Recherche

Chargement...

29 février 2012

Une histoire digne d’Orwell ou de Huxley

Une critique acerbe et cynique de la société au travers d’un futur dominé par le divertissement de masse qui prendrait le contrôle de la vie des citoyens, une sombre description d’un avenir pas si éloigné de nous.


Nanotechno : la revolution invisible

Cette série-fiction appréhende le développement des nanotechnologies, les changements qu'elles vont entraîner dans nos vies et les choix auxquels elles pourraient nous confronter. Dans ce deuxième épisode, elle examine leurs avancées sur le plan écologique. Dans ce domaine, les propriétés qui s'expriment à l'échelle du millionième de mètre n'en finissent pas d'émerveiller les scientifiques. Initiées il y a une trentaine d'années, des recherches ont fait l'objet de gigantesques investissements dans les pays industrialisés. Aujourd'hui, les premières applications sortent des laboratoires : cristaux nanométriques permettant aux capteurs solaires d'occuper une place centrale dans notre production d'énergie, réduction des émissions polluantes qui empoisonnent l'air de nos villes par l'ajout de molécules à nos carburants... Mais ces particules dont on connaît encore mal le "comportement" ne présentent-elles aucun danger ? Comment s'assurer qu'elles ne s'ajouteront pas au lourd héritage écologique laissé aux générations futures ? Jamais le développement d'une technologie ne s'est accompagné d'autant de questionnements et d'inquiétudes...





27 février 2012

Les grandes erreurs militaires

Série de documentaires sur les erreurs commises par les armées - Les erreurs de Généraux. 



Le maréchal Montgomery, considéré comme l'un des cerveaux les plus brillants du camp allié pendant la Seconde Guerre mondiale, était un homme peu apprécié de ses pairs. Après le débarquement du 6 juin 1944, l'opération Market-Garden se solde par un bain de sang : les parachutistes qui sautent sur Arnhem tombent en effet sur le général allemand Model qui était au repos dans cette région avec ses divisions. Autre héros de la Seconde Guerre mondiale, le général américain MacArthur, malgré ses succès sur le front Pacifique, fut finalement démis de ses fonctions comme commandant en chef des armées américaines après sa rébellion contre le président Harry Truman au cours de la guerre de Corée.

De la chair à canon




En 1916, la bataille de la Somme donna lieu à l'un des plus sanglants désastres qu'ait connu une armée dans toute l'Histoire. Afin de relâcher la pression allemande sur Verdun, où leurs troupes subissaient une véritable hécatombe, les Français pressèrent sir Douglas Haig, le nouveau commandant des forces armées du Royaume-Uni, de déclencher au plus vite l'offensive de la Somme. Malheureusement pour lui, l'armée allemande l'attendait de pied ferme. Le 1er juillet 1916, cent-mille soldats britanniques et canadiens montent à l'assaut et tombent sous le feu nourri des canons allemands. Le bilan est terrible pour l'armée britannique : cinquante-sept mille pertes, dont dix-neuf mille morts en une matinée.

Des plans infaillibles




L'opération Fuller fait partie de ces opérations militaires si mal conçues qu'elles furent abandonnées avant même de livrer bataille. Ce plan, imaginé par la Royal Air Force et la Royal Navy pour mettre en échec les redoutables navires de guerre allemands Schamhorst et Gneisenau, était si secret que personne ou presque ne connaissait le code pour l'activer. Au moment où les Britanniques voulurent lancer l'opération, l'officier qui gardait les instructions à suivre dans son bureau était en vacances et il n'avait pas laissé les clés. En conséquence, le 12 février 1942, la RAF décida d'envoyer six vénérables et vulnérables Swordfish , bombardiers torpilleurs biplan , attaquer les navires allemands, une mission parfaitement suicidaire. Il y eut seulement cinq survivants sur les dix-huit membres d'équipage des Swordfish.

Tel est pris qui croyait prendre



Au début de la Seconde Guerre mondiale, les Britanniques étaient persuadés que Singapour était une forteresse imprenable de leur empire colonial et que l'armée japonaise était faible. Leur défaite, en 1941, n'en fut que plus cuisante. Dans leur hâte de fuir les troupes de l'empire du Soleil Levant, les soldats britanniques débarquèrent des femmes et des enfants pour prendre leur place à bord des bateaux d'évacuation. Douze ans plus tard, l'armée française connut la même déroute à Dien Bien Phu pendant la guerre d'Indochine, mais la leçon ne servit pas plus qu'aux Américains.

La politique par d'autres moyens


 
Les impératifs politiques qui ont conduit à des défaites militaires, et tout d'abord sur la bataille de Hattin : le 4 juillet 1187, les armées de Saladin profitèrent des dissensions entre les chefs des croisés francs pour les chasser de la Terre Sainte. Autre époque, autre erreur, celle du dictateur italien Mussolini qui, en 1942, donne l'ordre d'envahir l'Egypte et subit une cuisante défaite face aux Britanniques : cent-cinquante-mille soldats italiens sont faits prisonniers. Le Duce avait surévalué la puissance de son armée, dotée d'un nombre insuffisant de tanks et de fusils, mais réputée pour la qualité de sa cantine.

Des chefs incompétents



En 1841, à Kaboul, les Afghans mettent en déroute les Britanniques, commandés par Elphinstone, vieux général désemparé qui démoralise ses troupes en leur donnant des ordres contradictoires. Il mourra en captivité, échappant ainsi à la cour martiale. Quant au Reichsmarschall Hermann Goering, il assure à Hitler en janvier 1943, au coeur de la bataille de Stalingrad, que sa Luftwaffe peut continuer à approvisionner par la voie des airs l'armée allemande assiégée. Sa vantardise aura des conséquences désastreuses pour l'Allemagne. La victoire des Soviétiques le 2 février, trois mois après celle des Britanniques à El Alamein, soulève un immense espoir dans les pays soumis à l'occupation nazie.

26 février 2012

EDITO AU VITRIOL : Monsanto, un demi-siècle de scandales sanitaires

Un sujet explosif qui devrait faire la une des journaux.

[#] Implantée dans 46 pays, Monsanto est devenue le leader mondial des OGM, mais aussi l’une des entreprises les plus controversées de l’histoire industrielle. Depuis sa création en 1901, la firme a accumulé des procès en raison de la toxicité de ses produits, mais se présente aujourd’hui comme une entreprise des "sciences de la vie" convertie aux vertus du développement durable. 



[#] La puissance du lobby Monsanto : l’exemple de la mise sur le marché des OGM.

Lors de la mise sur le marché de semences OGM à la fin des années 1990, plusieurs voix au sein de la FDA - l’agence sanitaire américaine - ont souhaité que des études de dangerosité plus poussées soient menées. Elles n’ont pas été écoutées. Dans son documentaire, Marie-Monique Robin interroge Dan Glickman, ministre américain de l’Agriculture entre 1995 et 2000, sous Bill Clinton. "On aurait dû faire davantage de tests, mais les firmes ne voulaient pas, avoue-t-il. J’ai subi trop de pressions."

