qu’une plaisanterie médiatique de mauvais goût, c’est l’un des artifices destinés à flouter la réalité aux yeux des Français. En réalité, il existe des noyaux durs dans les manifs, qui se dissimulent au cœur du cortège, ils disposent de cagoules et de divers projectiles sur eux. A l’approche des forces de l’ordre, ils les agressent, mais, ce qu’il faut dire, c’est que beaucoup des autres participants les suivent et prennent part aux violences et aux dégradations. Les durs jouent le rôle de détonateurs, mais les gens qui participent à ces défilés savent pertinemment comment ils risquent de se terminer. Une personne qui n’a pas l’intention d’en découdre ne se mêlera pas à ces manifestations".

Existe-t-il un danger pour que ces désordres dégénèrent en guerre civile ? "A mon sens, nous nous trouvons dans une situation de pré ou de para-guerre civile, ce qui ne signifie pas qu’elle risque de menacer la survie de l’Etat. Ce, même si les violences sont désormais attisées par des personnalités politiques, tels qu’Olivier Besancenot et Jean-Luc Mélenchon, et des organisations syndicales, comme la CGT. Ce qu’ils veulent c’est créer un climat d’insécurité permanente pour affecter les prochaines consultations électorales et influer sur le déroulement du débat démocratique à l’Assemblée. Le problème se pose sur la durée", détaille Damien, "l’équation se base sur deux données : la hauteur de la flamme et la durée de la contestation. La question fondamentale s’inscrit en ces termes : combien de temps le pays peut-il respirer alors qu’un demi-million de personnes sont mobilisées par intermittence afin de l’empêcher de fonctionner, que des centaines de véhicules privés sont incendiés, des dizaines de véhicules de police dégradés, des centaines de commerces saccagés ou barricadés, incapables de se sustenter normalement, et des dommages de l’ordre de dizaines de millions d’euros infligés à la propriété publique et privée ?

Le vrai risque consiste à ce que le désordre actuel se pérennise et qu’il franchisse encore quelques crans dans la violence. A ce rythme, la paix et l’ordre sociaux sont effectivement menacés et la situation risque de devenir incontrôlable. D’ailleurs, à mon avis, dans certaines circonstances et dans certains lieux, elle est déjà incontrôlable".

Pourquoi, d’après vous, les media nationaux ne couvrent-ils pas correctement les avatars de ce soulèvement ? "On nous a dit, de même qu’aux journalistes, que si on accordait à ce mouvement la place qui est la sienne dans l’information, cela ferait boule de neige et cela encouragerait des centaines de milliers d’autres individus à participer à l’affrontement. On nous demande également de faire preuve de la plus grande restreinte dans nos répliques, en invoquant la même raison. Un responsable politique a dit à un groupe de nos officiers, que si, par malheur, un émeutier était tué, dès le lendemain et pour plusieurs jours, quelles que soient nos justifications, la France brûlerait".

Et vous pensez quoi de ces directives ? "Nous pensons, dans la police, que cela ne fait que retarder l’échéance, en donnant aux formations politiques impliquées dans la violence l’occasion de rameuter des renforts en touchant des catégories de personnes qui ne sont toujours pas complètement impliquées dans le mouvement. Nous pensons, qu’avec le niveau de violence auquel nous avons à faire face, et malgré tous nos efforts, il n’est pas exclu que l’irréparable survienne, d’un côté ou de l’autre. Nous pensons que le travail d’un policier est de maintenir l’ordre et de protéger les citoyens, et que le travail d’un media consiste à informer ses clients et non à préjuger des réactions des uns ou des autres en fonction des orientations du pouvoir politique. Et nous pensons qu’il est périlleux, chacun dans son domaine, de sortir de nos attributions. Nous pensons, surtout, que nous, les policiers et les gendarmes servons de paravent aux politiciens, qui nous jettent à leur place dans la fosse aux lions pour représenter le gouvernement face aux émeutiers à leur place ; et que cela dépasse notre fonction, que notre tâche n’est pas celle de boucs émissaires".

Quelles sont les revendications du mouvement ? "Officiellement, c’est la révolte contre la nouvelle loi du travail, thème auquel viennent s’ajouter des conflits locaux ou régionaux. Mais, en fait, nous affrontons des gens qui veulent provoquer un changement global par la force, et qui utilisent la Loi El Khomri comme signal de ralliement, comme plus petit dénominateur commun, et comme justificatif à la violence. Quel rapport existe-t-il entre le rejet de la Loi Khomri et frapper au visage un agent au sol avec des barres de fer ?".

