Recherche

Chargement...

28 décembre 2009

Ils vont créer le virus mortel en mixant le virus H1N1 et H5N1 selon Jane Burgermeister

H1N1 + H5N1 = virus mortel virulent !

Le virus de la grippe porcine (H1N1) et celui de la grippe aviaire (H5N1) sont mélangés par le professeur français, Bruno Lina, affilié à l'OMS, créant potentiellement un virus mortel nommé Ester Nordland sur les nouvelles de la santé du site Internet de la Norvège.

Lina et son équipe mènent cette recherche sur la création d'une arme biologique mortelle sous le prétexte d'avoir à prédire l'évolution d'une pandémie à venir.

"Dans l'un des laboratoires les plus sûrs au monde, les scientifiques ont l'intention de mélanger l'un des virus les plus contagieux dans ce monde avec l'un des plus meurtriers", écrit-elle.

"Le but est de savoir si la grippe porcine et la grippe aviaire peut finir comme un mélange mortel", écrit l'agence de nouvelles norvégien ANB.

La grippe porcine (H1N1) est très contagieux, mais finit par tuer une minorité seulement des personnes qui ont en fait la grippe.

La grippe aviaire (H5N1), d'autre part, tue plus de 60 % de ses victimes humaines, mais uniquement dans de rares cas se propage de personne à personne.

Devrait-on mélanger ces deux virus ou les faire muter, le virus pourrait apparaître une nouvelle horreur : un virus aussi dévastateur que le virus de la grippe aviaire et aussi contagieuse que le virus de la grippe porcine.

Dans les laboratoires de l'Inserm de niveau de biosécurité 4 à Lyon (P4), en France comme des virus mortels d'Ebola, de Marburg et Hendra sont enfermés dans un coffre. Le laboratoire est situé dans un immeuble blindé qui peut résister aux séismes et explosions.

Les chercheurs sont dans des scaphandres de protection évocateurs de costumes spatiaux avec les réserves  d'oxygène profondément ancrées derrière eux.

L'Inserm est l'Institut National français pour la santé humaine et de la recherche médicale.

Maintenant, une équipe de chercheurs de Lyon ont l'intention de vérifier si le virus H1N1 risque d'interférer avec son parent plus mortelle H5N1 et devenir un virus ayant les traits les plus affreux de tous les deux. S'ils découvrent ce genre de mutations auront lieu, et quel type de grippe apparaissent mai, il pourrait se révéler être une clé pour prédire, les pandémies façon dont les futurs vont évoluer.

Jusqu'à maintenant ils ont enquêté, comment le H1N1 peut développer de la résistance au produit pharmaceutique Tamiflu.

Maintenant, le chercheur originaire de l'équipe de recherche, Bruno Lina, espère être autorisé à mélanger les deux virus. - "Il s'agit d'une étude controversée, mais c'est la recherche fondamentale qui doit être effectuée", dit Lina dans la revue Nature. - "Si vous découvrez, ce qui se sépare du H5H1 est le plus taillent pour changer, vous êtes capables d'être plus vigilants, si le changement devient virulent dans ces parties", dit Lina.

Olav Hungnes coordonne la montre de grippe à l'Institut de Santé Humain (Folkehelseinstituttet) en Norvège. Il dit que c'est une possibilité, que le virus de la grippe porcine peut changer.

Hungnes explique que le profil génétique du virus peut etre la chance d'une telle façon, qu'il prend des gènes d'un autre virus.

"La condition du virus de la grippe aviaire et le virus mélangé à un nouveau virus, en plus encore plus dangereux, c'est qu'ils se rencontrent. Mais il ya tellement peu de cas de grippe aviaire parmi les gens, que les chances sont faibles", dit Hungnes.

La grippe aviaire est la plus répandue en Asie du Sud.

On imagine que le porc peut servir comme un réservoir de mélange pour les deux types de grippe. Chez les porcs ces zones, les oies et les êtres humains vivent ensemble. Mais jusqu'à maintenant ce n'est pas arrivé, dit le docteur médical aîné Bjørn Iversen, de l'Institut de Santé Humain en Norvège - Que ce qui arrivera, personne ne le sait. Ce que tu crois en ces questions, dépend de si vous êtes un optimiste ou un pessimiste. L'optimiste dira que, comme il ne s'est pas produit jusqu'à maintenant, cela n'arrivera jamais. Les pessimistes diront que maintenant il a essayé tellement dur pendant si longtemps, que c'est juste avant qu'elle réussisse. Je crois que la possibilité que cela va réellement se passer est faible. Le virus de la grippe aviaire a fait circuler depuis 1987. Il revint en 2003, et en dépit du fait qu'il ya eu beaucoup de la grippe saisonnière normale, il n'a pas réussi à mélanger avec ce qui, dit Iversen.

Selon Bjørn Iversen, la recherche dans ce domaine se déroulent partout dans le monde.

Dans un laboratoire américain, le chercheur Jeffrey Taubenberger a réussi à reconstruire le virus de la grippe espagnole qui a jeté les déchets du monde au début du XXe siècle. Son équipe de chercheurs ont cultivé un nouveau virus vivant. (ANB) 

13 décembre 2009

Plans secrets du Nouvel Ordre Mondial decouverts ! Personne n'etait au courant depuis 1995 !

Une déclaration de la Communauté internationale à l'occasion du 50ème anniversaire de l'Organisation des Nations Unies
L'unification de l'ensemble de l'humanité est la marque distinctive de la scène dont la société humaine est proche maintenant. Unité de la famille, de tribu, de cité-État et la nation ont été successivement tenté et totalement établie. L'unité du monde est le but vers lequel tend l'humanité s'efforce de harcèlement. Construction de la nation en est venu à une fin. L'anarchie inhérente à la souveraineté des États se dirige vers un point culminant. Un monde, qui atteindra la maturité, doit renoncer à ce fétiche, de reconnaître l'unicité et la plénitude des relations humaines, et établir une fois pour toutes les machines qui peuvent le mieux incarner ce principe fondamental de sa vie. - Shoghi Effendi, 1936
I. Vue d'ensemble: l'occasion de réfléchir

Le 20e siècle, l'une des périodes les plus tumultueuses de l'histoire humaine, a été marquée par de nombreux bouleversements, de révolutions et les départs radicaux par rapport au passé. Allant de l'effondrement du système colonial et les empires du XIXe siecle à la montée et la chute des grandes expériences et désastreuse avec le totalitarisme, le fascisme et le communisme, certains de ces bouleversements ont été extrêmement destructrice, impliquant la mort de millions, l'éradication des vieilles modes de vie et les traditions, et l'effondrement du temps institutions séculaires.