Également interrogé par la journaliste, Jeremy Rifkin, président de la Fondation pour les tendances économiques et auteur, à la fin des années 1970, d’un livre sur les dangers des manipulations génétiques, assure n’avoir "jamais vu une société qui ait une influence aussi déterminante et à un niveau aussi élevé sur les autorités que Monsanto avec ses OGM".



[#] La condamnation, lundi 13 février, du géant américain de l'agroalimentaire Monsanto, poursuivi par un petit agriculteur charentais intoxiqué par un herbicide, est une première en France. A l'échelle de l'histoire de la multinationale, centenaire, cette condamnation ne constitue qu'une péripétie judiciaire de plus dans un casier déjà très chargé.

PCB, agent orange, dioxine, OGM, aspartame, hormones de croissance, herbicides (Lasso et Roundup)… nombre de produits qui ont fait la fortune de Monsanto ont été entachés de scandales sanitaires et de procès conduisant parfois à leur interdiction. Mais rien n'a jusqu'ici freiné l'irrésistible ascension de cet ancien géant de la chimie reconverti dans la biogénétique et passé maître dans l'art du lobbying. Portrait d'une multinationale multirécidiviste.

Un géant de la chimie… explosif !

Depuis sa création en 1901 à Saint-Louis, le petit producteur de saccharine devenu un des principaux semenciers de la planète n'a cessé de défrayer la chronique. Au lendemain de la seconde guerre mondiale, l'explosion accidentelle d'une usine de plastique Monsanto provoquée par celle d'un cargo français chargé de nitrate, qui fit 500 morts à Texas City en 1947, est ainsi restée dans les annales comme l'un des premiers désastres de l'industrie chimique.

Deux ans plus tard, c'est au tour d'une deuxième usine de la firme, à Nitro en Virginie, de partir en fumée. Cette fois-ci, la responsabilité de l'entreprise est engagée. Plus de deux cents ouvriers développent des chloracnés, un trouble aussi rare que sévère de la peau, rapporte Marie-Monique Robin, lauréate du prix Albert-Londres, dans son documentaire au vitriol "Le monde selon Monsanto."

L'accident révèle que le produit phare de la marque, l'herbicide 2,4,5-T, contient des niveaux élevés de dioxines, des substances hautement toxiques et cancérigènes, de composition assimilable à celle des polychlorobiphényles (PCB). La première étude suggérant la dangerosité potentielle de la dioxine était connue de Monsanto dès 1938 : la commercialisation de l'herbicide se poursuivra pourtant pendant près de quarante ans, avant son interdiction dans les années 1970.

Monsanto, qui a dirigé l'usine de Nitro entre 1934 et 2000, a par ailleurs fait l'objet d'une plainte déposée en 2007 par 77 habitants de Virginie atteints de cancer, qui accusent la compagnie d'avoir diffusé "illégalement" de la dioxine dans les environs de l'usine.

PCB : le procès de la honte

En 2001, 3 600 habitants de la ville d'Anniston, en Alabama, attaquent Monsanto pour une contamination aux PCB. Selon un rapport déclassifié de l'Agence de protection de l'environnement des Etats-Unis (EPA), Monsanto a déversé pendant près de quarante ans des milliers de tonnes de déchets contaminés dans un ruisseau et une décharge à ciel ouvert, au cœur du quartier noir de la ville.

La façon dont The Washington Post rapporte l'histoire est édifiante : "Des milliers de pages de documents de Monsanto – dont beaucoup sont estampillés 'CONFIDENTIEL : lire et détruire' – montrent que pendant des décennies, la multinationale a dissimulé ce qu'elle faisait et surtout ce qu'elle savait. En 1966, des responsables de l'entreprise avaient découvert que des poissons immergés dans ce ruisseau se retournaient sur le dos en moins de dix secondes, pissant le sang et perdant leur peau comme s'ils avaient été bouillis vivants. Ils ne l'ont dit à personne", raconte le quotidien américain.

En 1975, une étude menée par Monsanto révèle que le PCB provoque des tumeurs chez le rat. La multinationale décide d'en changer les conclusions, de "légèrement tumorigènes" à "n'apparaît pas cancérigène". "Nous ne pouvons nous permettre de perdre un seul dollar" : ainsi se conclut l'un des mémos consultés par The Washington Post.

Monsanto a finalement été jugée coupable en 2002 d'avoir pollué "le territoire d'Anniston et le sang de sa population avec les PCB". La firme sera condamnée à payer 700 millions de dollars de dommages et intérêts et à assurer le nettoyage de la ville. Aucune peine de prison n'a été retenue contre les responsables de l'entreprise.

En février 2007, The Guardian révèle que le géant agrochimique a appliqué les mêmes méthodes sur plusieurs sites en Grande-Bretagne entre 1965 et 1972. Le quotidien a eu accès à un rapport gouvernemental montrant que 67 produits, dont l'agent orange, la dioxine et des PCB, ont été identifiés dans une carrière au pays de Galles. En France, la fabrication et l'utilisation des PCB sont interdites depuis 1987.

Agent orange : condamné pour "empoisonnement"

Durant ces mêmes années, entre 1961 et 1971, Monsanto produit l'agent orange, constitué à partir de l'herbicide 2,4,5-T, dont la dangerosité est largement connue depuis l'explosion de l'usine de Nitro. Ce défoliant sera massivement déversé par l'aviation américaine au-dessus des forêts vietnamiennes pendant la guerre. Les conséquences se font encore sentir aujourd'hui, avec de nombreux cancers et des malformations de naissance au Vietnam, ainsi que des séquelles diverses chez nombre d'anciens combattants américains.

Dans les années 1970, des vétérans du Vietnam ouvrent une Class Action contre les producteurs de l'agent orange. Monsanto se retrouve, au côté de six autres entreprises, accusé principal d'un procès en réparation pour empoisonnement. En 1987, les sept producteurs de l'agent orange sont condamnés à verser 180 millions de dollars à un fonds de compensation destiné aux soldats américains.

Durant le procès, Monsanto présentera des études scientifiques démontrant l'absence de lien entre l'exposition à la dioxine et les nombreux cancers dont souffraient les vétérans, pour les débouter de leur action. Il sera démontré au début des années 1990 que ces études se fondant sur les conséquences de l'explosion de l'usine de Nitro en 1949 étaient biaisées.

Cette fraude scientifique sera confirmée par le National Research Council, qui constate que les études de Monsanto "souffraient d'erreurs de classification entre les personnes exposées et non exposées à la dioxine, et qu'elles avaient été biaisées dans le but d'obtenir l'effet recherché". L'affaire sera relatée en 1990 par Greenpeace et le chercheur Joe Thornton dans un rapport intitulé Science for Sale.

L'herbicide Roundup est-il toxique ?

Souvenez-vous de cette publicité et de ce bon chien Rex : "Roundup ne pollue ni la terre ni l'os de Rex". Elle a valu à Monsanto d'être condamnée deux fois, aux Etats-Unis et en France, pour des mentions mensongères placées sur l'emballage de cet herbicide total (qui élimine toutes les plantes).

En 1975, l'entreprise lance sur le marché Roundup, un herbicide très puissant présenté comme "biodégradable" et "bon pour l'environnement". En 1996, le procureur de New York condamne Monsanto à une amende de 50 000 dollars et au retrait des mentions jugées mensongères. En janvier 2007, la firme est condamnée en France (extrait du jugement) pour les même motifs à… 15 000 euros d'amendes. Roundup est aujourd'hui l'herbicide le plus vendu au monde.