Les banlieues participent-elles au mouvement ? "Moins au niveau des revendications, plus à celui des affrontements. Il existe beaucoup d’individus issus de l’immigration parmi ceux qui nous agressent, et l’on entend fréquemment le cri d’ "Allahou Akbar", ainsi que, moins souvent, des insultes contre la France ou contre les Juifs au cours des échauffourées. Autrement dit, les cités sensibles s'équipent massivement de fusils d'assaut de type Kalachnikov pour se préparer à la guerre, commettre des attentats et de massacrer des civils ! Aussi, des propos haineux très virulents faisant l'apologie du terrorisme et des appels à commettre des massacres de masse se multiplient sur les réseaux sociaux. Suivant les villes, il y a un nombre au moins égal de Français d’origine entre les violents."

Damien, je vous trouve très lucide dans votre commentaire qui est remarquablement posé relativement à la situation que vous subissez, que nous vaut cette réserve ?

"La recherche d’efficacité. Hurler ne sert à rien, il est préférable de se faire entendre. De plus, nous sommes français, nous aimons notre pays et nous comptons bien le défendre, et non pas l’enfoncer davantage en adoptant une démarche dévastatrice. Nous sentons bien que nous constituons l’unique barrage entre la violence et les citoyens. Mais je peux vous assurer, Patricia, que les officiers et les membres des forces de l’ordre en ont très gros sur la patate, à commencer par la sensation d’être abandonnés dans l’arène, de ne pas avoir le droit de rétablir l’ordre ni de le préserver efficacement, d’être déshonorés et salis dans nos media et par certaines organisations politiques, de constater que la gravité de la réalité est cachée à nos compatriotes, et de ne pas pouvoir exprimer ce que nous avons à en dire. D’ailleurs", ponctue Damien, "ce n’est guère un hasard si, comme lors des émeutes à la Villeneuve (Grenoble, juillet 2010) et lors du déraillement à Brétigny, c’est dans la Ména, un media étranger, que nous pouvons nous exprimer librement. A l’heure actuelle, aucun media français mainstream ne publierait cette entrevue. Soyez assurée que vos analyses sont très lues par les officiers de police, de l’Armée et des services du Renseignement. Vous êtes à la fois professionnels, honnêtes, très présents et peu marqués politiquement, c’est ce que nous apprécions".

Saint-Denis, en région parisienne, une ville devenue une bombe à retardement

De l’autre côté du périphérique parisien, le berceau de l’histoire de France avec sa nécropole royale se transforme en « Molenbeek-sur-Seine », attirant les plus radicaux du salafisme. Nous sommes allés à la rencontre des habitants de certains quartiers devenus des zones de non-droit, où communautarisme et islamisme creusent leurs sillons.

Nous sommes à moins de 200 mètres de la nécropole royale de Saint-Denis, aux portes de Paris et à quelques stations de métro de l’avenue des Champs-Élysées et de l’Arc de triomphe. Comme chaque vendredi, ils sont 2500 à 3000 à converger vers le lieu de culte dont la capacité d’accueil ne dépasse pas les 1800 places. Les trottoirs de la rue de la Boulangerie sont alors transformés en une mosaïque de tapis de prière. Dès la fin du sermon, les fidèles se dispersent aussi vite qu’ils sont arrivés. Mais devant les portes de la mosquée, quelques-uns s’attardent, se toisent.

Mais Karim se dit complètement débordé : « Notre ville va devenir Molenbeek ! Nous sommes cernés par les intégristes. Daech est aux portes de notre mosquée qu’ils veulent forcer pour imposer leurs lois obscurantistes. » Très vite, d’autres fidèles se joignent à la conversation et expriment les mêmes mots de colère et de crainte face à la violence, aux intimidations, aux thèses intégristes et antirépublicaines. « Certains d’entre nous, jugés trop libéraux, sont parfois agressés, insiste Karim. Les intégristes ciblent les jeunes et les plus fragiles pour les rallier à leur cause. Ils ne sont pas nombreux mais terriblement toxiques et veulent s’emparer à tout prix de ce lieu de culte pour asseoir leur empire. Ils ne veulent rien lâcher. Notre mosquée est toute proche de la basilique de Saint-Denis. Nous sommes à deux pas des sépultures des rois de France et de Charles Martel qui a arrêté l’invasion des musulmans en 732. Le symbole est fort pour cette poignée de fous d’Allah. Mais nous refusons de céder. Alors, ils nous ont désignés comme leur ennemi. Et la tension monte ici, chaque jour un peu plus. »

Didier Paillard (PCF-FG), maire de la ville, se dit tout aussi démuni face aux phénomènes de radicalisation :
« Nous faisons des signalements à la préfecture qui, elle, a tout pouvoir d’agir. Mais nous n’avons aucun retour de sa part. En tant que maire, je n’ai aucun moyen d’intervenir. C’est un vrai problème. Sur mon territoire, je ne sais combien de personnes, ni même si des agents de la Ville, sont concernés par les fiches S. »
La France sauvage : des rixes de migrants du métro parisien au harcèlement scolaire

Nous assistons à l’ensauvagement progressif de la France. Progressif à l’échelle de nos vies mortelles, fulgurant à l’échelle de l’Histoire. Sous les effets conjugués du laxisme et de l’immigration massive, la tiers-mondisation du pays n’est plus désormais le seul « fantasme » de Jean Raspail et Louis Pauwels, vilipendés en 1985 pour avoir osé jouer les Cassandre avec une certaine prescience, mais un phénomène observable sur lequel nous n’avons, pour lors, aucune influence. Les exemples prouvant cet ensauvagement sont multiples, il faudrait un véritable almanach pour les recenser. Deux d’entre eux ont attiré mon attention cette semaine ; ils sont éminemment révélateurs.

