Recherche

26 septembre 2009

CARTON ROUGE - Les pratiques douteuses de Direct Energie

Ventes forcées, démarchages à domicile abusifs, commerciaux sans scrupules se faisant passer pour EDF, harcèlement téléphonique (y compris ceux qui sont pas clients), surfacturation,.... Direct Energie est un fournisseur peu scrupuleux envers ses clients mécontents

Une directive européenne co-signée par le couple de l'exécutif français permet la libéralisation du secteur de l'énergie, permettant ainsi à de nouveaux opérateurs de devenir "fournisseur" d'énergie. Fini le monopole étatique d'EDF, la libre concurrence est en marche. Ainsi Poweo et Direct Energie (entre autres) proposent aux particuliers des offres sur le papier alléchantes. Il n'en est rien.

Selon les forums, des personnes clientes chez EDF se sont retrouvés chez Direct Energie comme par magie donc ils ont été abonnés de force autrement dit : à leur insu et sans autorisation qui se font prélever sur leurs comptes bancaires ; certains ont déposé plainte et saisi la défense des consommateurs pour escroquerie et vente forcée. Aussi, un grand nombre de personnes ont vu leurs factures exploser !

Quoi qu'il en soit, N'ALLEZ PAS CHEZ DIRECT ENERGIE. Et ce pour de multiples raisons. Comme beaucoup de particuliers, vous bénéficiez d'un tarif régulé autrement dit : indexé sur l'inflation, fixé par l'Etat et non d'un tarif libre autrement dit : libéralisé au bon vouloir de votre fournisseur. Certes, en passant au privé, vous ferez peut être des économies dans un premier temps pour que votre nouveau fournisseur puisse mieux vous faire avoir par la suite. Car ce que ne mentionne jamais ces agents est le coût de la maintenance des lignes électriques qui alimentent votre foyer. Une tempête, un sinistre concernant votre installation et vous serez les derniers réparés et hyperfacturés. Certes, vous pourrez revenir chez EDF, mais comme beaucoup d'entre nous, qui vous acceptera mais au tarif libre.

Ne cédez pas aux sirènes de cette libre-concurrence qui est un piège à rats. Une fois dans le piège, vous n'aurez plus que vos yeux pour pleurer. Restez aux tarifs régulés d'EDF, dernière once de service public à la française.

Pour finir, ils pratiquent le harcèlement par SMS et appels automatiques toutes les 4 heures (y compris ceux qui ne sont pas clients). Toutefois, ils peuvent vous contacter toutes les heures même si vous ne êtes pas client.

22 septembre 2009

AVERTISSEMENT - Jane Burgermeister prévient le monde entier que le plus grand crime de l’histoire de l’humanité est en marche et dépose plainte

Jane Burgermeister a récemment déposé une plainte contre l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), l’ONU, Barack Obama (Président des Etat-Unis), David de Rothschild (banquier),David Rockefeller (banquier), George Soros (banquier), Werner Faymann (Chancelier d’Autriche), entre autres, les accusant de vouloir commettre un génocide de masse.

Cette plainte fait suite à une autre procédure judiciaire que la journaliste avait intentée en avril 2009 contre les sociétés pharmaceutiques Baxter et Avir Green Hills Technology, qu’elle juge responsable d’avoir produit un vaccin contre la grippe aviaire, pour délibérément provoquer une pandémie et s’enrichir par la même occasion.

Jane Burgermeister présente les preuves d’actes de bioterrorisme dans lesquels ces personnes et organismes précités sont impliqués. Elle les accuse de faire partie d’un syndicat international d’entreprises criminelles qui a mis au point, fabriqué, stocké et utilisé des armes biologiques en vue d'éliminer la population des États-Unis et celle d'autres pays, à des fins de gains politiques et financiers. Utilisant la « grippe porcine » comme prétexte, elle les accuse d’avoir planifié le meurtre demasse de la population américaine par le biais de la vaccination forcée. Elle a les preuves que ces vaccins seront volontairement contaminés pour provoquer à dessein des maladies mortelles.

Ces exactions s’inscrivent en violation directe de la Loi antiterroriste concernant l’emploi d’armes biotechnologiques. Elles constituent des actes de terrorisme et de haute trahison.

Comme programme de rentrée, l’OMS lance l’avant dernier stade du génocide ultime visant une réduction de 5 milliards d’humains sur dix ans !

La plainte n'est pas neutre, ni tout à fait récente. Elle est déposée devant le FBI, à l'encontre de BHO et d'autorités politiques, notamment des banquiers de la FED, après que l'auteure a attaqué les labo pharmaceutiques pour avoir volontairement créé le virus, dans le but d'en retirer des bénéfices conséquents par l'injonction de se faire vacciner. On en parle peu, pourtant une recherche sur son nom ne reste pas sans réponse. Il y a les vidéo noires de Youtube, où l'on ne peut qu'entendre, les posts, comme celui-ci qui n'a pas été censuré depuis le 1er juillet sur France24 :

"Grippe porcine : Une journaliste autrichienne accuse l’ONU et des responsables politiques de préparer un génocide planétaire.

Une journaliste d’investigation autrichienne prévient le monde entier que le plus grand crime de l’histoire de l’humanité est en marche. Jane Burgermeister a récemment déposé une plainte auprès du FBI. Elle accuse l’Organisation Mondiale de la Santé, L’ONU, et plusieurs personnalités politiques hauts placés de vouloir commettre un génocide de masse. Elle a aussi préparé une procédure de justice contre la vaccination forcée qui se prépare aux etats unis d’amerique. Elle avait préalablement lancé une procédure de justice contre les sociétés pharmaceutiques Baxter et Avir Green Hills Technology, Elle présente des preuves de bioterrorisme.."

Au moment où approche la date de la diffusion du vaccin Baxter’s A/H1N1 contre le virus de la pandémie grippe, prévue en juillet, un journaliste d’investigation autrichien prévient le monde que le plus grand crime de l’histoire de l’humanité est en cours. Jane Burgermeister a récemment intenté une action judiciaire contre l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), les Nations Unies (Onu), et contre plusieurs hauts responsables du gouvernement et des entreprises pour bioterrorisme et pour tentative de meurtre de masse. En outre, elle a préparé une demande en injonction contre la vaccination forcée que l’on dépose auprès des tribunaux américains en ce moment. Ces actions viennent à la suite des poursuites qu’elle a engagées en avril contre les entreprises Baxter AG et Avir Green Hills Biotechnology de l’Autriche pour avoir produit un vaccin contaminé contre la Grippe aviaire. Elle affirme que c’était un acte délibéré visant à provoquer une pandémie et d’en tirer profit par la suite.

Synthèse des revendications et accusations portées conjointement avec le FBI le 10 juin 2009

Dans son dossier d’inculpation, Burgermeister apporte des preuves d’actes de bioterrorisme, c’est-à-dire en violation de la loi des Etats-Unis, commis par un groupe exerçant ses activités sur le territoire des Etats-Unis et sous la direction des banquiers internationaux qui exercent un contrôle sur la Reserve Fédérale, ainsi que sur l’OMS, l’Onu et l’OTAN.