Plusieurs études concordantes affirment pourtant que le pesticide phare de Monsanto – et son principe actif, le glyphosate – est potentiellement tératogène, c'est-à-dire responsable de malformations fœtales. L'une d'entre elles, publiée fin 2010 dans Chemical Research in Toxicology, montre que l'exposition directe d'embryons de batraciens à de très faibles doses d'herbicide à base de glyphosate entraîne des malformations.

Monsanto réfute ces conclusions : "Le glyphosate n'a pas d'effets nocifs sur la reproduction des animaux adultes et ne cause pas de malformations chez la descendance des animaux exposés au glyphosate, même à très fortes doses", affirme la firme sur son site.

Lundi 13 février, le rapporteur du Conseil d'Etat a asséné un nouveau coup dur au produit phare de Monsanto : il enjoint au ministère de l'agriculture d'en analyser la toxicité dans un délai de six mois et de statuer à nouveau sur l'autorisation de mise sur le marché du pesticide.

En Argentine, les habitants exposés à l'herbicide se plaignent de multiples affections

Herbicide Lasso : interdit à la vente

La condamnation qui a frappé, lundi 13 février, le deuxième herbicide de Monsanto est plus significative. Les juges français ont en effet considéré que le fabricant de produits phytosanitaires devra indemniser "entièrement" le plaignant, Paul François. Ce céréalier ne travaille plus qu'à mi-temps, en proie à des fatigues chroniques et des maux de tête tenaces. Les médecins considèrent que son système nerveux central a été affecté à la suite de l'inhalation du Lasso.

Monsanto a fait appel. "Les produits de Monsanto sont conformes aux exigences de sécurité en place au moment de leur mise sur le marché. [La société] a une politique très rigoureuse en ce qui concerne l'évaluation scientifique de la sécurité des produits de protection des plantes", a réagi l'entreprise, dans un communiqué.

Jugé dangereux, cet herbicide est pourtant interdit au Canada depuis 1985, en Belgique et au Royaume-Uni depuis 1992 et en France depuis 2007 (il avait été autorisé le 31 décembre 1968).

Hormones de croissance : scandale chez Fox News

Au début des années 1990, Monsanto commercialise son premier produit issu des biotechnologies : Posilac, l'hormone de croissance bovine recombinante (rBGH), une hormone transgénique destinée à augmenter la lactation des vaches de près de 20 %. L'hormone entraîne des mammites, des inflammations de la mamelle, qui contraignent les éleveurs à traiter leurs vaches avec des antibiotiques, dont on retrouve ensuite la trace dans le lait. Ce produit miracle est aujourd'hui interdit partout, sauf aux Etats-Unis.

Un documentaire canadien, The Corporation, raconte comment Monsanto a fait pression sur Fox News (groupe Murdoch) pour l'empêcher de diffuser une enquête dévoilant les dangers du Posilac en 1997. Cet extrait illustre le lobbying particulièrement agressif de la firme : non seulement l'enquête n'a jamais été diffusée, mais ses auteurs ont été licenciés par la chaîne.

OGM : des procès en pagaille

Entre 1995 et 1997, le soja génétiquement modifié Roundup Ready, le colza Roundup Ready et le coton Roundup Ready, tous trois résistants à l'herbicide Roundup, reçoivent les autorisations de commercialisation. Détentrice d'un brevet aujourd'hui périmé sur le glyphosate (commercialisé sous le nom de Roundup), l'entreprise décide de changer de stratégie et entreprend de breveter le vivant. Elle produit actuellement 90 % des OGM de la planète.

Un quasi-monopole que la firme défend chèrement. Au cours des années 2000, Monsanto assignera ainsi devant les tribunaux des centaines de paysans accusés d'avoir utilisé "frauduleusement" ses semences transgéniques brevetées, c'est-à-dire de les avoir replantées.

Monsanto revendique des droits à la propriété intellectuelle sur certaines semences. Ce qui ne l'empêche pas d'être elle-même poursuivie pour acte de "biopiraterie". En août 2011, l'Autorité nationale de biodiversité indienne a ainsi annoncé qu'elle portait plainte contre la compagnie, accusée d'avoir mis au point une aubergine génétiquement modifiée (BT-Brinjal) à partir de variétés locales sans en avoir demandé l'autorisation.

Autre condamnation, aux Etats-Unis cette fois. Monsanto a accepté en 2010 de payer 2,5 millions de dollars d'amende pour avoir vendu du coton OGM non autorisé. L'Agence de protection de l'environnement (EPA) reproche à l'entreprise d'avoir violé la législation lui interdisant de vendre des cotons génétiquement modifiés dans certaines régions du Texas, où ces variétés étaient prohibées par crainte d'une résistance aux pesticides.

Aspartame : vers nouveau scandale sanitaire ?

Monsanto le précise clairement sur son site Internet : après en avoir été l'un des principaux producteurs dans les années 1980 et 1990, l'entreprise ne produit plus d'aspartame depuis 2000. La firme tient pourtant à insister sur le fait que cet édulcorant, le plus utilisé au monde, "ne provoque aucune maladie".

Des études récentes ont cependant mis en évidence un risque accru de naissances prématurées chez les femmes qui consomment ce produit. L'Autorité européenne de sécurité des aliments a même été invitée en mai par la Commission européenne à anticiper la réévaluation complète de la sécurité de l'aspartame en 2012.

A partir de documents inédits, de témoignages de victimes, de scientifiques et d’hommes politiques, Le monde selon Monsanto reconstitue la genèse d’un empire industriel qui à grand renfort de mensonges, de collusion avec l’administration américaine, de pressions et de tentatives de corruption est devenu le premier semencier du monde, permettant l’extension planétaire des cultures OGM sans aucun contrôle sérieux de leurs effets sur la nature et la santé humaine !

Le dessous des cartes de l'humanitaire

Humanitaire : le prix de l'action - La mondialisation économique place aussi les organisations humanitaires devant de nouveaux défis. Quand, à partir de 1990, la mondialisation économique prend le pas sur la guerre froide, elle place les organisations humanitaires devant de nouveaux défis.

Le travail, malade du chomage

À Sochaux, le pays de Peugeot, la radiographie sensible d'un chômage de masse chronique qui mine le monde du travail. Plus de 5 millions de personnes cherchent un emploi en France et 60% des postes proposés sont des CDD de moins d'un mois. Il y a quarante ans, Peugeot employait 42 000 salariés à Sochaux, son usine mère, soit 30 000 de plus qu'aujourd'hui. Sur les chaînes, un tiers des six mille ouvriers sont intérimaires. Dans la région, les entreprises d'insertion ont fleuri, permettant à des hommes et à des femmes durablement exclus du travail de renouer avec lui, maigres salaires subventionnés à la clé. La précarité de l'emploi, affirment des représentants du patronat local, est devenue "une variable d'ajustement" indispensable à la survie des entreprises dans une économie mondialisée.