Jeudi soir, deux « rixes » sont survenues sous la station du métro aérien Stalingrad à Paris. Depuis le début du mois de mars, des centaines de « migrants », originaires de plusieurs régions du monde (Érythrée, Soudan ou bien encore Afghanistan), campent à cet endroit. La cohabitation est difficile entre ces migrants aux origines ethnoculturelles variées, mais tout sauf européennes. Inévitablement, des tensions se font fait jour pour le contrôle du territoire, des trafics, la domination d’une communauté.

Comme le disait le philosophe anglais Thomas Hobbes : « À l’état de nature, l’homme est un loup pour l’homme (…) » Livrés à eux-mêmes, sans règles, sans menaces de sanctions ou d’expulsions, les migrants sont revenus à l’état de nature. Au cœur de cet inframonde barbare, la loi est la force. D’où ces bagarres de grande ampleur. Une vidéo diffusée par le journal Le Parisien en témoigne : jets de palettes, hurlements monstrueux, coups de bâtons

Ces hommes censés fuir la guerre semblent l’importer dans notre pays. La brigade anticriminalité de nuit (BAC N) en a d’ailleurs fait les frais, accueillie par une volée de projectiles lancés par un migrant ivre. Les riverains sont sous le choc, une habitante du quartier déclarait ainsi au Parisien : « Jamais il n’y avait eu de violences, jusqu’à présent. Là, c’était vraiment impressionnant. » La crise migratoire amène au milieu de la capitale ce que les habitants des banlieues perdues connaissaient déjà : la violence, l’arbitraire de la rue, le chaos des ensembles multiculturels qui ne font pas société. Les Parisiens peuvent aussi enfin observer ce que signifie l’impuissance d’un État qui a renoncé à sa souveraineté, à son pouvoir d’agir. En effet, le 30 mars dernier, Bernard Cazeneuve et Anne Hidalgo annonçaient le démantèlement du camp. Quinze jours plus tard, les envahisseurs reprenaient leurs droits, installant matelas et tentes de fortune.

L’autre cas qui a retenu mon attention concerne une jeune fille, une très jeune fille. Sandra, âgée de 12 ans, a été littéralement torturée par des « camarades » à la sortie de son collège à Créteil, en banlieue parisienne. À la sortie des classes, plusieurs jeunes filles de son âge lui ont demandé la somme de 170 euros. Elle n’avait pas cette somme. Un déchaînement de violence d’une intensité sans nom s’est alors abattu sur la collégienne, menacée à l’aide d’un couteau de boucher : brûlures de cigarettes, lacérations, coups de genoux au visage, humiliations (les tortionnaires se sont filmées en train de lui uriner dessus et l’ont forcée à voler dans des magasins)… Laissée pour morte, à moitié nue sous une voiture, il lui restait à peine la force nécessaire pour rentrer au domicile parental.

Ce cas sinistre montre une autre facette de l’ensauvagement généralisé. Quel monde laisserons-nous à notre descendance ? Une France ruinée économiquement, vidée de son peuple, oublieuse de sa culture, envahie ? Notre pays est gouverné de l’extérieur, mais, avant tout, il s’effondre de l’intérieur. Le chronomètre tourne...

Sources : Dafina, BV et Figaro



13 mai 2016

Attentats du 13 novembre : enquête sur une nuit tragique

Ce document retrace pour la première fois le déroulement de la nuit du 13 novembre 2015 et sa préparation, avec des informations exclusives et des images inédites, comme les vidéos et les photos des terroristes au moment des attaques. Le récit est porté par ceux qui, cette nuit-là, se trouvaient au coeur des événements. Ils sont policiers, secouristes ou encore victimes, comme Sébastien, l'un des dix otages retenus au Bataclan par les kamikazes. Pour la première fois il a accepté de revenir sur ce moment passé au contact direct des terroristes, dont les gestes et les paroles sont restés gravés dans sa mémoire