Cet acte de bioterrorisme a pour but de commettre un génocide de masse contre la population des Etats-Unis en utilisant un virus génétiquement modifié de la pandémie de la grippe, avec pour intention de provoquer la mort. Ce groupe a infiltré les bureaux des hauts responsables de l’administration aux Etats-Unis.

Les chefs d’accusation sont portés, entre autres, à l’encontre des personnalités suivantes: Barack Obama, Président des Etats-Unis, David Nabaro, coordonateur du système des Nations Unies pour la lutte contre la grippe, Margaret Chan, Directrice Générale de l’OMS, Kathleen Sibelius, Secrétaire du Département de la Santé et du Personnel, Janet Napolitano, Secrétaire à la sécurité intérieure, David de Rotschild, banquier, David Rockefeller, banquier, George Soros, banquier, Werner Faymann, chancelier de l’Autriche, Alois Stoger, ministre autrichien de la santé. Elles font partie de ce syndicat international des criminels d’entreprise qui a mis au point, produit, accumulé et utilisé des armes biologiques afin d’anéantir la population des Etats-Unis et celle d’autres pays avec pour objectif d’obtenir des retombées politiques et financières.

Ces chefs d’accusation soutiennent que les accusés ont ourdi une conspiration les uns avec les autres et avec d’autres personnalités pour concevoir, financer et participer à la phase finale de la mise en œuvre d’un programme secret de fabrication des armes biologiques impliquant des firmes pharmaceutiques, telles que Baxter et Novartis. Ils y sont parvenus en mettant au point par des techniques biologiques et diffusant des agents biologiques mortels, en particulier, le virus de la « grippe aviaire » afin de s’en servir comme prétexte pour mettre en œuvre un programme de vaccination forcé. Ce dernier donnerait l’occasion d’administrer un agent biologique pour provoquer la mort et des dommages au peuple des Etats-Unis. Cet acte constitue une violation directe de la Loi anti-terroriste sur les Armes Biologiques.

Les Charges réunies par Burgermeister contiennent des preuves que Baxter AG, une filiale autrichienne de Baxter International, a délibérément transmis à 16 laboratoires de quatre pays 72 kilos de virus de la grippe aviaire dont la fourniture a été faite par l’OMS au printemps 2009. Elle soutient que ces preuves constituent une claire indication que les firmes pharmaceutiques et les agences internationales du gouvernement, elles-mêmes, sont activement impliquées dans la production, la mise au point, la fabrication et la distribution des substances biologiques considérées comme les armes biologiques les plus mortelles sur terre, afin de déclencher une pandémie et de provoquer le meurtre de masse.

Dans les charges qu’elle a présentées en avril, elle a fait remarquer que le laboratoire de Baxter en Autriche, l’un des laboratoires de biosécurité, supposés être les plus sûres au monde, n’a pas pris les précautions les plus essentielles et les plus élémentaires pour sécuriser 72 kilos d’un agent pathogène classé comme arme biologique, et pour le séparer de toutes les autres substances conformément à la réglementation stricte du niveau de biosécurité. Au contraire, elle l’a mélangé avec le virus ordinaire de la grippe humaine et expédié à partir de ses installations de Orth dans le Danube.

En février, lorsqu’un employé de Bio Test en République Tchèque a testé le matériel considéré comme candidats vaccins sur les furets, ces derniers en sont morts. L’OMS, l’U.E. ou les autorités sanitaires autrichiennes n’ont organisé aucune enquête à la suite de cet incident. Aucune enquête n’a été réalisée pour connaître le contenu du matériel génétique du virus et on ne dispose d’aucune séquence génétique du virus libéré.

En réponse aux questions parlementaires le 20 mai, le ministre autrichien de la santé, Alois Stoger, a révélé que cet incident avait été traité non pas comme une défaillance en matière de biosécurité, mais comme une infraction commise vis-à-vis du code vétérinaire. Un vétérinaire fut envoyé au laboratoire pour réaliser une brève inspection.

Le dossier présenté par Burgermeister révèle que la diffusion du virus devait constituer une étape importante dans le projet de provoquer une pandémie qui serait l’occasion pour l’OMS de relever son niveau d’alerte à 6. Elle dresse une liste de lois et décrets qui permettre à l’Onu et à l’OMS de suppléer les Etats-Unis au cas où la pandémie se déclare. En outre, la législation imposant la mise en place d’un programme de vaccinations obligatoires serait appliquée aux Etats-Unis sous réserve de la déclaration de la pandémie.

Elle porte l’accusation selon laquelle tout le problème de la pandémie de la “grippe porcine” repose sur un tas de mensonges disant qu’il n’existe aucun virus naturel qui soit une menace pour les populations. Les accusations de la journaliste comporte des preuves qui montrent que les virus de la « grippe aviaire » et de la « grippe porcine » ont, en réalité, été mis au point, dans les laboratoires, par des techniques biologiques grâce aux financements accordés par l’OMS et, entre autres, par d’autres agences gouvernementales. La “grippe porcine” est une maladie hybride. Elle est formée des éléments de la grippe porcine, de la grippe humaine et de la grippe aviaire. Ainsi composée, c’est quelque chose qui vient forcément des laboratoires, selon la plupart des experts.

Les appels lancés par l’OMS pour attirer l’attention sur la progression de la « grippe porcine » et souligner la nécessité de déclarer une pandémie ne prennent pas en considération les causes fondamentales de cette épidémie. Les virus diffusés ont été créés et répandus avec l’aide de l’OMS. De ce fait, cette organisation porte d’abord une large part de responsabilité en ce qui concerne la pandémie. Par ailleurs, les symptômes de la prétendue « grippe porcine » ne peuvent être distingués de ceux de la grippe ordinaire ou du simple rhume. La “grippe porcine” ne provoque pas plus la mort que ne le fait la grippe ordinaire.

Burgermeister souligne que le nombre de cas mortels attribués à la « grippe porcine » est contradictoire et que l’on n’a aucune idée sur la manière dont le nombre de « victimes » a été recueilli.

Il n’existe pas de risque de pandémie à moins qu’une campagne de vaccination de masse soit organisée pour faire de la grippe une arme sous le prétexte de protéger la population. Il existe des motifs légitimes pour croire que les vaccins obligatoires seront à dessein porteurs de maladies particulièrement mortelles.

Elle cite le cas d’un vaccin agréé produit par Novartis et destiné à lutter contre la grippe aviaire. C’est un vaccin qui a causé la mort de 21 personnes sans abri en Pologne au cours de l’été 2008. Le « critère d’évaluation primaire » en était un « taux d’effets indésirables ». Ainsi, ce critère répondait à la définition d’une arme biologique qui est justement celle du gouvernement des Etats-Unis (une substance biologique conçue pour provoquer un taux d’effets secondaires, par exemple, la mort ou la blessure) disposant d’un mode d’administration (injection)

Elle affirme que le même groupe international d’entreprises pharmaceutiques et d’agences internationales du gouvernement qui a mis au point et diffusé le matériel de la pandémie se sont positionnés pour tirer profit de la situation de pandémie ainsi créée en remportant des contrats de fourniture de vaccins. Le groupe qui a mis sur pied le plan de la “grippe porcine” contrôle des medias, et ceux-ci se chargent de la désinformation dont le but est d’endormir le peuple des Etats-Unis afin qu’il accepte ce dangereux vaccin.