24 février 2012

Le jour où le dollar est mort

Après le scénario de la mort de l'euro, voici celui de la mort du dollar

Documentaire fiction ou prémonitoire ? Car, bien que représentant le pire scénario que l’on puisse envisager, on s’en rapproche à grands pas ! Plus l’économie met de temps à se relever, et plus ce dénouement devient possible. La dégradation de la note de la dette américaine a déjà passablement refroidi les Chinois et, si la situation continue à se dégrader, il est effectivement à prévoir qu’ils réduiront considérablement leurs investissements en bons du Trésor américain. Ensuite, les choses risquent d’aller aussi vite que dans le documentaire.

Mais il ne faut pas oublier ce que la vidéo ne nous montre pas. Avant d’arriver à la fin du dollar, la situation s’était déjà considérablement détériorée. Le chômage a littéralement explosé, de plus en plus de personnes se retrouvent à la rue. Et les effets de ces situations de précarité extrême, touchant une partie de plus en plus importante de la population, sont beaucoup plus à craindre.

Il est même de plus en plus probable que la crise parte de la rue avant d’atteindre les marchés financiers et de produire effectivement ces conséquences, qui transformeront profondément le monde dans lequel nous vivons, sans trop le détruire, espérons-le !

21 février 2012

Le Complot avec un "L" et un "C" majuscules

Cocktail de documentaires explosifs sur la création monétaire, la crise de 2008 et les médias de masse. Les vidéos qui suivent montrent l'état actuel du monde et de l'économie.





EXPLOSIF ! Des bébés prématurés servent de rats de labo pour la vaccination - Un truc incroyable !

Les entreprises pharmaceutiques utilisent des bébés prématurés comme rats de labo pour des essais cliniques des vaccins.

Lors de la lecture des résultats d’une étude sur la vaccination de bébés prématurés financée par Glaxo Smith Kline (GSK) que j’ai eu l’impression que quelque chose ne tournait pas rond.

L’étude, bien que révoltante en elle-même, était destinée à tester le vaccin anti-rotavirus sur un groupe de 988 bébés prématurés âgés de 27 à 36 semaines.

L’article présentant l’étude qui a été publié dans Pediatric Super Site était intitulé "Des vaccins anti-rotavirus immunogènes à usage humain bien tolérés chez des enfants prématurés" par Felix Omenaca MD, PhD et ses collègues. Ce document explosif précise :
"Les chercheurs ont regroupé les bébés prématurés en fonction de leur âge – les bébés de 27 à 30 semaines de gestation et ceux de 30 à 36 semaines. Le vaccin anti-rotavirus (RIX4414, GSK) a été administré en deux doses à 658 prématurés. 330 ont reçu un placebo avec les vaccinations de routine, comprenant le vaccin contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche l’hépatite B, l’Haemophilus influenza et le vaccin contre la polio. Les bébés français et espagnoles ont également reçu le vaccin contre la pneumonie à streptocoque et les bébés portugais ont aussi reçu le 'Neisseria meningitides'.

Les chercheurs ont demandé aux parents et gardiennes de signaler les effets secondaires. Ils ont noté qu’il n’y avait pas de différence significative entre les rapports de réactions graves du groupe qui avait reçu le vaccin et les rapports du groupe placebo (respectivement 5,1% et 6,2%). Les effets indésirables non sollicités comprenant des fièvres de plus de 39,5 °C, six épisodes de diarrhée par jour (ou d'avantage), trois épisodes de vomissements par jour, perte d’appétit et irritabilité ont été rapportés chez 29,3% des bébés prématurés dans le groupe ayant reçu le vaccin et chez 40,7% du groupe placebo."
Pour moi les problèmes se résument aux points suivants :
  1. Tous les bébés ont reçu plusieurs vaccinations. Il n’existe dès lors aucun groupe placebo.
  2. Dans le groupe de 988 enfants, près des deux tiers ont reçu le vaccin contre le rotavirus et un tiers a reçu le placebo. Les chercheurs ont comparé les résultats "like for like". Cette comparaison n’est pas possible du fait qu’un groupe est significativement plus important que l’autre.
  3. Du fait que les enfants ont reçu plusieurs vaccins, il est impossible de préciser quel vaccin a produit, si c’est le cas, des effets secondaires.
J’ai voulu examiner les chiffres avec plus de précision.
  • 658 bébés ont reçu tous les vaccins y compris le vaccin contre le rotavirus, ce qui équivaut à 66,6% du total des bébés qui ont été testés.
  • Le total des bébés qui ont reçu tous les vaccins, sauf le vaccin contre le rotavirus s’élève à 330 donc, ce qui équivaut à 33,3% du nombre total de bébés qui ont été testés.
Réactions graves
  • Dans le groupe des bébés qui ont reçu le vaccin contre le rotavirus, 5,1% ont présenté une réaction grave, soit un total de 33 enfants.
  • Dans le groupe qui a reçu le placebo 6,2% des bébés ont présenté une réaction grave, soit 20 enfants.
Réactions moins graves

Jetons maintenant un coup d’œil à ce que les chercheurs appellent "effets indésirables non sollicités".

Les chercheurs disent que ces effets comprenaient : de la fièvre à plus de 39,5 °C, six épisodes de chiasse par jour ou plus, trois épisodes de vomissements par jour ou plus, perte d’appétit et irritabilité.

Dans le groupe qui a reçu le vaccin contre le rotavirus 29,3% des bébés ont donc eu des effets indésirables non sollicités, soit un total de 192 enfants.

Dans le groupe qui a reçu le placebo, 40,7% des bébés ont eu des effets indésirables non sollicités, soit un total de 134 enfants.

En présumant que les enfants ayant fait des réactions graves étaient différents des enfants qui ont eu des effets indésirables non sollicités, on peut dire qu’un total de 225 enfants sur les 688 qui ont reçu tous les vaccins y compris le vaccin contre le rotavirus ont, en fait, présenté des effets secondaires.

Ceci correspond à un nombre impressionnant de prématurés qui ont souffert d’effets secondaires. Malgré cela les chercheurs ont précisé :
"Suite au risque plus élevé que le rotavirus humain fait courir aux bébés prématurés, l’étude nous amène à encourager l’utilisation de ce vaccin chez les bébés âgés de plus de 27 semaines et dont la santé est médicalement stable au moment de quitter la maternité ou dans la suite."
C’est là ce type d’études sur la vaccination sur lesquelles nous, le public, nous devons nous appuyer pour nous faire une idée avant de nous y soumettre. Est-ce que quelqu’un à l’OMS, à la FDA, au CDC se donne la peine de lire ces études en détail ou se contentent-ils de lire le paragraphe de la conclusion ?

L’étude a été imparfaite depuis le départ vu le nombre de variables inhérentes aux groupes testés. Les chercheurs ont, il est vrai, fait connaître l’âge des enfants, ainsi que les autres vaccins qui pouvaient avoir un impact sur les résultats. Ils n’ont cependant pas révélé d’autres variables susceptibles de présenter des influences conflictuelles. Ces variables peuvent avoir trait à des facteurs culturels, sociaux et économiques, au poids, au parcours médical, aux médicaments avec lesquels les bébés avaient déjà peut-être été traités.