Exceptionnelle plongée au cœur du drame, ce documentaire retrace pour la première fois la nuit du 13 novembre et sa préparation. Avec des informations exclusives, et des images inédites, comme les vidéos et les photos des terroristes au moment des attaques. Le récit, précis et poignant, est porté par ceux qui, cette nuit-là, se trouvaient au cœur des évènements. Ils sont policiers, secouristes ou encore victimes, comme Sébastien, l'un des 10 otages retenus au Bataclan par les kamikazes. Pour la première fois il a accepté de revenir sur ce moment passé au contact direct des terroristes. Leurs gestes et leurs paroles sont restés gravés dans sa mémoire. Par sa réalisation ce documentaire, permet de comprendre le déroulé exact de cette soirée fatidique. Attaques au stade de France, fusillades des terrasses du 11e arrondissement, prise d'otage sanglante au Bataclan, jusqu'à l'assaut donné à Saint-Denis. Chaque étape de cette nuit meurtrière a été retracée, chaque élément de l'engrenage expliqué, notamment grâce à des modélisations en images 3D afin de pouvoir appréhender de manière claire les évènements. Nous avons poursuivi notre enquête jusqu'à l'arrestation de Salah Abdeslam à Molenbeek, et l'attentat de l'aéroport de Bruxelles qui ont apporté un éclairage nouveau sur l'organisation des filières terroristes entre la France et la Belgique. Documentaire exceptionnel, ce film de 90 minutes apporte une compréhension nouvelle sur le drame qui a touché la France.

12 mai 2016

FLASH - L'enquête sur Linky

Le magazine informatique, Canard PC, a mené l'enquête de 14 pages sur le compteur communicant très controversé, Linky. Avec ce compteur, tout est permis !

Les nouveaux compteurs communicants d’ERDF continuent de faire parler d’eux. Dans le numéro actuellement en kiosque de Canard PC Hardware, nous lui consacrons d’ailleurs un dossier dont vous pourrez retrouver le synopsis un peu plus bas. Nous constatons aujourd’hui que la polémique s’enfonce de plus en plus dans l’irrationnel et touche désormais une part non-négligeable de la population, alimentée par une désinformation d’ampleur : on y trouve des affirmations – dont il s’avère parfois difficile de savoir si elles sont parodiques ou non – comme celles présentant Linky comme un émetteur d’ondes cancérigènes, pour certains destinés à « bêtifier les citoyens et les rendre serviles  » , et qu’il dissimulerait une caméra espion capable de voir à travers les murs. Cette avalanche de non-sens noie complètement les interrogations légitimes – en particulier en matière de vie privée – qui devraient être au cœur du débat. Pour cette raison, et devant le manque flagrant de sources indépendantes fiables au sujet de Linky.

En accompagnement de notre dossier sur la consommation des appareils High-Tech, nous vous proposons une grande enquête sur Linky, le nouveau compteur électrique d’ERDF qui débarquera bientôt chez vous. Nous expliquerons d’abord comment fonctionnent les nouveaux réseaux intelligents de distribution d’électricité (Smart Grid), avant de détailler précisément le projet, ses répercussions et son financement. En exclusivité mondiale (!), nous vous proposons ensuite une analyse technique détaillée des entrailles d’un compteur Linky, en passant à la loupe chacun de ses composants internes. Nous passons ensuite en revue toutes les polémiques actuelles, en particulier celles liées à la santé et à la vie privée, afin de démêler le vrai du faux. Que vous apportera Linky exactement ? Comment fonctionne-t-il ? Peut-il devenir un mouchard numérique ? Provoque-t-il la sclérose en plaques, la maladie d’Alzheimer ou le cancer ? Risque-t-il de griller le cerveau des bébés ou d’invoquer Belzébuth ? Ces questions vous concernent tous !



5 mai 2016

Le chaos est imminent, et que vous y croyiez ou pas n'y changera rien !


Vous ne pouvez pas arrêter ce qui vient ... 25 à 50 millions de morts en 90 jours ! CA VA PETER !

Un effondrement économique arrive ... mais pas aussi vite que beaucoup attendaient.

Il y a beaucoup de personnes de haut niveau dans la structure du pouvoir qui ne voit pas seulement une fin au dollar à venir, mais un effondrement économique qui pourrait déclencher la mort de dizaines de millions d'Américains - rendus vulnérables par le manque de services et l'arrêt des contrôles et lésés par le pillage, la famine et la violence résultant qui est susceptible de se produire.

Selon une source anonyme qui prétend avoir des sources d'initié de haut niveau, tout de la grille de pouvoir à l'épicerie, à l'assistance gouvernementale vérifie que d'énormes portions du pays dépendent simplement ne seront pas là. Le résultat est le chaos pur, la tragédie et la destruction.

La Chine et d'autres pays positionnent leurs monnaies à augmenter avec la disparition du pétrodollar, qui est basé sur l'hégémonie militaire américain dans le monde - un empire d'illusions qui ne peut pas durer, et est sous la menace par l'évolution des affaires étrangères. Un panier mondial des monnaies devrait remplacer le dollar, mais en attendant, le dollar peut devenir sans valeur, et les gens qui ne prévoient pas ou préparations peuvent mourir de faim.