Autres mouvements et des tendances ont été plus évidemment positives. Les découvertes scientifiques et de nouvelles idées sociales ont suscité de nombreuses transformations sociales, économiques et culturels. La voie a été autorisé à effectuer de nouvelles définitions des droits de l'homme et des affirmations de la dignité personnelle, élargi les possibilités de réalisation individuelle et collective, et de nouvelles voies audacieuses pour l'avancement de la connaissance humaine et la conscience

Ce double processus - l'effondrement des vieilles institutions d'une part et la floraison de nouvelles façons de penser de l'autre - sont la preuve d'une seule tendance qui a pris de l'ampleur au cours des cent dernières années: la tendance vers toujours plus interdépendance et l'intégration de l'humanité

Cette tendance est observable dans de vastes phénomènes, de la fusion des marchés financiers mondiaux, qui à son tour reflète la dépendance de l'humanité sur des sources diverses et interdépendantes de l'énergie, la nourriture, les matières premières, la technologie et au savoir, à la construction du globe-annélation des systèmes de les communications et les transports. Elle se reflète dans la compréhension scientifique de la biosphère de la terre interconnectés, qui a à son tour, donné une nouvelle urgence à la nécessité d'une coordination mondiale. Il est manifeste, quoique d'une manière destructrice, dans les capacités des systèmes d'armes modernes, qui ont progressivement augmenté au pouvoir au point où il est désormais possible pour une poignée d'hommes pour mettre fin à la civilisation humaine elle-même. C'est la conscience universelle de cette tendance - à la fois dans ses expressions constructives et destructives - qui donne à ces poignant à la photographie familière de la terre comme une sphère tourbillonnantes de bleu et blanc contre le noir infini de l'espace, une image cristallisant la réalisation que nous sommes un seul peuple, riche de sa diversité, vivant dans une patrie commune

Cette tendance se reflète aussi dans les efforts d'équilibre par les nations du monde afin de forger un système politique mondial qui peut assurer à l'humanité la possibilité de paix, de justice et de prospérité. Deux fois dans ce siècle, l'humanité a essayé d'instaurer un ordre international nouveau. Chaque tentative a cherché à aborder la reconnaissance émergente de l'interdépendance mondiale, tout en préservant néanmoins intact un système qui a mis la souveraineté de l'État au-dessus de tout. Dans la perspective du siècle qui s'achève, la Ligue des Nations, une percée dans le concept de sécurité collective, a marqué un premier pas décisif vers l'ordre mondial

Le second effort, né du cataclysme de la Seconde Guerre mondiale et repose sur une charte élaborée principalement par les vainqueurs de cette conflagration, depuis cinquante ans a constitué un forum international de dernier recours, une situation unique institution comme un symbole noble pour le collectif intérêts de l'humanité dans son ensemble

En tant qu'organisation internationale, l'ONU a démontré la capacité de l'humanité d'une action concertée en matière de santé, l'agriculture, l'éducation, la protection de l'environnement et le bien-être des enfants. Elle a affirmé notre volonté morale collective de bâtir un avenir meilleur, témoignaient à l'adoption généralisée des Pactes internationaux relatifs aux droits de l'homme. Il a révélé la compassion profonde du genre humain, comme en témoigne la dévotion des ressources financières et humaines à l'assistance des personnes en détresse. Et dans l'ensemble des royaumes importante de consolidation de la paix, rétablissement de la paix et maintien de la paix, l'ONU a ouvert la voie audacieuse vers un avenir sans guerre.

Pourtant, les objectifs généraux énoncés dans la Charte des Nations Unies se sont révélées difficiles. Malgré les grands espoirs de ses fondateurs, la création de l'Organisation des Nations Unies, il ya une cinquantaine d'années n'a pas l'avènement d'une ère de paix et de prospérité pour tous. Bien que les Nations Unies ont certainement joué un rôle dans la prévention d'une troisième guerre mondiale, la derniere demi-décennie a cependant été marquée par de nombreux conflits locaux, nationaux et régionaux qui coûtent des millions de vies. A peine amélioré les relations entre les superpuissances, enlevé la motivation idéologique de ces conflits, que les longs couve les passions ethniques et sectaires apparue comme une nouvelle source d'incendie. En outre, bien que la fin de la guerre froide a réduit la menace d'une campagne mondiale, la guerre du terminal, il reste des instruments et des technologies - et dans une certaine mesure, les passions sous-jacents - ce qui pourrait aboutir à la destruction à grande échelle.

En ce qui concerne les questions sociales, de même, de graves problèmes persistent. Alors que de nouveaux niveaux de consensus ont été conclus sur les programmes mondiaux pour promouvoir la santé, le développement durable et les droits de l'homme, la situation sur le terrain dans de nombreux domaines s'est dégradée. La propagation alarmante du racisme militant et le fanatisme religieux, la prolifération cancéreuse du matérialisme, l'augmentation épidémique de la criminalité et la criminalité organisée, l'augmentation généralisée de la violence aveugle, l'écart sans cesse grandissant entre les riches et les pauvres, les inégalités persistantes rencontrées par les femmes, les intergénérationnelle dommages causés par l'éclatement généralisé vers le bas de la vie familiale, les excès immoraux du capitalisme débridé et la croissance de la corruption politique - tout le monde parle à ce point. Au moins un milliard de personnes vivent dans une pauvreté abjecte et plus d'un tiers des personnes dans le monde sont illettrés.

Comme le double processus d'effondrement et de renouvellement de porter le monde vers une sorte de point culminant, le 50e anniversaire de l'Organisation des Nations Unies offre une occasion opportune pour mettre en pause et de réfléchir à comment l'humanité mai collectivement face à son avenir. En effet, il est apparu ces derniers temps un large éventail de propositions utiles pour le renforcement des Nations Unies et d'améliorer sa capacité à coordonner les réponses des pays à ces défis

Ces propositions se répartissent en trois catégories. Un groupe s'attaque à des problèmes essentiellement bureaucratiques, administratives et financières au sein du système des Nations Unies. Un autre groupe comprend ceux qui suggèrent que la reconfiguration des organes comme le Conseil économique et social, le Conseil de tutelle et les institutions économiques de Bretton Woods. D'autres encore proposent d'entreprendre des changements dans la structure politique des Nations Unies, appelant, par exemple, pour un élargissement du Conseil de sécurité et / ou un réexamen de la Charte des Nations Unies.

La plupart de ces œuvres sont constructives, d'autres sont aussi très révélatrices. Parmi eux, l'un des plus équilibré et réfléchi est le rapport de la Commission sur la gouvernance mondiale, intitulé Our Global Neighborhood, qui plaide pour l'adoption généralisée de nouvelles valeurs, ainsi que des réformes structurelles au sein des Nations Unies.

Il est dans l'esprit de contribuer à la discussion en cours et de consultation sur cette question d'importance capitale que la Communauté internationale bahá'íe a été déplacé pour partager ses vues. Notre perspective est basée sur trois propositions initiales. Premièrement, les débats sur l'avenir de l'Organisation des Nations Unies doivent avoir lieu dans le contexte plus large de l'évolution de l'ordre international et sa direction. Les Nations Unies ont co-évolué avec les autres grandes institutions de la fin du XXe siècle. Il est dans l'ensemble que ces institutions se définir - et être eux-mêmes façonnés par - l'évolution de l'ordre international. Par conséquent, la mission, le rôle, les principes de fonctionnement et même les activités de l'Organisation des Nations Unies devrait être examinée qu'à la lumière de la façon dont ils s'inscrivent dans l'objectif plus large de l'ordre international

Deuxièmement, puisque le corps de l'humanité est une et indivisible, chaque membre de la race humaine est née dans le monde comme une fiducie de l'ensemble. Cette relation entre l'individu et le collectif constitue le fondement moral de la plupart des droits de l'homme où les instruments de l'Organisation des Nations Unies tentent de définir. Il sert également à définir un objectif primordial pour l'ordre international dans l'établissement et la préservation des droits de l'individu.

Troisièmement, les discussions sur l'avenir de l'ordre international doit impliquer et d'exciter la généralité de l'humanité. Cette discussion est si importante qu'elle ne peut pas être limitée aux dirigeants - qu'ils soient au gouvernement, les affaires, la communauté académique, la religion, ou d'organisations de la société civile. Au contraire, cette conversation doit impliquer des femmes et des hommes au niveau local. Une large participation rendra le processus auto-renforçant par la sensibilisation de la citoyenneté mondiale et accroître l'appui d'un ordre international élargi.