Le peuple des Etats-Unis sera victime de souffrances considérables et de dommages irréparables s’il est contraint d’accepter ce vaccin dont l’efficacité n’est pas prouvée, s’il le prend sans son consentement, conformément au Model State Emergency Health Powers Act, National Emergency Act, National Security Presidential Directive/NSPD 51, Homeland Security Presidential Directive/HSPD-20 et à l’International Partnership on Avian and Pandemic Influenza.

Depuis 2008, aux Etats-Unis, Burgermeister explique que ceux, dont les noms apparaissent dans son dossier d’accusation, ont mis en application de nouvelles lois et/ou accéléré la mise en œuvre une législation conçue pour priver les citoyens des Etats-Unis de leurs droits constitutionnels légitimes de refuser cette injection. Ils ont ainsi apporté ou maintenu des dispositions qui font en sorte que le refus de se faire vacciner contre les virus de la pandémie deviennent un délit. Ils ont, en outre, imposé des amendes excessives et cruelles, telles que la peine d’emprisonnement et/ou la mise en quarantaine dans les Camps d’internement FEMA. Parallèlement, ils empêchent aux citoyens des Etats-Unis de réclamer des dommages suite aux blessures et à la mort causées par la vaccination forcée. Ces mesures constituent une violation des lois fédérales contre la corruption et l’abus de pouvoir et de la Constitution et de la Déclaration des droits. En prenant ces actions, les accuses dont les noms sont cités posent les bases d’un génocide de masse.

Se servant de la “grippe porcine” comme prétexte, les accusés ont planifié, au préalable, le meurtre de masse des populations des Etats-Unis au moyen de la vaccination forcée. Ils ont mis en place un vaste réseau de camps de concentration FEMA et identifié des sites devant servir de charniers. En plus, ils sont impliqués dans la conception et l’exécution de plans pour qu’aux Etats-Unis, le pouvoir soit confié à un syndicat international de crime organisé, en violation des lois qui prévoient et réprime la haute trahison.

Selon les accusations de Burgermeister, le groupe de firmes pharmaceutiques comprenant Baxter, Novartis et Sanofi Aventis font partie d’un programme de fabrication des armes biologiques à double but conçu à l’étranger. Le financement de ce programme, conçu pour concrétiser les tueries de masse, est assuré par le syndicat international des criminels. L’objectif dudit programme est de réduire la population mondiale de plus de 5 milliards de personnes dans les dix prochaines années. Leur projet de répandre la terreur pour justifier le fait de contraindre les hommes à renoncer à leurs droits et de mettre en quarantaine de nombreuses personnes dans les camps de concentrations de la FEMA. Les habitations, les entreprises et les propriétés des victimes seront libres et à la portée de ce syndicat.

L’élimination de la population d’Amérique du Nord permettra à cette élite internationale d’avoir accès aux ressources naturelles de ces régions, à savoir l’eau et les zones pétrolifères non exploitées. Par ailleurs, l’élimination des Etats-Unis et la suppression de sa constitution démocratique assureront au groupe de crime international le contrôle total de l’Amérique du Nord. 

Comme la date de sortie prévue pour Juillet Baxter pandémie de grippe A/H1N1 approches vaccinales, un journaliste d'investigation est autrichien avertissement, le monde que le plus grand crime de l'histoire de l'humanité est en cours. Jane Burgermeister a récemment déposé des accusations criminelles contre le FBI avec l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), l'Organisation des Nations Unies (ONU), et plusieurs des plus hauts fonctionnaires du gouvernement et des entreprises concernant le bioterrorisme et les tentatives visant à commettre un meurtre de masse. Elle a également préparé une injonction contre la vaccination, qui est forcé d'être déposée en Amérique. Ces actions suivent ses accusations déposées en avril contre Baxter AG et AVIR Green Hills biotechnologie de l'Autriche pour la production de vaccin contre la grippe des oiseaux contaminés, a été tiré ce un acte délibéré de provoquer et de profiter d'une pandémie.

Résumé des revendications et des allégations déposées auprès du FBI en Autriche le 10 Juin 2009

Dans ses accusations, Burgermeister présente des preuves d'actes de bioterrorisme, qui est en violation de la loi américaine par un groupe opérant dans les États-Unis sous la direction de banquiers internationaux qui contrôlent la Réserve fédérale, ainsi que l'OMS, l'ONU et l'OTAN. Cette bioterrorisme est aux fins de la réalisation d'un génocide de masse contre la population américaine, par l'utilisation du génie génétique d'un virus de pandémie de grippe à l'intention de causer la mort. Ce groupe a annexé élevé dans les bureaux du gouvernement des États-Unis

En particulier, la preuve est que les accusés, Barack Obama, président des États-Unis, David Nabarro, Coordonnateur du Système des Nations Unies pour la grippe, Margaret Chan, Directeur général de l'OMS, Kathleen Sibelius, Secrétaire du Département de la Santé et des Services, Janet Napolitano, Secrétaire du Department of Homeland Security, David de Rothschild, banquier David Rockefeller, banquier, George Soros, banquier, Werner Faymann, le chancelier de l'Autriche, et Alois Stoger, ministre autrichienne de la Santé, entre autres, font partie de ce syndicat international des entreprises criminelles qui a mis au point, fabriqué, stocké et utilisé des armes biologiques en vue d'éliminer la population des États-Unis et dans d'autres pays pour des gains politiques et financiers.

Les accusations prétendent que les défendeurs ont comploté avec les autres et d'autres à concevoir, financer et de participer à la phase finale de la mise en œuvre d'un programme d'armes biologiques dissimulées internationale impliquant les sociétés pharmaceutiques Novartis et Baxter. Ils ont fait cela par la bio-ingénierie et la libération létale des agents biologiques, en particulier la «grippe aviaire» du virus et le "virus de la grippe porcine" afin d'avoir un prétexte pour mettre en œuvre un programme de vaccination de masse forcé qui serait le moyen d'administrer un agent biologique toxiques de causer la mort et de blessures à la population des États-Unis Cette action est en violation directe des armes biologiques, la Loi antiterroriste.

Burgermeister de charges comprend des éléments attestant que Baxter AG, filiale autrichienne de Baxter International, délibérément envoyé 72 kilos de vivre virus de la grippe aviaire, fournies par l'OMS, à l'hiver de 2009 à 16 laboratoires dans quatre comtés. Elle réclame cette preuve offre la preuve évidente que les sociétés pharmaceutiques internationales et les agences gouvernementales se sont activement engagées dans la production, le développement, la fabrication et la distribution des agents biologiques comme armes biologiques les plus meurtrières de la planète afin de déclencher une pandémie et provoquer la mort de masse.