Quelqu'un avec un brin de bon sens qui lirait cette étude pourrait rapidement se rendre compte qu’elle penche en faveur de la thèse que défendaient les chercheurs.

Pour l’amour du ciel, prenons quand même conscience qu’il s’agissait d’une étude sur des bébés prématurés !

Il n’y a pas que cela, il s’agit ici d’une étude réalisée sur un produit de GSK financée par GSK et dont la majorité des chercheurs avaient effectivement des liens financiers avec GSK. Incroyable !!!!

A la fin du rapport on peut lire :
"Révélation : Un certain nombre de chercheurs ont rapporté des liens financiers avec GSK Biologicals, qui a financé l’étude."
Il y a quelques jours j’ai écrit un article au sujet du décès d’un bébé prématuré en Belgique. Ce bébé est décédé après avoir reçu un cocktail de vaccins y compris le vaccin contre le rotavirus. Peut-on s’étonner que des parents aient perdu leur petite fille s’ils devaient s’appuyer sur de pareilles études ?

Article traduit sur Vactruth.com

20 février 2012

Vaccins : le virus du doute

Depuis l'origine de son utilisation, le vaccin fascine autant qu'il dérange. Quand Pasteur a eu mis au point celui contre la rage, toute l'Europe a fait la queue devant son laboratoire. Mais le principe même d'inoculer un virus fait peur. Alors, quelques années plus tard, en 1902, quand la France a voulu lancer sa toute première campagne générale contre la variole, il a fallu menacer d'amendes et de prison pour que le peuple se fasse vacciner ! L'histoire donne cependant raison à Pasteur. Le nombre de cas de variole diminue et la vaccination se généralise à d'autres maladies : typhus, tuberculose, coqueluche... Après la Seconde Guerre mondiale, la fabrication devient industrielle. On établit des campagnes nationales, des vaccins obligatoires. A la fin des annees 90, tout change. Certaines personnes vaccinées contre l'hépatite B déclarent, dans les mois qui suivent, une sclérose en plaques. Le scandale éclate. Mais y a-t-il un lien entre la maladie et le vaccin ? Ce documentaire enquête...

L'arnaque des prix des carburants

L'Etat perçoit environ 35 milliards d'euros de recettes via la TVA et la taxe sur les produits pétroliers comme le fuel domestique et les carburants. Vidéo très bien expliqué révélant les magouilles de l'Etat et les compagnies pétrolières comme Total et malheureusement, tout ce qu'il préconise à la fin de son exposé ne risque pas de se faire sachant que les marionnettes politiques sont aux mains de ces vautours pollueurs...



19 février 2012

L'Univers et ses mystères - Voyage dans l'espace

Quelles sont les limites de la technologie actuelle, jusqu'où l'homme pourra-t-il se rendre dans l'espace, sont des questions parmi d'autres passionnantes à se poser.
Évidemment, le premier pas de l'homme sur la lune en 1969 reste une date importante. Pour la première fois, l'homme a réussi à visiter un autre astre. Reste alors à savoir quelles seront les prochaines destinations après celle prévue sur Mars...

Le but est évidemment d'explorer de nouvelles contrées colonisables dans un avenir pas si lointain, mais voyager dans l'espace n'est pas si facile. En effet, cela demande beaucoup de moyens financiers, ensuite, il existe de nombreuses barrières. Une fois dans l'espace, l'homme est soumis aux lois de l'apesanteur. Les notions de temps et d'espace sont également perturbées. Aussi, tout cela demande une préparation physique et psychologique, en sachant que les astronautes en mission souffrent souvent du mal du transport pendant plusieurs jours. Le système immunitaire est également moins efficace. Ensuite, même si l'homme parvient à se rendre sur d'autres planètes, cela demande du temps, voire même plusieurs années, et ce, même en se déplaçant à la vitesse de la lumière...

Certaines contrées très lointaines demanderaient des millions d'années de voyage, et même en se déplaçant le plus rapidement possible. Albert Einstein a démontré que la vitesse de la lumière est la vitesse la plus rapide qu'une entité puisse atteindre. Alors, en attendant une nouvelle vitesse, comment faire pour explorer des espaces situés à des milliers d'années ? Voilà une question complexe, mais l'homme essaie de chercher d'autres moyens pour se déplacer dans l'espace, en sachant qu'une autre difficulté consiste à surmonter l'attraction terrestre. Autre intérêt scientifique, les fameux trous de ver ou trous cosmiques. L'existence des trous de ver reste purement théorique, mais si de tels trous existent, ils pourraient constituer un passage vers d'autres mondes et d'autres galaxies.


18 février 2012

Les installations secrètes de la Bombe A

Ce film révèle l'un des secrets les mieux préservés de l'histoire : le monde confidentiel des anciennes installations nucléaires classées secret défense aux Etats-Unis. Sur les quelques 400 000 personnes qui y travaillaient, seule une poignée connaissait la vérité.

Ces installations qui s'étalaient sur 250 000 hectares virent la construction des bâtiments les plus vastes jamais réalisés. L'objectif était simple : porter un coup fatal à la Seconde Guerre Mondiale par l'invention de la toute première bombe atomique. 60 ans plus tard, une équipe de spécialistes s'est rendue sur ces sites et a retrouvé ces lieux abandonnés dont les vestiges subsistent encore.

Septembre 1942, les milliers d'agriculteurs vivant à Oak Ridge, une ville isolée dans la campagne du Tennessee, reçoivent une lettre leur intimant l'ordre de quitter leurs terres dans les plus brefs délais. Celles-ci ont en effet été réquisitionnées par l'armée américaine. C'est sur ces 30 000 hectares que sera secrètement développée et testée la bombe atomique. En grande hâte, les militaires construisent des habitations pour accueillir les 75 000 personnes qui se sont engagées à soutenir l'armée dans l'effort de guerre et qui travaillent sur ce chantier, sans même savoir ce à quoi elles participent précisément.

Le brouillard de la guerre

Est-il justifié pour une nation de tuer 100 000 civils en une nuit pour gagner une guerre ?

Ce documentaire est l’histoire de l’Amérique vue par l’ancien Secrétaire de la Défense américaine, Robert S. McNamara, personnalité parmi les plus controversées et les plus influentes de la scène politique internationale. A travers son analyse, nous redécouvrons les événements majeurs du XXe siècle.

Du bombardement de 100 000 civils japonais à Tokyo en 1945 au risque imminent de catastrophe nucléaire pendant la crise des missiles cubains, en passant par les effets dévastateurs de la guerre du Vietnam, The Fog of war examine la psychologie et les raisonnements des décisionnaires du gouvernement qui ont envoyé les hommes au combat.

Ce film apporte également une vision essentielle à quiconque souhaite comprendre l’exercice du pouvoir et ses stratégies. Un essai puissant et dérangeant sur la guerre et la nature de l’Histoire…

"The Fog of war" est un film entièrement centré autour de la personne de Robert S. McNamara, témoin privilégié de l’Histoire. Américain d’origine modeste, il devient après un passage à Berkeley et Harvard président de la Ford Motor Company, puis secrétaire de la Défense de John Fitzgerald Kennedy et de Lyndon Johnson, avant d’être nommé directeur de la Banque Mondiale.