II. Reconnaissant le contexte historique: Un appel aux dirigeants du monde

La Communauté internationale bahá'íe en ce qui concerne la confusion du monde actuel et l'état désastreux des affaires humaines comme une étape naturelle dans un processus biologique conduisant finalement et irrésistiblement à l'unification de la race humaine dans un ordre social unique dont les limites sont celles de la planète

Le genre humain, en tant que distincte, l'unité organique, a passé par des phases d'évolution analogue aux étapes de l'enfance et l'enfance dans la vie de ses membres individuels, et est maintenant dans la période culminant de son approche de son adolescence mouvementée tant attendue. Le processus d'intégration mondiale, déjà une réalité dans les domaines des affaires, les finances et les communications, commence à se concrétiser dans l'arène politique

Historiquement, ce processus a été accéléré par des événements soudains et catastrophiques. C'est la dévastation des Premiere et Seconde Guerre mondiales, qui a donné naissance à la Ligue des Nations et l'Organisation des Nations Unies, respectivement. Que de réalisations futures doivent également êtres atteints au bout de même horreurs inimaginables ou embrassée par un acte de consultation sera, est le choix qui s'offre à tous ceux qui habitent la terre. Défaut de prendre des mesures décisives seraient déraisonnablement irresponsables

Puisque la souveraineté réside actuellement avec l'État-nation, la tâche de déterminer l'architecture exacte de l'ordre international naissant est une obligation qui incombe aux chefs d'Etat et avec les gouvernements. Nous exhortons les dirigeants à tous les niveaux à prendre un rôle délibéré dans le soutien d'une convocation des dirigeants du monde avant le tournant de ce siècle à examiner comment l'ordre international pourrait être redéfinies et restructurées pour répondre aux défis auxquels fait face le monde. Comme certains l'ont suggéré, cette rencontre pourrait être appelé le Sommet mondial sur la Gouvernance globale.

Ce Sommet a proposé pourrait s'appuyer sur l'expérience acquise lors de la série de conférences très réussie des Nations Unies au début des années 1990. Ces conférences, qui ont porté sur le Sommet mondial pour les enfants en 1990, le Sommet de la Terre en 1992, la Conférence mondiale sur les droits de l'homme en 1993, la Conférence internationale sur la population et le développement en 1994, le Sommet mondial pour le développement social en 1995 et la quatrième Conférence mondiale sur les femmes en 1995, ont mis en place une nouvelle méthodologie pour les délibérations mondiales sur des questions essentielles

Une des clés du succès de ces délibérations a été la participation de fond par des organisations de la société civile. Difficiles négociations entre les délégations gouvernementales sur les changements dans le monde politique, des structures sociales et économiques ont été informés et façonnée par la participation vigoureuse de ces organisations, qui ont tendance à refléter les besoins et préoccupations des populations à la base. Il est également significatif que, dans chaque cas, le rassemblement de dirigeants mondiaux, en présence de la société civile et les médias mondiaux, a donné le sceau de la légitimité et le consensus sur les processus de la conférence

En se préparant pour le Sommet a proposé, les dirigeants du monde serait sage de tenir compte de ces leçons, afin de tendre la main à un cercle plus large possible et de garantir la bonne volonté et de soutien des peuples du monde.

Certains craignent que les institutions internationales politiques évoluent inévitablement vers une centralisation excessive et injustifiée constitue une couche de bureaucratie. Il doit être explicitement et fermement indiqué que toute nouvelle structure de gouvernance globale doit, comme une question de principe et en pratique, d'assurer que la responsabilité de la prise de décision reste aux niveaux appropriés.

Trouver le bon équilibre mai ne pas être toujours facile. D'une part, un véritable développement et le progrès réel ne peut être atteint que par les gens eux-mêmes, agissant individuellement et collectivement, en réponse aux préoccupations et aux besoins spécifiques de leur temps et de lieu. On peut soutenir que la décentralisation de la gouvernance est la condition du développement. D'autre part, l'ordre international exige clairement une certaine direction et la coordination mondiales.

En conséquence, conformément aux principes de la décentralisation décrites ci-dessus, les institutions internationales devraient avoir le pouvoir d'agir seulement sur les questions de portée internationale où les États ne peuvent agir de leur propre chef ou à intervenir pour la préservation des droits des peuples et des Etats membres. Toutes les autres questions devraient être relégués à des minorités nationales et locales.

En outre, pour concevoir un cadre spécifique pour l'ordre international à venir, les leaders doivent examiner un large éventail d'approches à la gouvernance. Plutôt que d'être calquée sur un seul des systèmes reconnus de gouvernement, la solution pourrait etre incarnent, à réconcilier et à assimiler dans son cadre sain que ces éléments se trouvent en chacun d'entre eux

Par exemple, l'un des temps de tester les modèles de gouvernance qui pourrait accueillir la diversité du monde dans un cadre unifié est le système fédéral. Le fédéralisme s'est avéré efficace dans la décentralisation du pouvoir et de décision dans les grands Etats, complexe et hétérogène, tout en maintenant un degré d'unité d'ensemble et la stabilité. Un autre modèle il convient d'examiner la république, qui, au niveau mondial serait placer l'intérêt de l'ensemble d'avance sur l'intérêt de toute nation individuelle

Soins extraordinaires doivent être prises dans la conception de l'architecture de l'ordre international afin que ce n'est pas le temps de dégénérer en une forme de despotisme, de l'oligarchie, la démagogie ou de corrompre la vie et de la machinerie des institutions constitutives politique.

En 1955, lors de l'examen première décennie de la Charte des Nations Unies, la Communauté internationale bahá'íe a publié une déclaration à l'Organisation des Nations Unies, basé sur des idées articulé près d'un siècle auparavant par Bahá'u'lláh. «Le concept bahá'í de l'ordre mondial est défini en ces termes: Un monde super-État en faveur duquel toutes les nations du monde auront cédé de toute prétention à faire la guerre, certains droits pour imposer des taxes et tous les droits pour maintenir les armements, sauf aux fins de maintenir l'ordre interne dans leurs domaines respectifs. Cet Etat devra inclure un exécutif international approprié pour faire respecter l'autorité suprême et incontestable à tout membre récalcitrant de la Communauté, un Parlement mondial dont les membres sont élus par les peuples dans leurs pays respectifs pays et dont l'élection est confirmée par leurs gouvernements respectifs, un Tribunal suprême dont le jugement a un effet contraignant, même dans les cas où les parties concernées n'ont pas volontairement accepté de soumettre leur cas à son examen.

Bien que nous croyons que cette formulation d'un gouvernement mondial est à la fois la sauvegarde ultime et le destin inévitable de l'humanité, nous ne reconnaissons qu'elle représente une image à long terme d'une société mondiale. Étant donné la nature urgente de l'état actuel des choses, le monde a besoin de gras, pratiques et réalisables stratégies qui vont au-delà des visions intelligentes de l'avenir. Néanmoins, en se focalisant sur un concept convaincant, une orientation claire et cohérente pour le changement évolutif se dégage de la boue des opinions contradictoires et des doctrines

III. Définition d'un rôle pour l'ONU dans l'ordre international naissant

L'Organisation des Nations Unies a été la pièce maîtresse du système international créé par les vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale et, pendant les longues décennies de conflit idéologique entre l'Est et l'Ouest, il a servi en tant que forum de dialogue international. Au fil des ans, ses activités se sont élargies pour inclure non seulement normatif international et la promotion du développement social et économique, mais aussi les opérations de paix sur plusieurs continents

Sur la même période, la réalité politique de notre monde a connu une transformation radicale. Au moment de la création de l'ONU, il y avait cinquante Etats indépendants. Ce nombre a aujourd'hui plus de 185. A la fin de la Seconde Guerre mondiale, les gouvernements étaient les principaux acteurs sur la scène mondiale. Aujourd'hui, l'influence croissante des organisations de la société civile et des multinationales a créé un paysage politique beaucoup plus complexe.