Dans ses accusations avril, elle a noté que le laboratoire de Baxter en Autriche, en disant l'un des plus sûrs de biosécurité des laboratoires dans le monde, n'a pas respecté les plus élémentaires et essentiels des mesures pour garder les 72 kilos d'un agent pathogène classé comme un bioweapon sûr et séparé de toutes les autres substances dans le cadre de biosécurité rigoureuses au niveau des règlements, mais il lui a permis d'être mélangé avec le virus de la grippe humaine ordinaire et envoyés à partir de ses installations dans Orth dans le Danube.

En Février, quand un membre du personnel de Biotest de la République tchèque testé le matériel destiné à des candidats vaccins sur les furets, les furets sont morts. Cet incident n'a pas été suivie par une enquête de l'OMS, l'UE, l'Autriche ou les autorités de la santé. Il n'y a pas eu d'enquête de la teneur de la matière de virus, et il n'existe pas de données sur la séquence génétique du virus libérés.

En réponse aux questions parlementaires sur Mai 20, la ministre autrichienne de la Santé, Alois Stoger, a révélé que l'incident avait été traitée non pas comme un laps de biosécurité, comme elle aurait dû l'être, mais comme un crime contre la vétérinaire code. Un médecin vétérinaire a été envoyé au laboratoire pour une brève inspection.

Burgermeister du dossier révèle que la libération des virus devait être une étape essentielle pour le déclenchement d'une pandémie qui permettrait à l'OMS de déclarer un niveau 6 de lutte contre la pandémie. Elle énumère les lois et décrets qui permettrait à l'ONU et l'OMS à prendre sur les États-Unis en cas de pandémie. En outre, la législation imposant le respect obligatoire de la vaccination sera mis en vigueur dans les États-Unis dans des conditions d'une pandémie de déclaration.

Elle charges que l'ensemble de "la grippe porcine" pandémie d'affaires est fondée sur une énorme mensonge de dire que il n'y a pas de virus là naturel qui constitue une menace pour la population. Elle présente des données conduit à la conviction que la grippe aviaire et porcine, virus de la grippe ont, en fait, été Bioengineered dans les laboratoires utilisant des fonds fournis par l'OMS et d'autres organismes gouvernementaux, entre autres. Cette «grippe porcine» est un hybride de la grippe porcine part, une partie de grippe humaine et la partie la grippe aviaire, ce qui ne peut provenir que des laboratoires selon de nombreux experts.

L'OMS demande que cette «grippe porcine» est une pandémie et de la diffusion doit être déclaré ignorer les causes fondamentales. Les virus qui ont été publiées ont été créées et mises à l'aide de l'OMS, et de l'OMS, est largement responsable de la pandémie, en premier lieu. En outre, les symptômes de la supposée «grippe porcine» sont indissociables de la grippe ordinaire ou du rhume. La «grippe porcine» ne provoque pas la mort plus souvent que les causes de décès de grippe ordinaire.

Burgermeister note que les chiffres de décès de la «grippe porcine» sont incompatibles et il n'ya pas de clarté quant à la manière dont le nombre de «morts» a été documentée.

Il n'y a pas de potentiel pandémique de masse à moins que les vaccinations sont effectuées à des armes de la grippe sous le couvert de la protection de la population. Il existe des motifs raisonnables de croire que les vaccins obligatoires seront volontairement contaminées par des maladies qui sont spécifiquement conçus pour provoquer la mort.

Il est fait référence à une licence de Novartis vaccin contre la grippe aviaire qui a tué 21 personnes sans-abri en Pologne à l'été 2008 et a pour «principale mesure des résultats" et "taux d'événements indésirables", répondant ainsi aux États-Unis de sa propre définition d'un bioweapon (a agent biologique destiné à provoquer un taux d'événements indésirables, c'est-à-dire la mort ou de blessure) avec un système de livraison (injection).

Elle allègue que le même complexe de sociétés pharmaceutiques internationales et les organismes publics internationaux qui ont élaboré et publié pandémie matériel sont positionnées pour profiter de déclenchement de la pandémie, avec des contrats de fourniture de vaccins. Les médias contrôlés par le groupe qui est le génie de la "grippe porcine" ordre du jour est la diffusion de fausses informations à la pause de la population des États-Unis en prenant le vaccin dangereux.

Le peuple des États-Unis subiront des dommages irréparables et des blessures et si ils sont obligés de prendre ce vaccin prouvée sans leur consentement conformément au modèle de l'État de santé d'urgence Powers Act, loi d'urgence nationale, Directive présidentielle de sécurité nationale / NSPD 51, Homeland Security Directive/HSPD-20 présidentiel, et le Partenariat international sur la grippe aviaire et la grippe pandémique.

Aux États-Unis depuis 2008, Burgermeister charges que ceux qui sont nommés dans ses allégations ont mis en œuvre des nouvelles et / ou l'accélération de la mise en œuvre de lois et de règlements visant à dépouiller les citoyens des États-Unis de la régularité de leur droit constitutionnel à refuser une injection. Ces personnes ont créé ou autorisé des dispositions pour rester en place qui en font un acte criminel de refuser de prendre une injection contre la pandémie de virus. Elles ont imposé d'autres excessif et cruel des sanctions telles que l'emprisonnement et / ou de quarantaine dans les camps de la FEMA, tout sauf les citoyens des États-Unis de demander réparation de la blessure ou de décès de l'forcé injections. Ceci est en violation des lois fédérales régissant la corruption et l'abus de fonction ainsi que de la Constitution et le Bill of Rights. Grâce à ces actions, les défendeurs nommés ont jeté les bases d'un génocide de masse.

Utilisation de la «grippe porcine» comme d'un prétexte, les défendeurs ont préétabli le meurtre de masse de la population américaine par le biais de la vaccination forcée. Ils ont installé un vaste réseau de camps de concentration de la FEMA et identifié les charniers, et ils ont été impliqués dans l'élaboration et la mise en œuvre d'un système à portée de main du pouvoir sur les États-Unis pour un crime international syndicat qui utilise l'ONU et l'OMS comme une façade pour illégaux de racket influencé les activités du crime organisé, en violation des lois qui régissent la trahison.

Elle a d'autres frais que l'ensemble des sociétés pharmaceutiques d'Baxter, Novartis et Sanofi Aventis font partie d'un établis à l'étranger les armes biologiques à double usage programme, financé par ce syndicat pénale internationale destinée à mettre en œuvre et de meurtre de masse pour réduire la population mondiale de plus de 5 milliards de personnes dans les dix prochaines années. Leur plan est de répandre la terreur pour justifier forçant les gens à renoncer à leurs droits et à la force de masse en quarantaine dans la FEMA camps. Les maisons, les entreprises et les exploitations agricoles et des terres de ceux qui sont tués seront à gagner par ce syndicat.

En éliminant la population de l'Amérique du Nord, l'élite internationale accéder aux ressources naturelles de la région tels que l'eau et de pétrole sous les terres. Et en éliminant les États-Unis et ses constitution démocratique en regroupant sous une Union nord-américaine, le groupe de la criminalité internationale aura le contrôle total de l'Amérique du Nord.