"V" prétend qu'une crise économique ne viendra pas cette année. Au lieu de cela, ça va venir dans les deux prochaines années à 30 mois, dans le sillage de la fin du règne du dollar. L'Amérique peut devenir une répétition tragique de la République de Weimar, comme d'autres superpuissances (à savoir, les nations BRICS) combler le vide de l'autrefois puissante aux États-Unis.

USA Watchdog rapporte :
“V” explique : "Nous entrons dans un temps que j'appelle le point de chute. Au point de chute, il va y avoir le choc systémique massif. Pourquoi ? Puisque vous avez un paradigme et un système étant débarrassé, qui est le dollar. Il va être remplacé par un nouveau système. Pendant cette période de transition, vous ne pouvez pas vous attendre échanger quelque chose parce que que l'échangez-vous ? C'est pour cela que les Chinois préparent leur propre plan des prix de l'or. Dès que ce point de chute arrive et le monde vacille lors du choc systémique, le plan des prix de l'or chinois et le système BRICS devront se remplir là dans ce vide. C'est ce qui est monté immédiatement."

"J'étais sur une téléconférence au début de l'année. Sur cet appel étaient sept gars et certains des gens les plus intelligents dans le monde. Ils travaillent dans divers secteurs du gouvernement et divers secteurs de l'armée, et la question a été posée qu'un effondrement économique aux États-Unis ressemble ? La réponse initiale, unanime était vous peut s'attendre n'importe où de 25 à 50 millions de morts dans les 90 premiers jours. J'ai été sidéré. Alors ils ont dit, c'est très simple. Vous allez avoir les personnes tomber raide morts de la violence, le pillage, les émeutes, le manque de médication - nous sommes le pays le plus médical sur la planète. Les personnes tomberont raide morts aussi de la famine, la déshydratation et la maladie. Cela va tuer un grand andain de personnes. Si vous regardez les grands centres démographiques : à New York vous avez reçu 8 millions de personnes, dans L.A. vous avez reçu deux ou trois millions. Il serait très facile de faire monter rapidement le nombres de morts."

Pouvez-vous survivre au krach ici aux États-Unis? V dit : "Mes gars disent que vous devez avoir assez de provisions pour trois mois. Je dis pour être sûr, vous devriez avoir des provisions pour six mois. . . . Mon espoir et ma prière "Nous sommes le peuple" est de recevoir ce gouvernement et ces choses sous contrôle et à poursuivre ces criminels à un moment donné.... Vous ne pouvez pas arrêter ce qui est à venir. Vous ne pouvez pas arrêter cet effondrement. Il est allé trop loin et trop loin en avant. Tu ne vas pas à l'arrêter, mais en ce moment, la course est pour qui va gagner de l'autre côté. Est-ce que ça va être nous, le peuple américain soit ? Ou est-ce que ça va être la cabale criminelle qui exécute D.C. en ce moment ?"
La source fait valoir que le système des élites américains sont plus faibles qu'à tout autre moment de l'histoire, et la question reste de savoir si les Américains constitution se réapproprier le pays à la suite dévastatrice, ou si une bande criminelle restera en charge des cendres de ce qui était l'Amérique, en utilisant la petite puissance pour régner sur un post-effondrement inféodé et brûlée en Amérique.

Est-ce que les vrais patriotes se manifesteront ? le vrai pognon sera-t-il rétabli ? Êtes-vous prêt pour ce qui est à venir ?

Article traduit sur SPC

4 mai 2016

FLASH - Le document qui prouve la réalité des projets de dictature de la Finance

En démocratie, les citoyens ont droit à une information totale et sincère.

Nous avons tous entendu parler de projets de l'Union Européenne Nous constatons qu'il existe une concordance entre les réformes qui nous sont imposées et celles qu'ont déjà subies des pays voisins.

Nous réalisons maintenant que ces réformes présentées comme l'unique condition du progrès vont toujours dans le sens d'une régression sociale. Certains désignent les responsables : le gouvernement, la sociale démocratie, le Medef, l'Union Européenne, peut-être les USA et certainement la meilleure ennemie de François Hollande : la finance internationale. Tout cela fait un peu désordre. Les avis les plus tranchés se trouvent sur des sites qui n'ont pas bonne réputation, peu fiables car « probablement complotistes », et il semble aventureux d'en recommander les liens. Là, j'ai envie d'ouvrir une parenthèse en demandant si quelqu'un connaît ceux qui distribuent les certificats de bonne et mauvaise réputation ?