Malgré la complexité croissante de sa mission, le système des Nations Unies a conservé plus ou moins la même structure qui a été conçu pour une nouvelle organisation internationale il ya quelques années cinquante. Il n'est donc pas surprenant que l'occasion de son cinquantième anniversaire, a stimulé un nouveau dialogue sur sa capacité à répondre aux réalités politiques du XXIe siècle. Malheureusement, dans ce dialogue, la critique a largement compensé la louange.

La plupart des critiques du fonctionnement de l'Organisation des Nations Unies sont fondées sur des comparaisons avec les activités des organisations de premier plan dans le secteur privé ou sur des mesures par rapport aux attentes initiales gonflés. Bien que certaines comparaisons précises pourrait être utile pour accroître l'efficacité de l'Organisation des Nations Unies plus général des exercices de ce genre sont essentiellement injuste. L'Organisation des Nations Unies n'a pas la compétence non seulement clair, mais également les ressources nécessaires pour agir efficacement dans la plupart des cas. Accusations d'échec de l'ONU sont en fait des actes d'accusation des États membres.

Appréciées en dehors de la réalité dans laquelle elle opère, l'Organisation des Nations Unies sera toujours inefficace. Toutefois, si elle est perçue comme un élément d'un processus plus large de développement dans les systèmes d'ordre international, la lumière de l'analyse devrait passer de lacunes de l'ONU et les échecs de briller sur ses victoires et ses réalisations. Pour ceux qui ont un état d'esprit de l'évolution, l'expérience précoce de l'Organisation des Nations Unies nous offre une riche source d'apprentissage sur son rôle futur au sein du régime international

Un état d'esprit de l'évolution implique la capacité d'envisager une institution sur une longue période percevoir son potentiel intrinsèque pour le développement, l'identification des principes fondamentaux qui régissent son développement, la formulation de stratégies à fort impact pour la mise en œuvre à court terme, et même à anticiper les discontinuités radicales sur son chemin

Étudier l'Organisation des Nations Unies de ce point de vue dévoile d'importantes possibilités de renforcer le système actuel sans la restructuration globale de ses principales institutions ou d'un re-engineering intensive de ses processus de base. En fait, nous estimons que pas de proposition de réforme de l'ONU peuvent produire un impact élevé si ses recommandations sont homogènes et en direct de l'ONU le long d'un chemin d'évolution projetée vers un rôle distinct et pertinents dans l'ordre international futur

Nous croyons que la combinaison des recommandations décrites ci-après répond à ces conditions et que leur adoption constituerait un pas mesuré, mais important pour l'édification d'un monde plus juste.

A. Ressusciter l'Assemblée générale.

Le fondement de tout système de gouvernance est la règle de droit et de la principale institution de la promulgation de la loi est la législature. Bien que l'autorité des assemblées législatives locales et nationales est généralement respecté, régional et international organes délibérants ont fait l'objet de crainte et de suspicion

En outre, l'Assemblée générale des Nations Unies a été la cible d'attaque pour son inefficacité. Bien que certaines des accusations lancées contre lui sont sans fondement, il ya au moins deux insuffisances qui entravent la capacité de l'Assemblée générale d'avoir un impact.

Premièrement, le dispositif actuel donne trop de poids à la souveraineté des États, d'où un curieux mélange d'anarchie et de conservatisme. Dans une ONU réformée, la branche législative et sa structure de vote sera nécessaire de représenter plus fidèlement la population du monde ainsi que des Etats-nations.

Deuxièmement, les résolutions de l'Assemblée ne sont pas contraignants, sauf s'ils sont séparément en tant que traité ratifié par chaque Etat membre. Si le système actuel, qui place la souveraineté des États-dessus de toute autre préoccupation, c'est de laisser la place à un système qui puisse répondre aux intérêts d'une seule humanité et interdépendant, les résolutions de l'Assemblée générale - dans un domaine limité de questions - doit progressivement arriver à posséder la force de loi comportant des dispositions visant à la fois protection et de sanctions

Ces deux défauts sont étroitement liées dans la mesure où la majorité de la population mondiale, méfiante et craintive d'un gouvernement mondial, ne risquent pas de se soumettre à une institution internationale que si elle est elle réellement plus representative.

Néanmoins, à court terme, cinq mesures concrètes sont possibles pour renforcer l'Assemblée générale, d'améliorer sa réputation et de l'aligner avec une orientation à long terme.

1. Augmenter les exigences minimales d'adhésion

Les normes minimales pour la conduite par un gouvernement envers son peuple ont été bien établies dans la Déclaration universelle des droits de l'homme et des pactes internationaux ultérieurs, collectivement désignés sous le nom de Charte internationale des droits de l'homme

Mais sans un engagement inébranlable à des élections régulières et périodiques avec la participation universelle au scrutin secret, à la liberté d'expression et d'autres droits de l'homme, un État membre se trouve dans la voie de la participation active et intelligente de la grande majorité de sa population dans les affaires de ses propres communautés

Nous proposons qu'il y ait des conséquences pour les États membres qui violent ces normes. De même, les nations en quête de reconnaissance devrait se voir refuser l'adhésion jusqu'à ce qu'ils épousent ouvertement ces normes ou à faire des efforts reconnaissables à aller dans cette direction

2. Nommer une commission pour étudier les frontières et les frontières

Les revendications irrédentistes de circulation continueront à être des sources majeures de conflits et de guerre, en soulignant le besoin critique d'accords généraux sur les frontières nationales. Ces traités ne peut être obtenu après examen de la manière arbitraire dont nombreux États-nations ont été initialement définis et de toutes les créances impayées des nations et les groupes ethniques

Plutôt que de reléguer ces réclamations à la Cour internationale de justice, nous croyons qu'il serait préférable de créer une Commission internationale spéciale à la recherche sur toutes les réclamations touchant les frontières internationales et puis, après mûre réflexion, de formuler des recommandations pour action. Les résultats serviraient à un règlement rapide Système d'alerte aux tensions croissantes entre les civils ou les groupes ethniques et l'évaluation des menaces dans les situations bénéficiant de la diplomatie préventive précoce.

Afin d'établir une véritable communauté de nations dans le long terme, il sera nécessaire de régler définitivement tous les différends sur les frontières. Cette recherche servira cette fin.

3. La recherche de nouveaux arrangements financiers

Principalement déclenchées par la réticence de certains États Membres à verser leurs quotes-parts générale sur le temps, aggravées par l'absence de pouvoir de percevoir les intérêts courus à cause de ce retard, et encore aggravée par l'inefficacité bureaucratique dans certaines parties de ses opérations, le déficit budgétaire annuel pressions de l'ONU dans une logique de gestion de crise

Versements volontaires des États membres ne sera jamais un système fiable pour le financement d'une institution internationale. Démarches énergiques visant à la génération de revenus doivent être conçues pour permettre le bon fonctionnement des mécanismes onusiens. Nous proposons la nomination immédiate d'un expert groupe de travail pour commencer une recherche rigoureuse de solutions

Pour étudier les variantes, l'Équipe spéciale devrait tenir compte de plusieurs principes fondamentaux. Premièrement, il devrait y avoir aucune évaluation sans représentation. Deuxièmement, dans le souci d'équité et de justice, les évaluations devraient être graduée. Troisièmement, les mécanismes visant à encourager les contributions volontaires des particuliers et des communautés ne doivent pas être surcadencés.