Faits saillants du dossier complet

Le dossier complet de la 10ème Juin action est un document de 69 pages présentant des preuves à l'appui de toutes les accusations. Cela comprend:

Exposé des faits qui définit le calendrier et les faits qui établissent la cause probable, l'ONU et l'OMS, les définitions et les rôles, et de l'histoire et les incidents de l'accord d'avril 2009, "la grippe porcine" foyer.

La preuve de la « grippe porcine » sont définis comme des vaccins contre les armes biologiques comme décrit dans les organismes gouvernementaux et de la réglementation et la restriction de la classification des vaccins, et la crainte de l'étranger que "la grippe porcine" vaccins seront utilisés pour la guerre biologique.

Les preuves scientifiques de la «grippe porcine» est un virus artificiel (génétique) du virus.

Les preuves scientifiques de la «grippe porcine» est Bioengineered à ressembler à la grippe espagnole de 1918, y compris les virus de prix de la grippe porcine 2009 est arsenalisé 1918 grippe espagnole par A. Vrai Ott, Ph.D., ND, et d'un magazine Science rapport de M. Jeffrey Taubenberger et.al.

La séquence du génome de la « grippe porcine »

La preuve de la dissémination de la « grippe porcine » au Mexique

Preuve quant à la participation du Président Obama qui délimite son voyage au Mexique, qui a coïncidé avec la récente "grippe porcine" foyer et la mort de plusieurs fonctionnaires impliqués dans son voyage. Affirmation est faite que le Président n'a jamais été testé pour la "grippe du porc», parce qu'il avait déjà été vaccinés.

Preuve que le rôle de Baxter et de l'OMS dans la production et la libération de la pandémie du virus du matériel en Autriche comprend une déclaration d'un officiel indiquant le Baxter accidentellement distribué le virus H5N1 en République tchèque a été reçu d'un centre de référence de l'OMS. Cela comprend la délimitation de la preuve et les allégations de Burgermeister accusations déposées en avril, en Autriche, qui sont actuellement sous enquête.

Evidence Baxter est un élément d'un réseau clandestin armes biologiques

Evidence Baxter a délibérément contaminés vaccin matériel.

Novartis est la preuve que les vaccins en utilisant les armes biologiques

Preuve que le rôle de l'OMS dans le programme d'armes biologiques

Preuve à l'OMS comme la manipulation des données de la maladie pour justifier une déclaration de lutte contre la pandémie de niveau 6, afin de prendre le contrôle des États-Unis.

Preuve que le rôle de la FDA pour couvrir le programme d'armes biologiques

Preuve que le Canada Laboratoire national de microbiologie de rôle dans le programme d'armes biologiques.

Preuve de la participation de scientifiques travaillant pour le Royaume-Uni NIBSC, et la CDC dans l'ingénierie de la «grippe porcine».

Evidence vaccinations meurtrier causé la grippe espagnole de 1918, y compris la conviction du Dr Jerry Tennant que l'utilisation généralisée de l'aspirine au cours de l'hiver qui a suivi la fin de la Première Guerre mondiale aurait pu être un facteur contribuant à la pandémie antérieure en supprimant le système immunitaire et abaisser la température corporelle, ce qui permet au virus de se multiplier. Tamiflu et le Relenza également plus faible température corporelle et, par conséquent, peuvent également être tenus de contribuer à la propagation d'une pandémie.

La preuve de manipulation du cadre juridique pour permettre à des massacres en toute impunité.

Questions constitutionnelles: la légalité contre l'illégalité de mettre en péril la vie, la santé et de bien public par les vaccinations de masse.

La question de l'immunité et l'indemnisation en tant que preuve de l'intention de commettre un crime.

Preuve de l'existence d'un syndicat de crime international des entreprises.

Preuve de l'existence des « Illuminati ».

Preuve à l'ordre du jour de la dépopulation Illuminati / Bilderbergs et leur implication dans l'ingénierie et la libération du virus artificiel de "grippe porcine".

La preuve que des armes de grippe a été discutée à la réunion annuelle de Bilderberg à Athènes de Mai 14-17, 2009, dans le cadre de leur ordre du jour du génocide, y compris une liste des participants qui, selon une déclaration, une fois faite par Pierre Trudeau, se considérer comme génétiquement supérieure au reste de l'humanité.

Media tient Américains clueless au sujet de la menace qu'ils sont en

Jane Burgermeister irlandais est un double-autrichien qui a écrit pour la nature, le British Medical Journal, et American Prospect. Elle est la correspondante européenne de la Renewable Energy World site. Elle a beaucoup écrit sur le changement climatique, la biotechnologie, et l'écologie.

En plus des charges en cours d'enquête qu'elle a déposée contre Baxter AG et AVIR Green Hills Biotechnology, en avril, elle a déposé des accusations contre l'OMS et de Baxter, entre autres, concernant un cas d'explosion de "la grippe porcine" flacons destinés à un laboratoire de recherche sur une longue IC train en Suisse.

À son avis, le contrôle des médias par l'élite au pouvoir a permis à l'association de malfaiteurs monde à son ordre du jour sans relâche alors que le reste de la population reste dans l'ignorance de ce qui se passe réellement. Ses accusations sont une tentative de contourner ce contrôle des médias et de la vérité à la lumière.

Sa plus grande inquiétude est que, "en dépit du fait Baxter a été pris en flagrant délit près de déclencher une pandémie remis, ils sont aussi aller de l'avant, de concert avec les sociétés pharma alliés, avec la fourniture de vaccin pour les pandémies". Baxter est pressé d'obtenir ce vaccin sur le marché un certain temps en Juillet.

Source : Spread The Truth, Natural News

12 septembre 2009

Le Nouvel Ordre Mondial Financier : Vers une monnaie mondiale et un gouvernement mondial

Après le sommet du G20 en 2009, les plans ont été annoncés pour la mise en œuvre de la création d'une nouvelle monnaie mondiale pour remplacer le rôle du dollar comme monnaie de réserve mondiale. Le point 19 du communiqué publié par le G20 à la fin du Sommet a déclaré : "Nous avons accepté de soutenir une allocation générale de DTS, qui injectera 250 milliards de dollars dans l'économie mondiale et d'accroître la liquidité mondiale." DTS, ou spécial droits de tirage, sont "une monnaie papier synthétique émis par le Fonds monétaire international." Comme le Telegraph, "les dirigeants du G20 ont activé le FMI le pouvoir de créer l'argent et commencer mondiale assouplissement quantitatif". Ce faisant, ils mettent une monnaie de facto du monde en jeu. Il est en dehors du contrôle de tout organe souverain. Les théoriciens du complot vont l'adorer.

L'article continue en affirmant "qu'il ya maintenant une monnaie mondiale dans l'attente. Dans le temps, les DTS sont susceptibles d'évoluer dans un lieu de stationnement pour les avoirs étrangers des banques centrales, dirigé par la Banque populaire de Chine. De plus, La création d'un Conseil de stabilité financière ressemble à la première étape vers un régulateur financier mondial, ou, en d'autres termes, une banque centrale mondiale."