C’est ce parcours et son rapport aux temps forts de l’histoire diplomatique américaine au XXe siècle qu’ Errol Morris tente d’éclaircir grâce à des dizaines d’heures d’interview avec Robert S. McNamara, des images d’archives, des reconstitutions et des documents sonores de la Maison Blanche.

Ce documentaire, divisé en 11 chapitres, laisse la parole presque uniquement à Robert S. McNamara, de telle sorte qu’un jeu de cache-cache finit par s’opérer entre l’interviewer et l’interviewé. Je sais ce que pensent bon nombre d’entre vous. Vous vous dites, cet homme est un manipulateur. Vous pensez qu’il cache des choses. Vous croyez qu’il n’a pas pleinement répondu aux attentes et aux désirs du peuple américain.

15 février 2012

Soleil Vert

En 2022, les hommes ont épuisé les ressources naturelles. Seul le soleil vert, sorte de pastille, parvient à nourrir une population miséreuse qui ne sait pas comment créer de tels aliments. Omniprésente et terriblement répressive, la police assure l'ordre. Accompagné de son fidèle ami, un policier va découvrir, au péril de sa vie, l'effroyable réalité de cette société inhumaine.

12 février 2012

Le dessous des cartes de l'histoire du monde arabe

Depuis la vague de soulèvements qui traverse de nombreux pays méditerranéens et la péninsule arabique depuis la fin 2010, le monde arabe est souvent présenté par les médias comme un tout. En se dégageant d'une actualité qui ne cesse d'évoluer, Le dessous des cartes expose la géométrie variable de cet ensemble pas si homogène.

8 février 2012

Aluminium, notre poison quotidien

L'aluminium envahit discrètement notre vie quotidienne. Tout le monde en consomme chaque jour sans s'en rendre compte. Il est pourtant toxique. Dans l'alimentation, dans les produits cosmétiques, dans les vaccins et même dans les laits pour bébés, les fabricants utilisent de l'aluminium : agent levant dans les pains et les viennoiseries, conservateur dans les charcuteries et les plats préparés, antiagglomérant dans le sel ou pour les crèmes cosmétiques, colorant dans les confiseries, blanchisseur dans les dentifrices, anti-transpirant dans les déodorants... A doses répétées, il est ingurgité, injecte, pose, bref... le consommateur s'intoxique. Le métal multiplierait par deux les risques d'Alzheimer et les chercheurs decouvrent peu à peu qu'il provoque d'autres maladies graves. Il y a trois ans, l'Europe a tiré la sonnette d'alarme et conseille à chacun de ne pas absorber plus d'un milligramme d'aluminium par semaine. Mais comment éviter la surdose ? Impossible de le savoir car les fabricants ne signalent pas les quantites utilisées dans leurs produits.

7 février 2012

Si la France quittait l'euro...

Documentaire-fiction sur la sortie de la France de la monnaie unique européenne pour reprendre l'ancienne monnaie : le franc. 

Impensable, il y a peu, cette éventualité du retour au franc devient de plus en plus crédible chaque jour.

Quels seront les conséquences de la mort de l'euro sur notre vie quotidienne ? BFM et M6 lèvent le voile en vidéo.



6 février 2012

5 février 2012

Amérique : de la liberté au fascisme

Le documentaire d'Aaron Russo, America : From Freedom To Fascism, sorti en 2006, dénonce la politique américaine en matière de taxe fédérale sur le revenu et quant au système bancaire fédéral. Selon lui, la politique américaine depuis la création de la Banque Fédérale Américaine, mène à une restriction croissante des droits des citoyens américains, surtout avec la mise en place des nouvelles lois depuis les attentats du 11 septembre 2001 et de la création de la nouvelle carte d'identité.

Très impliqué dans la vie politique américaine, il s'est présenté aux élections du gouverneur du Nevada en 1998, sous les couleurs du parti Républicain, où il a fini deuxième, avec presque 30% des votes. Membre important du Parti Libertarien américain, il a été candidat de ce parti lors des primaires organisées pour l'élection présidentielle de 2004.

Le dessous des cartes de l'émergence des maladies

Le reportage suivant cherche à expliquer comment la globalisation tend à la ré-émergence de certaines maladies. Ce volet consacré à la santé mondiale cherche à expliquer pourquoi la mondialisation contribue à brouiller... les cartes. Et plus précisément, en quoi les transformations de l'homme sur l'environnement favorisent l'émergence de nouvelles pathologies, et même la ré-émergence de certaines maladies ?

4 février 2012

La fusion froide, 20 ans après

Bien que la fusion froide soit réelle, les principaux médias ne la couvrent pas. Des expériences sont actuellement reproduites dans le monde entier, afin de compléter de vérifications supplémentaires la masse de preuves scientifiques. Il est dorénavant possible de créer de l'énergie avec des ressources banales, sans coût environnemental. Des centrales électriques à fusion froide seront construites avant 2012.

Natural News couvre l’évolution de la fusion froide depuis quelque temps, car des expériences contrôlées en Russie, Californie, Italie et au Japon ont démontré avec régularité que la fusion froide est bien réelle.

L’une de ces expériences réussies a été dirigée par Yoshiaki Arata, professeur émérite à l'université d'Osaka au Japon. Le Dr Arata a fait une démonstration de fusion froide à Osaka. L’un de ses collègues a écrit par la suite : "La démonstration réalisée avec succès par Arata a montré en direct des données exactement similaires à celles rapportées dans les documents. Cela prouve la haute reproductibilité de la méthode."

De plus, cette année, le catalyseur d’énergie de fusion d’Andrea Rossi a été testé selon un certain nombre de scénarios différents. Cela a fortement convaincu que la fusion froide pourrait être prête pour usage public d'ici à fin de 2011. Le 14 janvier, Focardi et Rossi ont tenu une conférence de presse pour parler de leur générateur de 10 kW. Le compte-rendu d’une autre expérience, qui s’est déroulée environ un mois plus tard à l'université de Bologne, indiquait que ce modèle avait produit 15 kW pendant 18 heures. Il existe actuellement des plans pour raccorder environ 200 de ces petites unités pour construire avant la fin de l'année deux centrales électriques produisant 1 mégawatt. Si ces centrales arrivent à atteindre leur plein potentiel, nous pouvons alors espérer construire des centrales électriques de taille industrielle dans un an ou deux.

Mais comment ça marche ?

La fusion froide n'est pas vraiment magique, même si elle peut très bien avoir un effet miraculeux sur notre avenir. Il s'agit d'une réaction chimique relativement simple produisant un excès de chaleur, ce qui veut dire que, si la réaction se produit dans l'eau, il augmentera sa température. Le nickel en poudre active la réaction. Vous mettez dedans du nickel (l’un des métaux les plus abondants de la planète), et vous obtenez de l'eau chauffée.

Avec ça, quasiment tout mécanicien du monde serait capable de se débrouiller. Les machines à vapeur chauffent de l'eau avec du charbon, puis actionnent des turbines grâce aux propriétés expansives de la vapeur. Un engin à fusion froide utiliserait les même dispositifs mécaniques de base, sauf qu’il chaufferait l'eau en consommant du nickel plutôt qu’avec une combustion.