4. Prendre l'engagement d'une langue auxiliaire universelle et un scénario commun

L'Organisation des Nations Unies, qui emploie actuellement six langues officielles, tirerait avantage substantiel de choisir entre une langue unique existante ou à créer un nouveau pour être utilisé comme une langue auxiliaire dans toutes ses instances. Une telle démarche a longtemps été défendue par de nombreux groupes, depuis les espérantistes à la Communauté internationale bahá'íe. En plus d'économiser de l'argent et la simplification des procédures bureaucratiques, une telle démarche contribuerait largement à la promotion d'un esprit d'unité

Nous proposons la nomination d'une commission de haut niveau, avec des membres provenant de diverses régions et appartenant à des domaines pertinents, notamment en linguistique, en économie, les sciences sociales, l'éducation et les médias, pour commencer une étude approfondie sur la question d'une langue auxiliaire internationale et le adoption d'un scénario commun

Nous prévoyons qu'à la fin, le monde ne peut pas ne pas adopter une seule, universellement acceptée langue auxiliaire et le script doivent être enseignées dans les écoles du monde entier, comme un supplément à la langue ou des langues de chaque pays. L'objectif serait de faciliter la transition vers une société mondiale grâce à une meilleure communication entre les nations, la réduction des coûts administratifs pour les entreprises, les administrations et autres acteurs impliqués dans l'entreprise mondiale, et un général de la promotion de relations plus cordiales entre tous les membres de la famille de l'humanité.

Cette proposition devrait être interprété de façon restrictive. Cela ne signifie en aucune façon d'envisager le déclin de toute langue vivante ou de la culture.

5. Etudier la possibilité d'une monnaie internationale unique

La nécessité de promouvoir l'adoption d'une monnaie mondiale comme un élément essentiel dans l'intégration de l'économie mondiale est évidente. Entre autres avantages, les économistes croient que la monnaie unique mettra un frein à la spéculation improductive et imprévisibles fluctuations du marché, de favoriser un nivellement des revenus et des prix mondiaux, et entraîner ainsi un sauvetage important.

La possibilité d'économies ne seront pas conduire à une action moins qu'il existe un ensemble de preuves pour répondre aux préoccupations pertinentes et les doutes des sceptiques, accompagnée d'un plan de mise en œuvre crédible. Nous proposons la nomination d'une commission composée des chefs de gouvernement les plus accomplies, des universitaires et des professionnels pour commencer l'exploration immédiate sur les avantages économiques et les coûts politiques d'une monnaie unique et faire l'hypothèse d'une approche mise en œuvre effective

B. développer des fonctions exécutives.

Au niveau international, la fonction la plus importante d'administration est l'exécution d'une sécurité collective.

La sécurité collective implique un engagement contraignant entre les nations à agir de concert contre les menaces à la collectivité. L'efficacité de l'alliance dépend de la mesure dans laquelle les membres s'engagent pour le bien collectif, même si elles sont motivées par un sentiment d'intérêt personnel éclairé

Au sein des Nations Unies, le rôle d'exécution est en grande partie réalisée par le Conseil de sécurité, avec d'autres fonctions de l'exécutif étant partagé avec le Secrétariat. Les deux sont gênés dans l'accomplissement de leur mandat. Le Conseil de sécurité souffre d'une incapacité à prendre des mesures décisives. Le Secrétariat est pressé par les exigences complexes des Etats membres

À court terme, quatre mesures concrètes sont envisageables pour renforcer la fonction exécutive au sein de l'Organisation des Nations Unies

1. Limitation de l'exercice du droit de veto

L'intention initiale de la Charte des Nations Unies en conférant un droit de veto des membres permanents sur cinq est d'empêcher le Conseil de sécurité d'autoriser des actions militaires contre un pays membre permanent ou nécessitant l'utilisation de ses forces contre son gré. En fait, en commençant par la Guerre froide, le droit de veto a été exercé à plusieurs reprises pour des raisons qui ont à voir avec la sécurité régionale ou nationale

Dans sa communication 1955 sur la réforme de l'ONU, la Communauté internationale bahá'íe a plaidé pour l'élimination progressive des concepts de «membre permanent et droit de veto que la confiance dans le Conseil de sécurité serait construire. Aujourd'hui, quarante ans plus tard, nous réaffirmons cette position. Cependant, nous proposons également que, comme une étape transitoire, des mesures soient prises pour limiter l'exercice du droit de veto afin de refléter l'intention initiale de la Charte.

2. Institutionnalisation des arrangements ad hoc militaire

Pour soutenir les opérations de maintien de la paix des Nations Unies et de lui ajouter de la crédibilité aux résolutions du Conseil de sécurité, une force internationale devrait être crée. Sa fidélité à l'ONU et son indépendance par des considérations nationales doit être assurée. Le commandement et le contrôle d'une telle force résiderait tout armé avec le Secrétaire général sous l'autorité du Conseil de sécurité. Ses finances, cependant, serait déterminée par l'Assemblée générale. En construisant une telle force, le Secrétaire général cherchera à attirer du personnel compétent de toutes les régions du monde.

Si elle est correctement appliquée, cette force aurait également vous procurer un sentiment de sécurité qui pourrait encourager des mesures en faveur du désarmement mondial, rendant ainsi possible une interdiction totale sur toutes les armes de destruction massive. En outre, conformément au principe de sécurité collective, il deviendrait progressivement entendu que les États besoin seulement de maintenir l'armement suffisant pour leur propre défense et le maintien de l'ordre intérieur

Dans l'immédiat vers la création de cette force, le système actuel d'arrangements ad hoc pourrait être institutionnalisée pour établir de base des forces régionales pour le déploiement rapide pendant une crise.

3. Appliquer la notion de sécurité collective à d'autres problèmes de l'individualisme mondial

Bien que conçu à l'origine dans le contexte d'une menace d'agression militaire, le principe de sécurité collective, certains le soutiennent, mai maintenant être appliquées de manière large à toutes les menaces qui, même si apparemment un caractère local, sont en réalité le résultat de la répartition complexe des l'ordre mondial d'aujourd'hui. Ces menaces incluent mais ne se limitent pas au trafic international de stupéfiants, la sécurité alimentaire, et l'émergence de nouvelles pandémies mondiales.

Nous estimons que cette question devrait être inscrite à l'ordre du jour du Sommet mondial proposé. Toutefois, il est peu probable que les formulations expansive de la sécurité collective ferait obstacle à la cause fondamentale de l'agression militaire.

4. En conservant les institutions des Nations Unies réussie avec fonction exécutive indépendante

Certaines des organisations plus indépendant au sein de la famille des Nations Unies, tels que l'International Children's Emergency Fund des Nations Unies, l'Organisation de l'aviation civile internationale, l'Union postale universelle, l'international télégraphique et de la communication de l'Union, l'Organisation Internationale du Travail et l'Organisation mondiale de la Santé, ont connu un succès remarquable avec certains secteurs très précis, mais d'intérêt international

En règle générale, ces organisations ont déjà leur propre fonction exécutive. Leur indépendance doit être maintenue et renforcée dans le cadre de l'éxecutif international.

C. Un renforcement de la Cour mondiale

Dans tout système de gouvernance, une fonction judiciaire une forte est nécessaire de modérer le pouvoir des autres branches et d'énoncer, promulguer, protéger et rendre la justice. La volonté de créer des sociétés justes a été parmi les forces fondamentales dans l'histoire - et sans doute pas de la civilisation mondiale durable ne peut être fondée que si elle est fermement ancrée dans le principe de la justice

La justice est la seule puissance qui peut se traduire la conscience naissante de l'unité de l'humanité dans une volonté collective à travers laquelle les structures nécessaires de la vie communautaire globale peut être érigé en toute confiance. Une époque qui voit les gens du monde plus en plus accès à l'information de toutes sortes et à une diversité d'idées devra trouver justice en s'affirmant comme le principe dominant d'organisation sociale réussie

Au niveau individuel, la justice est cette faculté de l'âme humaine qui permet à chaque personne pour distinguer le vrai du faux. Dans le regard de Dieu, affirme Bahá'u'lláh, la justice est «la plus aimée de toutes choses» car elle permet à chacun de voir de ses propres yeux, plutôt que les yeux des autres, à connaître à travers ses propres connaissances plutôt que la connaissance de son voisin ou son groupe