Il est important de regarder de plus près à ces "solutions" proposées et mises en œuvre dans le milieu de la crise financière mondiale actuelle. Ces suggestions ne sont pas nouveaux, comme ils l'ont été dans les plans de l'élite mondiale depuis longtemps. Cependant, au milieu de la crise actuelle, l'élite ont accéléré leur ordre du jour de forger un nouvel ordre mondial de la finance. Il est important d'aborder le contexte de ces proposé et imposé des "solutions" et quels effets ils auront sur le système monétaire international (IMS) et l'économie politique mondiale dans son ensemble.

Un nouveau Bretton-Woods

En Octobre de 2008, Gordon Brown, Premier ministre du Royaume-Uni, a déclaré que "nous devons avoir un nouveau Bretton Woods - la construction d'une nouvelle architecture financière internationale pour les années à venir." Il a poursuivi en disant que, "nous devons maintenant la réforme de l'international système financier autour des principes convenus de la transparence, l'intégrité, la responsabilité, un bon entretien et la coopération à travers les frontières. "Un article publié dans le Telegraph a rapporté que Gordon Brown voudrait" pour voir le FMI réformé pour devenir une banque centrale mondiale qui surveille de près l'économie internationale et le système financier. "

Le 17 Octobre 2008, le Premier ministre Gordon Brown a écrit un éditorial dans le Washington Post dans lequel il dit: "Cette semaine, les dirigeants européens se sont réunis pour proposer les principes directeurs que nous croyons devraient sous-tendre ce nouveau Bretton Woods: la transparence, la bonne bancaire, de responsabilité, d'intégrité et de gouvernance mondiale. Nous avons convenu que des décisions urgentes mise en œuvre de ces principes devraient être faits pour éradiquer les prêts irresponsables et souvent non divulgué au cœur de nos problèmes. Pour ce faire, nous avons besoin de la surveillance transfrontalière des institutions financières; partagée des normes mondiales pour la comptabilité et la réglementation; une approche plus responsable de la rémunération des dirigeants qui récompense le travail, l'effort et de l'entreprise, mais pas de risque irresponsables prise et le renouvellement de nos internationaux institutions pour les rendre efficaces les systèmes d'alerte précoce pour l'économie mondiale".

Au début Octobre 2008, il a été signalé que, "comme les banquiers centraux du monde se réunissent cette semaine à Washington pour une conférence du FMI et la Banque mondiale pour discuter de la crise, la grande question auxquels ils sont confrontés est de savoir si il est temps d'établir une économie mondiale policier pour assurer le crash de 2008 ne peut jamais être répété. De plus, toute organisation ayant le pouvoir de la police de l'économie mondiale devrait inclure des représentants de tous les principaux pays - une Organisation des Nations Unies de la réglementation économique. Un ancien gouverneur de la Banque d'Angleterre a suggéré que, la réponse peut-être déjà nous regarder en face, sous la forme de la Banque des règlements internationaux (BRI), cependant, Le problème est qu'il n'a pas de dents. Le FMI tend à lit ses avertissements au sujet des problèmes économiques dans un langage très diplomatique, mais le BIS est plus indépendant et beaucoup mieux placés pour faire face à cette si elle a le pouvoir de le faire. "

L'émergence de monnaies de la région

Le 1er janvier 1999, l'Union européenne a créé l'euro comme monnaie régionale. L'euro a pris de l'importance au cours des dernières années. Toutefois, il ne doit pas être la seule monnaie régionale dans le monde. Des initiatives sont prises et les appels pour d'autres monnaies de la région à travers le monde.

En 2007, aux Affaires étrangères, le journal du Conseil des relations étrangères, a publié un article intitulé, La Fin des monnaies nationales, dans laquelle il a commencé par discuter de la volatilité des marchés monétaires internationaux, et que très peu de solutions "réels" ont été proposées faire face aux crises monétaires successives. L'auteur pose la question, "va rétablir la perte de souveraineté aux gouvernements de mettre un terme à l'instabilité financière ?" Il répond en affirmant que : "c'est une erreur de diagnostic dangereux, et que, la bonne voie est de ne pas retourner à un passé mythique de la souveraineté monétaire, avec les gouvernements de contrôle intérêt local et taux de change dans une bienheureuse ignorance du reste du monde. Les gouvernements doivent laisser aller de la notion de nation mortelle qui les oblige à faire et le contrôle de l'argent sur leur territoire. Les monnaies nationales et les marchés mondiaux tout simplement ne pas mélanger; ensemble, ils font une infusion mortel de crises monétaires et les tensions géopolitiques et de créer des prétextes prêt pour le protectionnisme préjudiciable. Pour mondialiser en toute sécurité, les pays devraient abandonner le nationalisme monétaire et abolir les monnaies non désirées, la source d'une grande partie de l'instabilité d'aujourd'hui."

L'auteur explique que le nationalisme monétaire est tout simplement incompatible avec la mondialisation. Il a toujours été, même si ce n'est devenue manifeste depuis les années 1970, lorsque les gouvernements du monde entier a rendu leur monnaie intrinsèquement sans valeur. L'auteur affirme que le développement économiques en dehors du processus de la mondialisation n'est plus possible, les pays devraient abandonner le nationalisme monétaire. Les gouvernements devraient remplacer les monnaies nationales avec le dollar ou l'euro ou, dans le cas de l'Asie, de collaborer pour produire une nouvelle monnaie multinationale sur une superficie comparable grande et économiquement diversifié. Essentiellement, selon l'auteur, la solution réside dans des monnaies régionales.

En Octobre 2008, "la Banque centrale européenne, membre du conseil Ewald Nowotny a déclaré qu'un système tripolaire monétaire mondial est en développement entre l'Asie, l'Europe et les Etats-Unis et qu'il est sceptique centralité du dollar américain peut être rétablie."

L'Union des nations sud-américaines

L'Union des nations sud-américaines (UNASUR) a été créé le 23 mai 2008, avec le siège qui doit être en Equateur, Amérique du Sud que le Parlement soit en Bolivie, et la Banque du Sud doit être au Venezuela. Comme la BBC a rapporté, "Les dirigeants de 12 nations sud-américaines ont formé un organisme régional visant à renforcer l'intégration économique et politique dans la région, et que les membres Unasur sont l'Argentine, Bolivie, Brésil, Chili, Colombie, Equateur, Guyana, Paraguay, Pérou, Suriname, Uruguay et Venezuela."

La semaine après l'annonce de l'Union, il a été signalé que le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a déclaré lundi que les nations d'Amérique du Sud cherchera une monnaie commune dans le cadre des efforts d'intégration de la région suite à la création de l'Union des nations sud-américaines . "Il a été cité comme disant," Nous procédons de manière, à l'avenir, nous avons une banque centrale commune et une monnaie commune."