Il se trouve qu'en lisant un article plutôt banal, j'ai lu une invitation à « cliquer ici », ce que j'ai fait par curiosité. Je me suis retrouvée sur … le site de la Maison Blanche. J'ouvrais de grands yeux, je n'étais jamais allée vagabonder dans ce genre d'institution, d'autant plus que mes derniers cours d'anglais datent de 60 ans. Le document, orné de son élégant logo, avait une présentation raffinée.

Il s'agissait d'un accord concernant toute la durée de notre siècle cosigné par le Président George W. Bush et le Chancelier Gerhard Schroeder en date du 27 février 2004. Voici le titre officiel en anglais :
The German-American Alliance for the 21st Century Joint Statement by President George W. Bush and Chancellor Gerhard Schroeder
Après un paragraphe rappelant la profonde amitié qui lie leurs pays, les deux hommes se promettent de poursuivre ensemble les mêmes objectifs, en compagnie de leurs amis et alliés européens. Leur ont-ils d'ailleurs demandé leur accord ? Rien n'est moins certain puisque ce Pacte n'est proposé officiellement qu'en anglais et en allemand (dans les archives de la Chancellerie). Il n'existe pas en français et je remercie ici Romaric qui a bien voulu le traduire dans notre langue au plus près du texte initial afin d'éviter tout risque d'interprétation approximative. Il faut d'ailleurs préciser qu'aucun média français, aucun de nos journaux n'en a parlé à l'époque, alors qu'il a été publié dans d'autres pays de l'UE et, en particulier, dans la presse allemande et anglo-saxonne. Il semble donc assez peu connu en France. Pourquoi ? Cette crainte d'être classés parmi « les complotistes » provoque-t-elle l'autocensure chez nos journalistes ou des ordres ont-ils été donnés en haut lieu ?

Pour ma part, je cherche toujours à me référer à des documents officiels et consultables par tous. Ce pacte est très important car il éclaire d'une nouvelle lumière les évènements actuels. Je ne suis pas particulièrement habilitée à commenter ce genre d'information, je suis une simple citoyenne qui estime que chacun de nous est en droit de la connaître.

C'est une preuve irréfutable qui concerne nos vies et je prends donc le risque de la publier.

QUI OSERA DOUTER DE LA FIABILITE DU SITE DE LA MAISON-BLANCHE ?

LA REVELATION

Ma première lecture du document dans la langue d'origine m'a permis d'en saisir le contenu général et, là, ce fut vraiment une révélation : la preuve, par son authenticité, de l'horreur démentielle des objectifs destructeurs de ces deux pays dans le but de la mise en place de l'hégémonie des Etats-Unis sur une partie du monde :

LA ZONE GEOGRAPHIQUE CONCERNEE

Elle est décrite avec précision,
- tous les états de l'Union Européenne, dont l'Allemagne est considérée comme le chef de file,
- tous les états bordant la rive sud de la Méditerranée, le Proche-Orient et le Moyen-Orient.

On peut simplifier en disant que la zone concernée s'étend de l'Atlas jusqu'au Golfe Persique,

l’État d'Israël inclus. (voir sur le net la définition du Grand-Moyen Orient, expression des USA).

LE CONTENU DETAILLE DE CE PROGRAMME

Il convient de souligner d'abord que l'ensemble du texte est écrit dans une langue diplomatique qu'il est nécessaire de « traduire » pour bien comprendre. A première vue, il s'agit de la mise en œuvre d'intentions généreuses et louables de la part d'un grand pays voulant favoriser la paix, un vivre ensemble harmonieux et un progrès économique dans toute une région de la terre, à l'occasion de la globalisation en devenir.

Après une lecture plus approfondie et à la lumière de l'actualité, on comprend vite que ce tableau idyllique n'est qu'un mirage et que la réalité se révèle brutale et violente. Il s'agit de la réalisation de l'avancée du vieux rêve impérialiste des Etats-Unis qui veulent asseoir leur hégémonie dans le cadre d'une « globalisation positive », selon l'expression de Joschka Fischer, ministre allemand des affaires étrangères de l'époque. Là, je dois m'écarter un peu du texte du Pacte pour donner quelques précisions : Ce projet, que je n'hésite pas à qualifier de machiavélique, a germé dans les cerveaux d'autorités politiques et économiques lors de plusieurs réunions dans les think tanks allemands (Fondation Bertelsmann et le CAP) en 2003, puis lors de la 40ème Conférence de Munich sur la politique de sécurité sous l'égide de l'OTAN

Je reviens donc à mon « texte probant ». Le pacte prévoit le renforcement de l'OTAN et se félicite de son élargissement à l'occasion de celui de l'UE. Il entend bien renforcer également les relations économiques entre les USA et l'Union Européenne. Là ; j'attire votre attention sur le traité « de libre échange » entre l'Europe et les Etats Unis, au bénéfice essentiellement de ces derniers, en cours de discussion actuellement (appelé plus communément TAFTA) qui concrétise ce projet. Le pacte prévoit aussi que Nord-Américains et l'Europe Unie devront travailler ensemble à la promotion de la paix, de la démocratie, des droits humains, de l’État de droit. Il déclare le soutien américain à la réalisation complète de l'intégration européenne. Il annonce ensuite qu'ensemble, nous devrons agir avec les peuples d'Afrique du Nord et du « Grand Moyen Orient » afin d'installer partout nos valeurs communes. Il prévoit également, en ce qui concerne le proche-Orient et le Moyen-Orient, des accords sur le contrôle et la distribution de l'énergie, ainsi que des moyens de communication.