Au niveau du groupe, un souci de justice est la boussole indispensable prise de décision collective, parce qu'il est le seul moyen par lequel l'unité de pensée et d'action peuvent être atteints. Loin d'encourager l'esprit répressif qui a souvent masqué sous son nom dans les siècles passés, la justice est l'expression concrète de la conscience que, dans la réalisation du progrès humain, l'intérêt de l'individu et ceux de la société sont inextricablement liés. Dans la mesure où la justice devient une préoccupation de guidage de l'interaction humaine, un climat de consultation est encourageant de constater que les options permet d'être étudié sereinement et des cours d'action approprié sélectionné. Dans un tel climat, les tendances pérennes vers la manipulation et l'impartialité sont beaucoup moins susceptibles de détourner le processus de décision

Une telle conception de la justice sera progressivement renforcée par la réalisation que dans un monde interdépendant, les intérêts de l'individu et la société sont inextricablement liés. Dans ce contexte, la justice est un fil qui doit être intégré dans l'examen de chaque interaction, que ce soit dans la famille, le voisinage, ou au niveau mondial

Nous voyons dans le système actuel des Nations Unies pour la fondation d'une Cour mondiale renforcée. Créé en 1945 en tant qu'organe judiciaire principal des Nations Unies, la Cour internationale de justice se caractérise par de nombreux éléments positifs. Le système actuel de sélection des juges, par exemple, cherche à créer une chambre juridictionnelle qui soit représentatif d'un large éventail de peuples, les régions et systèmes judiciaires.

Inconvénient principal de la Cour, c'est qu'elle n'a pas le pouvoir de rendre des décisions juridiquement contraignantes, sauf dans les cas où les Etats ont choisi à l'avance d'être lié par ses décisions. Sans compétence, la Cour n'a pas le pouvoir d'administrer la justice, le temps, les décisions de la Cour mondiale pourraient devenues définitives et exécutoires à tous les États, mais, dans le court terme, la Cour internationale de justice pourrait être renforcée par deux autres mesures

1. L'extension de la compétence du tribunal

Actuellement, la compétence de la Cour est limitée à quelques catégories de cas, et seules les nations ont qualité pour intenter une action. Nous proposons que, outre les États membres, d'autres organes des Nations Unies devrait avoir le droit de porter des affaires devant la Cour

2. Coordonner les tribunaux thématiques

La Cour mondiale devrait agir comme un parapluie pour les juridictions existantes et nouvelles thématiques, que d'arbitrer et de trancher les litiges internationaux dans des domaines thématiques spécifiques

Au début des composants d'un système unifié peut déjà être trouvée dans les tribunaux spécialisés pour l'arbitrage des questions comme le commerce et les transports, et dans les propositions des organes tels que la Cour pénale internationale et d'une Chambre pour les questions environnementales. D'autres domaines qui pourraient avoir besoin d'être abordés dans le cadre d'un tel système inclurait des tribunaux pour le terrorisme international et le trafic de drogue.

IV. Libérer la puissance de l'individu: un défi critique de l'ordre international naissant

Le principal objectif des institutions dirigeantes à tous les niveaux est l'avancement de la civilisation humaine. Cet objectif est difficile à satisfaire, sans la participation inspiré et intelligent de la généralité de l'humanité à la vie et les affaires de la communauté

Avec un accent sur le renforcement des institutions et la création d'une communauté de nations, des organismes internationaux ont toujours restée éloignée de l'esprit et le cœur des gens dans le monde. Séparés par plusieurs couches de gouvernement de la scène internationale et confus par la couverture médiatique des nouvelles internationales, la grande majorité des gens n'ont pas encore développé une affinité pour les institutions comme les Nations Unies. Seuls les individus qui ont eu accès à l'arène internationale grâce à des chaînes telles que les organisations de la société civile semblent en mesure d'identifier avec ces institutions.

Paradoxalement, les institutions internationales ne peuvent se développer dans la classe de manière efficace et de gouvernement mûr et remplir leur objectif principal de faire progresser la civilisation humaine, si elles ne reconnaissent pas et alimenter leur relation de dépendance mutuelle avec les peuples du monde. Une telle reconnaissance serait mis en branle un cycle vertueux de la confiance et le soutien qui permettrait d'accélérer la transition vers un nouvel ordre mondial

Les tâches inhérentes à l'élaboration d'un appel à la société mondiale pour les niveaux de la capacité de loin tout ce que la race humaine a jusqu'à présent été en mesure de rassembler. Atteindre ces niveaux, il faudra une expansion considérable dans l'accès aux connaissances de la part de chaque individu. Les institutions internationales parviendra à susciter et de diriger les potentialités latentes chez les peuples du monde dans la mesure où leur exercice de l'autorité sont modérés par leur obligation de gagner la confiance, le respect et un véritable soutien de ceux dont les actions qu'ils cherchent à gouverner et de consulter ouvertement et dans toute la mesure possible avec tous ceux dont les intérêts sont touchés

Outre les mesures visant à renforcer sa structure, l'Organisation des Nations Unies doit adopter des initiatives que la libération de la puissance latente chez tous les gens à participer à ce processus de galvanisation. À cette fin, certains thèmes qui permettent d'accélérer l'avancement de l'individu et la société justifient une attention particulière. Parmi eux, la promotion du développement économique, la protection des droits de l'homme, promotion de la condition des femmes, et en insistant sur le développement moral existe quatre priorités de façon étroitement liée à l'avancement de la civilisation qu'il faut souligner dans le cadre du programme des Nations Unies.

A. Promouvoir le développement économique

Stratégies de développement économique employés par l'Organisation des Nations Unies, la Banque mondiale et un certain nombre de gouvernements au cours des cinquante dernières années, cependant sincèrement conçu et exécuté, sont très en deçà des aspirations. Dans une grande partie du monde, le fossé entre les nantis et les pauvres s'est creusé et est l'accélération de la disparité persistante des niveaux de revenu. Les problèmes sociaux ne se sont pas. En fait, la criminalité et la maladie ne sont pas seulement à la hausse, ils deviennent également endémique et plus difficile à combattre

Ces échecs peuvent être attribués à un certain nombre de facteurs. Ils mettent notamment l'accent à tort, sur des projets à grande échelle et la sur-centralisation bureaucratique, les conditions injustes du commerce international, une corruption généralisée qui a été autorisée à s'épanouir dans tout le système, l'exclusion des femmes des processus décisionnels à tous les niveaux, un général incapacité à assurer que les ressources atteignent les pauvres, et le détournement des ressources de développement dans le matériel militaire

Un examen impartial de ces facteurs trahit un défaut commun systématique et fondamentale dans le paradigme actuel du développement économique: les besoins matériels sont souvent abordée sans prendre en compte les facteurs spirituels et leur pouvoir de motivation.