Le Conseil de coopération du Golfe et d'une monnaie régionale

En 2005, le Conseil de coopération du Golfe (CCG), un bloc commercial régional entre Bahreïn, le Koweït, Oman, Qatar, Arabie Saoudite et les Emirats arabes unis (EAU), a annoncé l'objectif de créer une monnaie commune d'ici à 2010. Il a été signalé que le CCG économiquement unie et efficace est clairement une proposition plus intéressante pour les grandes entreprises de chaque économie, en particulier étant donné les obstacles au commerce évidente dans la région. C'est pourquoi les relations commerciales au sein du CCG ont été au centre de base de la fin. "De plus, Le prolongement naturel de cette tendance pour une plus grande intégration est d'introduire une monnaie commune afin de faciliter davantage les échanges entre les différents pays. Il a été annoncé que les banquiers centraux de la région avaient décidé de poursuivre l'union monétaire d'une manière similaire à celles utilisées en Europe."

En juin 2008, il a été signalé que, "des banquiers centraux du Golfe arabe ont convenu de créer le noyau d'une banque centrale commune l'année prochaine dans un grand pas en avant pour l'union monétaire mais a signalé qu'une nouvelle monnaie commune ne serait pas en circulation par un accord l'objectif de 2010. En 2002, il a été annoncé que le pays du Golfe se disent demander des conseils à la Banque centrale européenne sur le programme de l'union monétaire. "En Février 2008, Oman a annoncé qu'il ne serait pas de rejoindre la politique monétaire Union. En novembre 2008, il a été annoncé que le projet final de l'union monétaire du Golfe dit la banque centrale sera indépendante des gouvernements des Etats membres."

En mars 2009, il a été signalé que, "Le CCG devrait pas se précipiter en formant une monnaie unique que les États membres doivent élaborer le cadre d'une banque centrale régionale, l'Arabie saoudite de la Banque centrale gouverneur Muhammad Al Jasser. Jasser a également été cité comme disant, Il a fallu que  l'Union européenne à 45 ans à rassembler une monnaie unique. Nous ne devrions pas précipiter. En 2008, avec la crise financière mondiale, de nouveaux problèmes ont été posés à l'initiative du CCG, comme" pression monté l'année dernière sur les membres du CCG à abandonner leur monnaie chevilles que l'inflation s'est accélérée au-dessus de 10 pour cent dans cinq des six pays. Tous les États membres à l'exception du Koweït ancrent leur monnaie au dollar et ont tendance à suivre la Réserve fédérale américaine quand les taux d'intérêt de réglage."

Une Union monétaire asiatique

En 1997, la Brookings Institution, un groupe de réflexion américain, a examiné les possibilités d'une Union monétaire Asie de l'Est, affirmant que la question pour le XXIe siècle est de savoir si analogue blocs monétaires feront en Asie de l'Est (et, d'ailleurs, dans l'hémisphère occidental). Avec le dollar, le yen et la monnaie unique européenne flottante uns contre les autres, d'autres petites économies ouvertes seront tentés de lier à l'un des trois. "Toutefois, le lien ne sera possible que si elle est accompagnée par des changements radicaux dans les institutions dispositions comme celles envisagées par l'Union européenne. La propagation de la mobilité des capitaux et de la démocratisation politique, il sera excessivement difficile de rattacher unilatéralement les taux de change. L'indexation, il faudra la coopération internationale, et une coopération efficace nécessitera des mesures semblables à l'unification monétaire."

En 2001, Asia Times Online a écrit un article sur un discours prononcé par l'économiste Robert Mundell A. à Bangkok l'Université de Chulalongkorn, à laquelle il a déclaré que, "l'ASEAN (les 10 membres de l'Association des Sud-Est asiatique Nations ainsi que la Chine, le Japon et la Corée) devrait ressembler à l'Union européenne comme un modèle pour une intégration plus étroite de la politique monétaire, le commerce et, éventuellement, l'intégration monétaire."

Le 6 mai 2005, le site de l'Association des Nations du Sud-Est asiatique (ASEAN) a annoncé que, "la Chine, le Japon, la Corée du Sud et les 10 membres de l'Association des Nations du Sud-Est asiatique (ASEAN) ont convenu d'élargir leur réseau d'accords bilatéraux swaps de devises dans ce qui pourrait devenir un Fonds monétaire asiatique virtuelle, et que, les fonctionnaires financiers des 13 nations, qui se sont rencontrés en marge de la Banque asiatique de développement (BAD) conférence annuelle à Istanbul, semblait déterminé à transformer leurs divers accords bilatéraux dans quelque sorte d'accord multilatéral, bien qu'aucun des fonctionnaires serait directement appeler un Fonds monétaire asiatique. "

En août 2005, le San Francisco Federal Reserve Bank a publié un rapport sur les perspectives d'une Union monétaire de l'Asie, en précisant que l'Asie satisfait aux critères d'adhésion à une union monétaire, toutefois, il indique que par rapport à l'initiative européenne, "Cela implique que la réalisation de tout arrangement monétaire, y compris une monnaie commune, est beaucoup plus difficile en Asie de l'Est. Elle précise en outre qu'en Europe, une union monétaire a été possible surtout parce qu'il faisait partie du processus plus large d'intégration politique, Cependant, il n'ya pas de volonté apparente de l'intégration politique en Asie de l'Est, en partie parce que de grandes différences entre ces pays en termes de systèmes politiques, la culture et l'histoire partagée. À la suite de leurs propres histoires particulières, les pays d'Asie restent particulièrement jaloux de leur souveraineté.

Un autre problème majeur, tel que présenté par la Fed de San Francisco, est que, les gouvernements de l'Asie semblent beaucoup plus suspectes de solides institutions supranationales, et donc, en Asie de l'Est, des problèmes de souveraineté ont laissé les gouvernements rechignent à déléguer des pouvoirs importants à des organismes supranationaux , du moins jusqu'à présent. "Elle explique que, contrairement aux mesures prises pour créer une union monétaire en Europe, aucune des accords généraux de libre-échange ont été réalisées parmi les plus grands pays de la région, le Japon, la Corée, Taiwan et la Chine. Un autre problème est que, Asie de l'Est ne semble pas avoir un candidat évident pour un ancrage interne monnaie d'un régime de taux de change de coopération. La plupart des succès de nouvelles monnaies ont été lancés sur le dos d'une monnaie existante, établir la confiance dans sa convertibilité, reliant ainsi l'ancien et le nouveau."

Le rapport conclut que, "la stabilisation du taux de change et de l'intégration monétaire est peu probable à court terme. Néanmoins, Asie de l'Est est l'intégration par le commerce, même sans l'accent sur des accords formels de la libéralisation du commerce, et que, il existe des preuves de plus en plus la coopération financière dans la région, y compris la mise au point des arrangements régionaux pour fournir des liquidités en période de crise par le biais de change bilatéraux swaps, régional discussions surveillance économique et le développement des marchés obligataires régionaux. Enfin, l'Asie de l'Est pourrait également procéder le long du même chemin que l'Europe, d'abord avec les accords en vrac pour stabiliser les monnaies, suivis plus tard par un renforcement des accords, et culminant en fin de compte l'adoption d'une politique d'ancrage et, après cela, peut-être un dollar Asie de l'Est."

