Recherche

6 janvier 2010

Scandale : votre banque peut vous virer a tout moment !!

Fidèles à leur banque depuis des années avec des comptes créditeurs : en guise de cadeau de fin d'année, ils ont été remerciés. C'est le cas de Jean-Michel, peintre en bâtiment depuis 2005 et client du Crédit agricole depuis 1987. "Je viens de recevoir une lettre m'informant que mon compte sera clôturé dans 60 jours, raconte-t-il. Pourtant, il est super-créditeur, avec 10 000 ou 15 000 euros en permanence, et je n'ai jamais eu le moindre incident de paiement."

Dans son courrier, la banque ne donne aucune justification. "Elle veut que j'ouvre un compte professionnel, qui me coûterait de l'argent et dont je n'ai pas besoin, car j'ai une micro-société, non soumise à la TVA", a-t-il appris auprès du guichet de son agence. "Comme j'ai refusé, j'ai été viré...", en conclut-il.

Pierre Peltre, retraité, client de la Banque transatlantique depuis trente ans, a subi le même sort. "Sur mon compte, il y a en permanence entre 5 000 et 6 000 euros, grâce à de petits loyers qui tombent tous les trois mois, et environ 300 euros par mois d'entrées et de sorties, témoigne-t-il. Un jour, j'ai découvert que la banque m'avait prélevé des frais de tenue de compte de 30 euros par mois. Par téléphone, j'ai demandé pourquoi. Mon interlocuteur m'a répondu que c'était lié à une activité insuffisante de mon compte, et qu'on les enlèverait si j'ouvrais un livret A. Je lui ai dit qu'ils étaient tous des voleurs. Il m'a rétorqué : dans ce cas on attend que vous clôturiez votre compte, ce que j'ai fait."

René Iglesias, client du Crédit agricole depuis trente ans, a été prié de changer de banque, lui aussi. "Cela fait longtemps que mon agence me tanne pour que je prenne une carte bleue, dont je n'ai pas besoin, car les chèques me suffisent, raconte-t-il. J'ai fini par dire oui quand elle m'a proposé de me la rembourser intégralement, en 2002. Je me suis forcé à m'en servir, et à faire moins de chèques, jusqu'en 2009. Mais cette année, l'agence ne m'a remboursé que 20 euros, et non 34,90 euros. Comme j'ai contesté cette décision, elle m'a envoyé en recommandé une lettre m'informant que mon compte et mes livrets seraient clôturés dans 45 jours. J'ai demandé un délai d'un mois et demi, le temps de trouver une autre banque, et d'y transférer virements et prélèvements, mais il m'a été refusé."

Dans une lettre du 3 décembre 2009, la responsable "écoute qualité client" de la Caisse régionale du Crédit agricole du Centre-Loire explique à M. Iglesias : "Nous constatons à regret (...) que votre relation avec le Crédit agricole n'est plus basée sur la confiance et n'est donc plus constructive pour les deux parties." Elle lui reproche, en effet, de "contester régulièrement" le coût des services.

Les râleurs semblent être particulièrement dans le collimateur des banques. Muriel Poirier, sa soeur et sa mère en ont fait l'amère expérience : elles viennent d'être éconduites du CIC, où elles avaient leurs comptes depuis 2000. "Nous avons contesté le fait que la banque ait opéré une saisie sur l'allocation handicapé de ma mère, alors que cette prestation, qui constitue son seul revenu, est insaisissable. Nous avons demandé au médiateur du CIC d'intervenir. Nous n'avons même pas obtenu de réponse", explique Muriel, maître-nageur.

Interrogée par Le Monde, la Fédération bancaire française (FBF) n'est pas en mesure de dire si ce type de clôture de compte est fréquent. "C'est la première fois que j'entends parler de ça", déclare sa directrice de l'information, Colette Cova. Pourtant, certaines associations de consommateurs disposent de lettres types pour les clients qui en sont victimes. Car les banques ont, comme les clients, le droit de rompre la convention de compte. Aucun recours n'est possible. Mais elles doivent respecter un préavis.

"Le délai proposé par la charte des services bancaires de base est de 30 à 45 jours minimum. Ce délai doit permettre au banquier d'avoir un entretien avec le client", explique l'universitaire Thierry Bonneau, dans Droit bancaire, l'ouvrage de référence de la FBF. Aucune des personnes interrogées par Le Monde n'a pourtant eu droit à un entretien.

Difficile d'estimer le nombre de clients créditeurs remerciés par leurs banques. A la Banque de France, on précise que ces cas n'entrent pas dans les statistiques. L'Association française des usagers des banques (AFUB) indique qu'elle a enregistré 500 plaintes et témoignages en 2009. "Depuis six mois, on assiste à une recrudescence du phénomène, avec 50 plaintes sur notre site Internet en décembre, déclare Serge Maître, le secrétaire général de l'AFUB. Il y a eu une vague de clôtures autoritaires dans les années 1990 : les banques jetaient alors les personnes à risques. Désormais, elles sanctionnent les clients qui ne répondent pas à leurs sollicitations et refusent la vente forcenée de prestations bancaires. Il s'agit d'une nouvelle politique commerciale, qui tourne le dos à l'engagement qu'elles ont pris en 1992 auprès des pouvoirs publics de ne plus procéder de manière brutale à des clôtures de comptes."

Source : Le Monde
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...