Mais pourquoi les informations sur la fusion froide n'ont pas encore atteint les principaux médias ? Pourquoi n’y a-t-il aucun article dans le New York Times, qui présente tout bourdonnement et agitation ?

Les médias ont déjà été échaudés par le rêve de la fusion froide. En 1989, Fleishman et Pons firent les premiers une série d'expériences de fusion froide et obtinrent quelques résultats vraiment passionnants. Dans leur enthousiasme, ils laissèrent s’ébruiter leur découverte un peu trop tôt, avant d’avoir pu l’étudier en profondeur ou obtenir régulièrement des résultats positifs. Rendant publique leur trouvaille miraculeuse, ils prétendirent avoir découvert la machine rêvée du millénaire, et ils causèrent un gros remue-ménage dans la communauté scientifique, du moins au début.

Mais ils tombèrent en proie à leur propre enthousiasme débridé. Devant le potentiel de ce qu'ils avaient découvert - un avenir resplendissant, avec de l'énergie gratuite et propre - ils brûlèrent les étapes un peu prématurément. Leur méthode fut reproduite aux 4 coins du globe, mais de nombreuses expériences firent un échec. En fait, leur méthode ne fut prouvée marcher que dans 30% des cas. Et dans le monde de la réalité concrète, 30% est une erreur, pas une découverte. Il fut supposé que les 30% d’expériences corroborant les résultats de Fleishman et Pons étaient plus que probablement le fruit de pots-de-vin ou de "sympathies", pas de la fusion froide.

En conséquence, il fut présumé que Fleishman et Pons n’étaient que des imposteurs, deux bornés tentant désespérément de gagner célébrité et attention histoire de faire du buzz. On pensa que la fusion froide s’était révélée être une mystification, et ces deux scientifiques devinrent mal famés. Quasiment excommuniés, Fleishman et Pons entrèrent en clandestinité, continuant à parfaire leur méthode et à rendre le processus facile à reproduire et régulier. Ils vérifièrent et revérifièrent leurs résultats, et diffusèrent leurs idées auprès d'autres scientifiques désireux de mener des études plus approfondies, comme Andrea Rossi, dont le dispositif a, jusqu'ici, produit la régularité qui manquait à Fleishman et Pons.

Cette découverte ne pouvait pas arriver à un meilleur moment pour le monde, au moment où les ressources pétrolières s’épuisent rapidement, et les émissions de gaz à effet de serre continuent à être rejetés, malgré les dommages qu'ils causent.

Vu la raison d’être optimiste en cette période d'énergie particulièrement onéreuse, pourquoi les principaux médias s'abstiennent-ils donc de mentionner la fusion froide ? Pourquoi n'est-ce pas à la une de tous les journaux ?

Il y a un certain nombre d'explications possibles. D’abord, le calme plat de la communauté scientifique peut très bien être un contrecoup de l'enthousiasme débridé accordé aux premières expériences faites en 1989. Après pareille humiliation, il est aisé de comprendre pourquoi les scientifiques restent sceptiques, du moins en apparence. Pendant ce temps-là, il est prévu de reproduire plus tard cette année à grande échelle le Catalyseur d’énergie, le réacteur à fusion froide de Rossi. Si vous comparez le rythme des essais de Rossi au standard scientifique, il est clair alors que les scientifiques sont, vraiment, excités.

Quant à la presse, il y a des explications plus insidieuses à prendre en considération. D'une part, il est fort possible que nombre d’énormes business, comme les compagnies pétrolières et charbonnières fassent pression sur les mass media pour garder le silence. Les centrales à fusion froide feraient chuter le prix de l'énergie, mettant ainsi sur la touche les compagnies marchandes d'énergie. Ralentir le processus d'intégration de fusion froide est dans leur meilleur intérêt.

Mais quelle que soit la raison du silence des principaux médias, vous pouvez vous attendre à commencer à entendre parler de la fusion froide d'ici la fin de l'année. D'ici là, il sera impossible de garder secrètement une découverte de cette ampleur.

Article traduit sur Natural News

3 février 2012

Les 6 principes de la manipulation mondiale

Au XXe siècle, la race humaine a été mise en présence d'un phénomène si naturel comme la mondialisation qui peut être définie comme le processus de concentration de pouvoir sur toute l'humanité par une personne ou un petit groupe. Ce processus est en cours dans toute l'histoire humaine et touche maintenant à sa fin. Il y a quelques siècles, les anciens prêtres égyptiens ont pris conscience que la mondialisation peut être contrôlée. Ils ont travaillé sur les principes généraux et les modes de contrôle de la société pour atteindre leurs propres objectifs, et a dirigé ce processus. Laissez-nous jeter un oeil à la façon dont ce processus de mondialisation est contrôlé maintenant.

Armes de guerre.
"La guerre est la continuation de politique par d'autres moyens" - Karl von Clausewitz
La manière la plus ancienne et rapide de contrôler les personnes a toujours été la guerre. L'objet de toute guerre est la conquête de territoires, des richesses, des ressources humaines ou l'élimination complète de l'ennemi. L'histoire du monde a assisté à un grand nombre de guerres brutales. L'évolution mondiale a été la création d'armes de plus en plus complexe et sophistiqué de destruction et d'asservissement. À l'heure actuelle la race humaine s'est trouvée piégée par la nécessité de dépenser une somme sans cesse croissante des ressources sur la course sans fin aux armements. Et finalement, elle a créé une arme qui, avec l'ennemi peut détruire toute la civilisation.

Armes de génocide.
"Tous les crimes sur la Terre ne détruisent pas si beaucoup de race humaine, ni aliènent autant de propriété, que l'ivresse" - Francis Bacon
La prochaine étape dans le processus de mondialisation était la transition des "guerres chaudes" menées par les armes ordinaires "aux guerres froides" menées par la soi-disant "coopération culturelle". Il est possible d'éliminer complètement ou soumettre une nation entière à sa propre volonté au moyen de telles armes de génocide comme les médicaments, l'alcool, le tabac, plusieurs types de vaccins et d'aliments génétiquement modifiés. Pourtant pour garder les personnes ignorant la nature destructive de ces armes ils ont été déguisés comme les moyens superficiellement inoffensifs de relaxation, soulagement du stress, l'amusement et l'immunité acquérante à la maladie. Cette idée est inculquée dans les esprits par la culture, les médias et les proverbes spécialement plantés et les jetons. En réalité ces substances sont des poisons dangereux sapant la génétique des espèces humaines, en détruisant l'être humain tant moralement que physiquement, l'effacement les générations existantes et futures. La Russie perd annuellement plus de 700 milles vies humaines en raison des effets de consommation d'alcool seulement. Est-il un choix conscient et libre de chaque personne ? Négatif ! C'est une option artificielle et fausse imposée à nous par la culture. Il suggère que, dès le berceau, une personne doit choisir un mensonge numéro 1 : "se doper modérément" ou un mensonge numéro 2 – "se doper comme il vous plaira".