Ce document semble dire tout et son contraire. Il insiste sur l'achèvement de l'Union Européenne, qui doit devenir un pays important, sans doute fédéral sous une forme que nous ne connaissons pas encore, mais surtout disposant d'une reconnaissance juridique et capable de mener des politiques communes dans des domaines importants. Il n'est donc plus question de la souveraineté des peuples qui le composent, ce qui est une condition indispensable à une véritable démocratie. De plus, le citoyen disparaît au fur et à mesure que les autorités décisionnelles s'éloignent de lui. C'est pourquoi le terme « démocratie » perdra dans cette hypothèse sa réalité et sa pratique sur des points essentiels. Nous le voyons déjà dans l'élaboration du budget national, dans sa soumission de nos élus aux directives européennes ... Même si cette construction convient à certains, il me semble que cela ne renforce pas la démocratie.

Le fait d'être dans un état de droit n'est pas une garantie de la sécurité des citoyens. Les dictatures ont aussi leur législation. Les règles sont parfois légales, mais illégitimes.

Cette communauté de valeurs demande à être précisée. Elle est généralement interprétée comme l'intégration de tous les habitants au moyen du partage d'une seule et même culture, fondée sur la démocratie, le droit, le libre-échange et sa concurrence libre et non faussée, une politique économique et sociale identique dans toute l'Union Européenne, mais aussi une langue commune, une Histoire commune ou une absence d'Histoire, une seule religion ou des religions compatibles et partagées, des repères communs, un même mode de pensée etc. Il est bien sûr plus commode de choisir comme modèle une culture existante et, puisque les USA sont un grand pays « parfait », ce sera donc leur culture qui deviendra celle de tous. Avez-vous envie que vos enfants abandonnent notre bain culturel pour devenir tous semblables et Américains dans leur tête ? Comment ce projet fou pourra-t-il se réaliser dans les populations musulmanes, dans les foyers fondamentalistes en particulier ? Ceux-ci n'ont rien à faire d'une démocratie qui n'existe pas dans leur modèle civilisationnel, ni de certains droits humains, ni d'une religion autre que la leur. Cela amène, par exemple, le Professeur Pierre Hillard à évoquer « le formatage des esprits aux normes occidentales pour les populations musulmanes » et j'ai lu ailleurs le terme « désislamisation ». N'est-ce pas une véritable déclaration de guerre envers ces populations ?

Devrons-nous, à la demande des Etats-Unis, imposer la paix par la guerre, le chaos et la mort ?

Voilà ce que cette Alliance pour le 21ème siècle promet aux Français avant 2099 :

- l'assassinat criminel de nos cultures, c'est-à-dire de ce que nous sommes en tant que Français.
- la disparition possible de notre de notre Etat-Nation,
- notre langue devenue deuxième langue, voire langue morte facultative,
- une démocratie réduite à une part de citoyenneté (c'est déjà le cas bien souvent),

Voilà ce que cette Alliance génère dans notre actualité :

- la casse de nos droits sociaux si la loi « Travail » n'est pas retirée malgré les résistances justifiées qu'elle provoque,
- l'abandon déjà acté de notre souveraineté dans la politique monétaire, nos choix budgétaires et économiques,
- nos modifications de découpages administratifs en cours de réalisation pour préparer une territorialisation de l'Union Européenne et afin de terminer l'intégration européenne souhaitée par les USA.
- la démolition permanente et insidieuse de nos services publics et, en ce moment, la résistance légitime de nos cheminots,
- les menaces qui pèsent sur nous en cas de signature des traités de libre-échange avec les USA et le Canada sur la défense des consommateurs et celle de notre planète, notamment dans le domaine sanitaire (OGM, poulet au chlore, viande aux hormones, produits chimiques dangereux, exploitation des gaz de schiste …),
- Les guerres et le chaos qui en résulte au Grand Moyen Orient et, sans doute, la poursuite du terrorisme par les intégristes islamistes.

Je me suis assurée que cette Alliance n'avait pas été dénoncée par une des parties. Au contraire, elle a été confirmée par Angela Merkel dès qu'elle a été élue chancelière.

DONC, NOS ENNEMIS, CE SONT LES ETATS-UNIS ?