Développement ne doit pas se confondre avec la création d'une société de consommation non durables. True englobe la prospérité spirituelle aussi bien que bien-être matériel. Manger, boire, un abri et un degré de confort matériel sont essentiels, mais des êtres humains ne peuvent et ne pourront jamais trouver la satisfaction de ces besoins. Nor est le contentement d'être trouvés dans le matériel acquis un peu plus intangibles tels que la reconnaissance sociale ou le pouvoir politique. En fin de compte, pas même satisfait à l'épanouissement intellectuel de nos besoins les plus profonds

Il est dans la faim pour quelque chose de plus, quelque chose qui nous dépasse, que la réalité de l'esprit humain ne peut être correctement compris. Bien que la partie spirituelle de notre nature est obscurcie par le quotidien, lutte quotidienne pour la réalisation matérielle, notre besoin de la transcendance ne saurait être longtemps négligé. Ainsi, un paradigme de développement durable doit s'attaquer à la fois les aspirations spirituelles des êtres humains et leurs besoins matériels et les désirs

L'éducation est le meilleur investissement dans le développement économique. "L'homme est le talisman suprême. L'absence d'une bonne éducation a, cependant, l'a privé de ce qu'il doth possèdent intrinsèquement", écrit Bahá'u'lláh. "Voyez en l'homme une mine riche en gemmes d'une inestimable valeur. L'éducation ne peut, seul, lui faire révéler ses trésors, et permettre à l'humanité d'en bénéficier."  L'éducation, implique plus que comme un processus de maîtriser un corps restreint de connaissances ou d'apprentissage un ensemble de compétences de vie. En vérité, l'éducation, qui devrait être un impératif fondamental de développement, doivent également enseigner le processus d'acquisition de connaissances, de cultiver les compétences de l'intelligence et de raisonnement, et insuffler à l'élève des qualités indispensables moral

C'est cette approche globale de l'éducation qui permet aux gens de contribuer à la création de richesses et d'encourager sa juste répartition.

Authentique richesse est créée lorsque des travaux sont entrepris non pas simplement comme un moyen de gagner leur vie, mais aussi comme une façon de contribuer à la société. Nous considérons que le travail utile est un besoin fondamental de l'âme humaine, aussi important pour le bon développement de l'individu que des aliments nutritifs, d'eau potable et d'air pur sont au corps physique

En raison de la nature spirituellement néfastes de la dépendance, les régimes qui se concentrent exclusivement sur la redistribution de la richesse matérielle sont vouées à l'échec dans le long terme. Répartition de la richesse doit être abordée d'une manière efficace et équitable. En fait, il doit être étroitement intégré avec le processus de création de richesse

Nous proposons la recommandation suivante pour le système des Nations Unies pour promouvoir le développement plus efficace.

1. Lancement d'une campagne énergique pour mettre en œuvre l'Agenda 21.

Le plan d'action élaboré à la Conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement intégré un large éventail d'opinions de la société civile et un ensemble de principes semblables à ceux énoncés dans la présente déclaration. Malheureusement, peu a été fait par les États membres à mettre en œuvre les mesures décrites dans le plan.

Si les objectifs d'Action 21 doivent être en compte et satisfaites, un effort élargi, de nature différente mais comparable en ampleur et engagement pour le Plan Marshall pour le réaménagement de l'après-guerre en Europe, pourraient être nécessaires. Dans ce cas, les institutions de Bretton Woods serait appelée à monter une campagne marquée pour accélérer ses efforts de mise en œuvre nationale. Un mandat de cette nature ne peut résulter que d'une conférence, similaires aux premières réunions de Bretton Woods, il ya cinquante ans, qui se consacre à un nouveau gros-interrogatoire de ces institutions. Le but de ce réexamen serait de rendre accessible aux gens du monde des ressources suffisantes pour qu'ils puissent mettre en œuvre des initiatives locales. En outre, la conférence pourrait également élargir son ordre du jour pour traiter des questions plus profondes de la sécurité économique mondiale grâce à la redéfinition des institutions existantes ou la création de nouveaux structures.

En cas de succès, ce nouveau mécanisme pourrait également être étendue afin de coordonner la mise en œuvre des mesures identifiées lors du récent Sommet social.

B. Protection des droits fondamentaux de l'homme

Au cours des cinq décennies depuis que les Nations Unies a été créée, la compréhension est apparu que les droits de l'homme doivent être reconnus et protégés au niveau international pour que la paix, le progrès social et prospérité économique doivent être établies

Les bases d'un accord international sur la nature des droits de l'homme est la très importante de la Déclaration universelle des droits de l'homme, adoptée par l'Organisation des Nations Unies en 1948 et présenté en deux pactes internationaux - le Pacte international relatif aux droits civils et politiques et le Pacte international relatif aux sociales, économiques et culturels. En outre, quelque 75 autres conventions et déclarations d'identifier et promouvoir les droits des femmes et des enfants, le droit à la liberté de culte et le droit au développement, pour n'en nommer que quelques-uns.

Le courant des Nations Unies relatifs aux droits de régime a deux défauts majeurs: des moyens limités pour l'exécution et le suivi et l'accent trop peu sur les responsabilités qui accompagnent tous les droits.

L'application des droits de l'homme au niveau international doit être traitée de manière similaire au traitement de l'agression militaire sous un régime de sécurité collective. La violation des droits de l'homme dans un Etat doit être considéré comme l'affaire de tous, et des mécanismes d'application doivent fournir une réponse unifiée de la part de la communauté internationale tout entière. La question de savoir quand et comment intervenir pour protéger les droits de l'homme est plus difficile de répondre. L'application rigoureuse, il faudra un degré élevé de consensus mondial sur ce qui constitue une violation flagrante et délibérée.

Des étapes importantes vers un consensus mondial ont été prises durant le processus menant à la Conférence mondiale 1993 sur les droits de l'homme, qui a affirmé sans équivoque que les droits de l'homme sont universels, indivisibles et interdépendants, et a clos le débat de longue date au sujet de l'importance relative des droits civils et politiques par rapport aux droits sociaux, économiques et culturels. La Conférence a également confirmé que les droits de l'homme doivent être appliquées indépendamment des différences d'origine raciale, l'origine ethnique, croyance religieuse ou l'identité nationale. Elles englobent l'égalité des femmes et des hommes; elles mentionnent, pour tous les individus dans le monde entier les mêmes droits à la liberté d'investigation, d'information et de la pratique religieuse, et ils incarnent le droit de chacun à des nécessités de base comme la nourriture, le logement et la santé au-delà car la nécessité de construire un consensus et renforcer l'application des droits de l'homme, il est important d'établir une compréhension plus grande que pour chaque droit est attaché une responsabilité correspondante.

Le droit d'être reconnu comme une personne devant la loi, par exemple, implique la responsabilité de respecter la loi - et de faire les lois et le système juridique plus juste. De même, dans le domaine socio-économique, le droit de se marier emporte avec elle la responsabilité de soutenir la cellule familiale, d'éduquer ses enfants et de traiter tous les membres de leur famille avec respect. Le droit au travail ne peut être dissociée de la responsabilité d'accomplir ses devoirs au mieux de ses capacités. Dans le sens le plus large, la notion de "droits" universels de l'homme implique une responsabilité à l'humanité dans son ensemble

En fin de compte, alors qu'il appartient à l'individu pour remplir les responsabilités dans chacun de ces domaines, il appartient aux institutions internationales pour protéger le droit de l'homme connexes. Nous proposons trois mesures pour l'action immédiate

1. Renforcement du mécanisme de l'ONU pour le suivi, la mise en œuvre et le suivi

Le mécanisme des Nations Unies pour le suivi, l'exécution et le suivi de la conformité du gouvernement avec les pactes internationaux n'est pas suffisante. Le Centre pour les droits de l'homme se compose d'un personnel professionnel très petit mal à soutenir les efforts déployés pour contrôler le respect par les pays de tous les traités qu'ils ont ratifiés.

Nous croyons que les ressources allouées à ce centre doit être augmenté de façon spectaculaire si elle est de s'acquitter dûment de ses fonctions

2. Encourager la ratification universelle des conventions internationales sur les droits de l'homme

Depuis qu'il a ratifié les conventions internationales sur les droits de l'homme crée une obligation pour les États membres, mais pas un quasi-exécutoire, le Secrétaire général et tous les organes de l'ONU pourrait envisager de chaque occasion pour encourager les États membres à agir sur cette question. En fait, un calendrier exigeant pour la ratification universelle mai-être un objectif inspirant à fixer par l'Assemblée générale

3. Assurer le respect des organes de contrôle de l'ONU s'occupant des droits de l'homme

Comme le mandat des agences de surveillance des droits de l'homme est d'une nature très grave, l'ONU a besoin d'être particulièrement attentifs à la perception créée par la structure et les processus de ces organismes et tout aussi délibérée à agir pour résoudre les situations compromettantes

Nous croyons qu'il serait prudent d'étudier au cours du processus de nomination des qualifications des États membres dans des positions visibles et d'exclure de l'élection de membres à la Commission des droits de l'homme et d'autres organismes de surveillance, les Etats membres qui ne l'ont pas encore ratifié les conventions internationales. Bien que ces États membres auront toujours la possibilité de participer pleinement aux délibérations, il permettrait de protéger l'Organisation des Nations Unies d'une gênante et potentiellement compromettre la situation.