Économie.
"Donnez-moi le contrôle de l'argent d'une nation et je me soucie pas qui fait les lois" - Mayer Amschel Rothschild
Les mondialistes ne voient rien dans l'anéantissement complète des nations. Ils feraient mieux de quitter une partie de la population des esclaves vivante ayant soumis son économie à leurs intérêts fermés et étroits, mais aussi dans tel la manière qu'une nation n'a pas la moindre idée de ce qui continue vraiment. Cela peut être fait par l'argent universel et l'institution de crédit, au moyen des taux d'intérêt usuraires qui permettent aux clans des banquiers de recevoir des profits montant en flèche de l'intérêt de crédit sans donner de n'importe quelles valeurs pour la société, pendant que d'autres personnes, leurs familles, les nations entières doivent passer leurs vies remboursant la dette et devenir essentiellement des esclaves. La réalisation de ce mécanisme exige plus de temps, parce qu'en premier lieu il est essentiel d'inculquer la science économique inconsistante dans la société. Mais le paiement est vraiment énorme. La raison consiste en ce que sans tenir compte de si les personnes prennent des crédits ou pas, s'ils comprennent ces instruments ou pas, la société entière est tombée pratiquement dans la dépendance économique à une petite strate sociale de banquiers et propulse maintenant ce système comme les batteries.

Quelques faits
"Il n'y a aucun fait, seulement les interprétations" - Friedrich Wilhelm Nietzsche
Une nation entière ou des classes sociales séparées peuvent être gouvernées beaucoup plus efficacement après avoir été faits un lavage de cerveau avec les idéologies différentes, les dogmes religieux, les doctrines sociologiques et les médias. Certains sont inconsciemment inculqués à par ex la théorie de Karl Marx, le deuxième avec "Allah Akbar", le troisième avec "Christ est ressuscité", le quatrième avec "Fast Live, Die Young". Et s'il le faut à un point dans le temps les gens commencent à être entrés en collision par l'activation de contradictions inhérentes en utilisant quelques techniques spéciales telles que les provocations, les assassinats, les articles de presse, les caricatures scandaleuses ou les fautes délibérées, qui semblent être accidentelles de l'extérieur. Par exemple, nous sommes témoins maintenant des tentatives de mettre l'Islam traditionnel et le Christianisme biblique l'un contre l'autre, en dépit de la conviction partagée par la quantité de religions mondiales que Dieu, qui est le créateur, le tout-puissant est un pour toutes les créatures de la Terre. Un des moyens les plus puissants pour le lavage de cerveau est la télévision. En dépit des convictions communes, les médias programment en fait la réalité pour former les attitudes des gens aux événements différents plutôt que refléter la réalité objective. De nos jours, les attaques terroristes trouvent une telle échelle par hasard seulement parce qu'ils sont diffusés immédiatement sur toutes les chaînes de télévision. Dans ce cas-là, les médias agissent essentiellement comme les sponsors informationnels de terrorisme, en y fournissant le milliard de budgets et un large public.

Chronologie.
"Regardez derrière dans le passé le plus souvent pour éviter de grandes fautes dans l'avenir" - Kozma Prutkov
Il est bien connu que celui qui a oublié l'histoire de sa Patrie ressemble à un arbre sans racines. Mais ce qui arriverait si une nation entière a oublié son histoire ou a accepté un mythe historique imposé à lui par les éléments hostiles externes. Citer George Orwell, "Qui contrôle le passé contrôle le futur. Qui contrôle le présent contrôle le passé". Réécriture de l'histoire des nations mène inévitablement à une altération de son avenir. Pour cette raison, notamment l'arrivée d'un nouveau régime a toujours été marquée par la réécriture de l'histoire, bien que les gouvernants eux-mêmes ont été au courant d'être manipulé «en aveugle». Cette situation a montré très clairement jusqu'à dans les anciennes républiques soviétiques qui ont rompu avec l'URSS. Par conséquent, on devrait toujours se rappeler que l'histoire nous apprend rien, mais ne punit que pour ne pas apprendre ses leçons.

Idéologique (vision du monde).
"Si vous voulez vaincre votre ennemi, élevez ses enfants"La Sagesse Orientale
La conquête d'une nation deviendra la plus ferme, efficace et presque irréversible si on réussit à d'une façon ou d'une autre changer sa vision du monde dans tout le pays, pour que la nation serve obstinément les intérêts des envahisseurs, en les considérant une partie de leur vie normale. Nous pouvons voir maintenant les médias, les films, le bruit et les vedettes de cinéma, en essayant de nous convaincre que l'alcool, le tabac, les médicaments et les perversions sexuelles sont des phénomènes normaux de la société russe moderne. L'exemple parfait de l'influence sur une vision du monde est la caste de l'Inde, le système social, par quoi la transition d'une caste à un autre est pratiquement impossible. Environ 300 millions de la population de l'Inde a classifié comme la caste "d'intouchables" ou "petites personnes" vivantes dans la pauvreté extrême et croyez que c'est leur seul mode possible d'existence dans la société. Cet exemple montre la mesure à laquelle une vision du monde peut déterminer les vies de nombreuses générations sur le cours d'histoire. De nos jours il y a deux types principaux de visions du monde qui dominent dans la société : la vision du monde kaléidoscopique est typique des personnes qui sont incapables de trouver leur endroit dans la vie dans le flux sans fin d'événements. Chaque nouvel événement crée un peu plus le chaos dans leur perception du monde comme une écharde de verre nouvelle mise en un kaléidoscope change le tableau d'ensemble. Les personnes avec la vision du monde en mosaïque perçoivent le monde comme entier et indivisible, où tout est causalement déterminé et où les événements accidentels ne peuvent pas exister. Ainsi n'importe quel nouveau fait ou événement contribue à cette vision du monde le faisant plus clair comme un nouveau fragment ajouté à une mosaïque. Malheureusement la culture moderne produit la prédominance de vision du monde kaléidoscopique.
"Ce monde est un spectacle historique creux que vous devriez juger ; Tous les sages savent que les choses ne consistent pas en ce ce qu'ils semblent ; Soyez de bonne humeur et débarrassez-vous en. Cette illusion vaine d'un rêve sans fondement" - Omar Khayyam
Jusqu'ici tous ces mécanismes de contrôle ont été dissimulés et connus, mais à quelques un des initiés. Mais aujourd'hui en raison de l'effet de la loi objective de temps, tous les secrets deviennent connus et quelqu'un peut trouver la vérité s'ils veulent. Maintenant une main même obscure a révélé lui, aussi bien que son maître qui a inventé une fois tous ces mécanismes et les déclencherait habilement au cours du processus historique mondial. L'ancienne société n'avait même pas de terme pour décrire l'existence d'un tel maître. Ce phénomène social objectif a été appelé comme le pouvoir conceptuel et les mécanismes de guerre et de contrôle de la société ont été identifiés comme les instruments généralisés ou les principes de manipulation de masse utilisée par le pouvoir conceptuel. Lorsqu'elle est appliquée dans un cadre unique de la société, ils peuvent être considérés comme des instruments généralisés de son contrôle, mais lorsqu'il est exercé par un groupe contre un autre - comme les armes, c'est à dire les moyens de la guerre dans le sens le plus général. Aujourd'hui, la prise de conscience de ces mécanismes peut permettre à une personne de s'opposer à l'impact externe de tous les principes ci-dessus. En outre, ils ont le choix conscient: soit de rester un esclave ou s'affranchir et devenir l'être humain.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...