Ce n'est pas si simple. En fait, il existe une convergence d'intérêts entre l'impérialisme des USA et

la soif de profits des multinationales et de la finance internationale jamais assouvie. Ces derniers, dans le cadre de la globalisation et la concentration du capital, souhaitent avoir une emprise totale sur la population, les salariés et les consommateurs, afin de les soumettre tous à la réalisation du plus grand profit possible. Le problème est qu'un groupe de financiers ne peut pas encore légiférer et signer des traités avec des gouvernements ; il leur est donc nécessaire de passer par un état. Ainsi, les Etats-Unis et la finance internationale se sont rejoints pour parvenir ensemble à leurs fins. Certains n'hésitent pas à déclarer que le Président Obama est le chef des financiers et des multinationales. Nous avons bien vu sa contrariété lorsqu'il est venu sermonner Angela Merkel et les responsables de l'UE parce que les accords commerciaux entre les USA et le Canada d'une part, l'UE d'autre part, traînaient trop à son avis.

C'est pourquoi, grâce à ce document probant, nous pouvons conclure qu'il ne suffit pas de dénoncer l'Union Européenne, ni même l'Allemagne. Ceux qui veulent faire notre malheur,

ce sont les USA et la finance internationale, soutenus par leurs sous-fifres : l'Union Européenne et nos gouvernants.

Nous ne les laisserons pas faire !

François Mitterrand : « Nous sommes en guerre avec l’Amérique »

Après 14 années passées à l’Elysée, et quelques semaines avant de mourir, François Mitterrand livra son testament politique aux Français : « La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort... apparemment. Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde... C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort ! »

Source : Wikistrike

L'Union Européenne, un projet totalitaire ?

Les citoyens ont conscience du rôle de plus en plus prépondérant qu’exerce l’Union européenne sur la vie politico-scoiale des différents pays.

Et pourtant, le fonctionnement de ses institutions est mal connu pour une majorité d’entre nous. La construction bruxelloise est plus fondée sur des croyances : la garantie de la paix, de la démocratie, de l’assurance économique (ect..) que sur des bases pragmatiques, comme la séparation des pouvoirs et sa conséquence direct sur les affaires politiques.

Pour débattre d’un projet politique, il est nécessaire d’en connaitre le fonctionnement, signeriez-vous un contrat vous engageant ainsi que la vie de vos enfants et dont vous ne savez que très peu de choses en contrepartie d’un bénéfice que rien ne garantit ?

2 mai 2016

FLASH - Greenpeace dévoile des documents confidentiels controversés de TAFTA

Voilà qui devrait envenimer d'avantage le débat explosif sur le traité transatlantique, le fameux "Tafta" ou "TTIP" actuellement négocié entre les Américains et les Européens. L'ONG Greenpeace publiera ce lundi, en fin de matinée, 248 pages de documents confidentiels sur les négociations. Des textes qui "confirment les menaces sur la santé, l'environnement et le climat", a-t-elle fait savoir dimanche.

"Ce traité mettrait les intérêts des grandes entreprises au centre du processus de décision politique et législatif au détriment des enjeux environnementaux ou de santé publique", a précisé le directeur de l'unité européenne de Greenpeace, Jorgo Riss.

Depuis mi-2013, les États-Unis et l'Union européenne tentent de parvenir à un accord, qui supprimerait les barrières commerciales mais aussi réglementaires, et qui rencontre de fortes résistances dans la société civile et auprès de certains dirigeants politiques. Lors du 13ème round des négociations du 24 au 29 avril, à New York, le ton est en particulier monté tant à droite qu'à gauche en France, en pleine campagne électorale. Le Tafta "ne pourra pas aboutir s'il n'apporte pas les garanties que le niveau d'exigence que nous avons en France pour la santé et l'environnement de nos concitoyens sera maintenu", a récemment déclaré le Premier ministre Manuel Valls. Et "aujourd'hui, nous sommes trop loin du compte".

Sur la base des documents, Greenpeace assure que le texte prévoit la suppression d'une règle permettant aux nations de "réguler le commerce pour protéger la vie, la santé des humains, des animaux et des plantes".

De plus, le commerce ne serait pas soumis à des objectifs de réduction des émissions de CO2 et le "principe de précaution" est oublié, assure l'ONG. Ce principe permet d'empêcher la distribution ou de retirer du marché des produits susceptibles d'être dangereux, même dans le cas où les données scientifiques ne permettent pas une évaluation complète du risque.

Selon la presse allemande, les Etats-Unis menaceraient d'empêcher l'assouplissement des contrôles pour les exportations de voitures européennes en vue de forcer l'Europe à acheter plus de produits agricoles américains.

Même si Bruxelles et Washington espèrent toujours trouver un accord politique d'ici la fin de l'année, les chances d'y parvenir deviennent de plus en plus minces.

Source : Figaro (AFP)
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...