Nous croyons également qu'une seule exception est justifiée à la règle ci-dessus. Les États membres, et non sous le contrôle de l'ONU, qui ont une protection suffisante des droits fondamentaux de l'homme dans leurs constitutions, mais qui n'ont pas été en mesure d'achever le processus de ratification pour des raisons de politique intérieure, ne devraient pas être interdits d'élection à des postes visibles.

Enfin, il semble aussi prudent que les États Membres qui ont ratifié les conventions internationales, mais sont sous contrôle pour les violations flagrantes des droits de l'homme soient exclus de l'élection des bureaux des conférences et autres réunions de la Commission des droits de l'homme. Cela permettra d'éviter une perception répandue de la procédure comme une moquerie.

C. Faire progresser la condition de la femme.

La création d'une civilisation pacifique et plus durable sera impossible sans la pleine participation des femmes dans chaque arène de l'homme actif. Bien que cette proposition est de plus en plus soutenu, il ya une différence marquée entre l'acceptation intellectuelle et sa mise en œuvre

Il est temps pour les institutions du monde, composée principalement d'hommes, d'utiliser leur influence pour promouvoir l'inclusion systématique des femmes, non pas par condescendance ou présumée auto-sacrifice, mais comme un acte motivé par la conviction que les contributions des femmes sont nécessaires pour que la société progresse. Seulement, comme les contributions des femmes sont valorisées seront-ils cherché et imbriquées dans le tissu de la société. Le résultat sera un monde plus pacifique, équilibrée, juste et prospère.

Les différences évidentes biologiques entre les sexes ne doit pas être une cause d'inégalité ou de désunion. Au contraire, elles sont un aspect de complémentarité. Si le rôle des femmes en tant que mères est correctement valorisé, leur travail est de nourrir et d'éduquer les enfants seront respectés et dûment récompensés. Il convient également de reconnaître que l'enfant rôle de roulement ne diminue pas son aptitude au leadership, ou de nuire à sa capacité, intellectuel, scientifique ou créatif. En effet, elle mai être une amélioration

Nous pensons que des progrès sur un front quelques critiques auraient le plus d'impact sur l'avancement des femmes. Nous partageons les perspectives suivantes qui sont le fondement de recommandations qui suivent

Tout d'abord, la violence contre les femmes et les filles, l'une des violations les plus flagrantes et généralisées des droits de l'homme, doit être éradiqué. La violence a été une réalité pour de nombreuses femmes à travers le monde, sans distinction de race, de classe, ou d'acquis scolaires. Dans de nombreuses sociétés, les croyances traditionnelles que les femmes sont inférieures ou un fardeau pour leur faire des cibles faciles de la colère et la frustration. Même forte voies de recours et des mécanismes d'application aura peu d'effet jusqu'à ce qu'ils soient soutenus par une transformation dans les attitudes des hommes. Les femmes ne seront pas en sécurité jusqu'à une conscience sociale nouvelle s'installe, celle qui fera la simple expression d'attitudes condescendantes envers les femmes, sans parler de toute forme de violence physique, une cause de honte profonde

Deuxièmement, la famille reste l'élément fondamental de la société et le comportement observé et appris qu'il y seront projetées sur les interactions à tous les autres niveaux de la société. Par conséquent, les membres de l'institution de la famille doivent être transformés de telle sorte que le principe de l'égalité des femmes et des hommes est intériorisée. En outre, si les liens d'amour et les relations familiales cimenter l'unité, l'impact sera portée au-delà de ses frontières et touchent la société dans son ensemble.

Troisièmement, alors que l'objectif global de toute société doit être d'éduquer tous ses membres, à ce stade dans l'histoire humaine le plus grand besoin, c'est d'éduquer les femmes et filles. Depuis plus de vingt ans, des études ont systématiquement démontré que, de tous les investissements possibles, l'éducation des femmes et des filles rapporte des dividendes plus globale en termes de développement social, l'éradication de la pauvreté et la promotion de la communauté.

Quatrièmement, le dialogue mondial sur le rôle des hommes et les femmes doit promouvoir la reconnaissance de la complémentarité intrinsèque des deux sexes. Pour les différences entre eux sont une affirmation de la nécessité naturelle des femmes et des hommes à travailler ensemble pour faire fructifier leurs potentialités pour faire avancer la civilisation, non moins que pour perpétuer la race humaine. Ces différences sont inhérentes au caractère interactif de leur humanité commune. Ce dialogue doit prendre en compte les forces historiques qui ont conduit à l'oppression des femmes et d'examiner les nouvelles réalités sociales, politiques et spirituelles qui sont aujourd'hui la transformation de notre civilisation.

Comme point de départ pour ce dialogue, nous vous offrons cette analogie à partir des écrits Baha'is: "Le monde de l'humanité a deux ailes - l'une sont les femmes et les autres hommes. Ce n'est que deux ailes sont également développées peuvent la volée d'oiseaux. Doit-on aile restent faibles, la fuite est impossible. "En outre, nous appuyons les trois mesures suivantes spécifiques

1. Accroître la participation des femmes dans les délégations des Etats membres

Nous recommandons que les États membres soient encouragés à nommer un nombre accru de femmes à des postes d'ambassadeurs ou similaires diplomatique.

2. Encourager la ratification universelle des conventions internationales qui protègent les droits des femmes et améliorer leur statut

Comme pour les conventions internationales sur les droits de l'homme, le Secrétaire général et tous les organes de l'ONU devrait envisager toutes les occasions pour encourager les États membres à procéder à la ratification des conventions et protocoles qui protègent les droits des femmes et obtenir leur avancement.

3. Planifiant à l'avance pour l'application du Programme d'action de Beijing

Les Stratégies prospectives d'action déclaration adoptée lors de la conférence de Nairobi a été très imaginative et audacieuse, mais son application a été plutôt inefficace. Nous croyons qu'une des leçons devraient être tirées de cette expérience malheureuse et plans délibérée être mis en place pour assurer que le Programme d'action découlant de la Conférence de Beijing ne répond pas à un sort semblable.

Nous proposons qu'un système de surveillance mis en place pour préparer des rapports de situation sur l'application des mesures adoptées et de faire des présentations à l'Assemblée générale chaque année, en soulignant les vingt premiers et le bas vingt Etats membres en termes de conformité.

D. soulignant Moral Development

Le processus d'intégration des êtres humains en groupes plus larges et plus grandes, quoique influencée par la culture et la géographie, a été largement influencé par la religion, l'agent le plus puissant pour changer les attitudes et du comportement humain. Par la religion, cependant, nous entendons le fondement essentiel ou la réalité de la religion, pas les dogmes et imitations aveugles qui ont peu à peu incrustés et qui sont la cause de son déclin et d'effacement

Selon les termes de 'Abdu'l-Bahá "La civilisation matérielle est comme le corps. Peu importe combien infiniment gracieuse, élégante et belle mai il en soit, il est mort. Civilisation divine est comme l'esprit et le corps reçoit sa vie du esprit.... Sans l'esprit du monde de l'humanité est sans vie. "

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...