En 2007, il a été signalé que "l'Asie peut-être besoin de mettre en place son propre fonds monétaire si elle veut faire face aux futurs chocs financiers semblables à celle qui a secoué la région il ya 10 ans, et que, la poursuite de l'intégration financière asiatique est le meilleur antidote pour l'Asie de futures crises financières."

En septembre 2007, Forbes a indiqué "qu'une union monétaire ancrée Asie de l'Est par le Japon est faisable, mais la région n'a pas la volonté politique de le faire, la Banque asiatique de développement a dit : "Pradumna Rana, une économiste de la Banque asiatique de développement (BAD), a dit qu'il semble possible d'établir une union monétaire en Asie de l'Est - en particulier entre l'Indonésie, Japon, Corée (Sud), Malaisie, Philippines, Singapour et la Thaïlande," et que le potentiel économique de l'intégration monétaire en Asie est forte, même si les fondements politiques d'un tel accord ne sont pas encore en place. De plus, l'intégration réelle au niveau des échanges sera en fait renforcer la viabilité économique de l'union monétaire en Asie, de la même façon que l'intégration réelle du secteur l'a fait en Europe, et finalement, le chemin d'une union monétaire asiatique pourrait s'effectuer sur plusieurs pistes, à plusieurs vitesses de base sur une surface transparente de libre commerce avec l'Asie de l'objectif sur le plan commercial. En avril 2008, il a été signalé que des sous-gouverneurs de la Banque de l'ASEAN et vice-ministres financiers ont rencontré dans la ville centrale de Da Nang au Vietnam pour discuter des questions sur l'intégration financière et monétaire et la coopération dans la région."

L'Union africaine monétaire

Actuellement, l'Afrique a plusieurs différentes initiatives de l'Union monétaire, ainsi que certains syndicats monétaire existant au sein du continent. Une initiative est le projet l'union monétaire de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), qui est un groupe régional de 15 pays d'Afrique de l'Ouest. Parmi les membres sont ceux d'une union monétaire déjà existantes dans la région , l'Afrique de l'Ouest Union économique et monétaire (UEMOA). La CEDEAO est composé du Bénin, du Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Guinée, Guinée Bissau, Mali, Niger, Sénégal, Sierra Leone, le Togo, le Cap-Vert, le Libéria, le Ghana, la Gambie et le Nigeria.

L'Union africaine a été fondée en 2002, et est une organisation intergouvernementale composée de 53 États africains. En 2003, la Brookings Institution a produit un document sur l'intégration économique africaine. Dans ce document, les auteurs ont commencé en déclarant "qu'en Afrique, comme d'autres régions du monde, est le projet de ses vues sur la création d'une monnaie commune. Déjà, il ya des projets pour les unions monétaires régionales, et le processus d'appel d'offres pour une éventuelle banque de l'Afrique centrale est sur le point de commencer. Elle indique qu'une monnaie commune est aussi un objectif de l'Organisation de l'unité africaine et la Communauté économique africaine, les prédécesseurs de l'UA, et en outre, qu'en 1991, Traité d'Abuja instituant la Communauté économique africaine décrit six étapes pour parvenir à une zone monétaire unique pour l'Afrique qui ont été fixés pour être rempli par environ 2028. Au début, la coopération et l'intégration régionales en Afrique serait renforcée, ce qui pourrait impliquer unions monétaires régionales. La dernière étape consiste à la création de la Banque centrale africaine (BCA) et la création d'une monnaie africaine unique et une économique et monétaire de l'Union d'Afrique."

Le document précise en outre que la Banque centrale africaine (BCA) "ne serait pas créé jusqu'à ce que vers 2020, mais le processus d'appel d'offres pour sa situation est susceptible de commencer bientôt, cependant, il existe des plans pour la création de différentes unions monétaires régionales, qui serait sans doute sous forme de blocs de construction pour la seule banque centrale africaine et de la monnaie.

En août 2008, les gouverneurs des banques centrales africaines réunis à Kigali Serena Hôtel pour discuter de questions concernant la création de trois de l'Union africaine (UA) les institutions financières, après la résolution de l'UA pour former le Fonds monétaire africain (FMA), de l'Afrique centrale Bank (ACB) et la Banque africaine d'investissement (AIB). Les gouverneurs des banques centrales ont convenu que lorsqu'elle est établie, le PBR serait uniquement émettre et de gérer la monnaie unique de l'Afrique et de l'autorité monétaire de l'économie du continent."

Le 2 mars 2009, il a été signalé que, "l'Union africaine signent un protocole d'accord ce mois-ci avec le Nigeria sur la création d'une banque centrale continentale, et que, L'institution sera basé dans la capitale nigériane, Abuja , Commissaire de l'Union africaine chargé des affaires économiques Maxwell Mkwezalamba, a déclaré. En outre, une étape intermédiaire pour la création de la banque, l'organisme pan-africain mettra en place un Institut monétaire de l'Afrique au cours des trois prochaines années, at-il dit lors d'une réunion de économistes africains dans la ville, et il a été cité comme disant : nous avons accepté de travailler avec l'Association africaine des gouverneurs des banques centrales de mettre en place un comité technique mixte de se pencher sur l'élaboration d'une stratégie commune."

Le site Web du ministère kenyan des Affaires étrangères a déclaré que "le Commissaire aux affaires économiques de l''Union africaine, Dr Maxwell Mkwezalamba, a exprimé son optimisme pour l'adoption d'une monnaie commune pour l'Afrique, et que le thème principal discuté lors de la réunion de l'UA dans la Commission Le Kenya, Vers la création d'une monnaie unique africaine: Bilans de la création d'une monnaie unique africaine: Quelle approche optimale à adopter pour accélérer la création de la monnaie unique continentale."

A l'Union monétaire de l'Amérique du Nord et l'Amero

En janvier 2008, j'ai écrit un article documentant les déplace vers la création d'une monnaie nord-américaine, probablement sous l'Amero nom. Je vais décrire brièvement les renseignements présentés dans cet article ici.

En 1999, l'Institut Fraser, un éminent canadien, a publié un rapport rédigé par le professeur Economics et ancien député, Herbert Grubel, appelé, The Case for Amero : l'environnement économique et politique d'une Union monétaire nord-américaine. Il a écrit que "le projet d'une Union monétaire nord-américaine présentée dans cette étude est conçue pour inclure le Canada, les États-Unis, et Mexique, et de la Banque centrale nord-américaine, comme la Banque centrale européenne, aura une constitution faisant il seulement responsable du maintien de la stabilité des prix et non pas pour le plein emploi. Il est d'avis que la souveraineté n'est pas infiniment précieux. Le mérite de renoncer à certains aspects de la souveraineté doit être déterminée par les gains apportés par un tel sacrifice, et qu'il est important de noter que dans la pratique, le Canada a renoncé à sa souveraineté économique dans de nombreux domaines, dont les plus importants qui impliquer Organisation mondiale du commerce (anciennement le GATT), l'Amérique du Nord Accord de libre échange, ainsi que le Fonds monétaire international et la Banque mondiale."

Également en 1999, le C.D. Howe Institut, l'autre du Canada le plus important think-tanks, produit un rapport intitulé, de fixer des projets à l'Union monétaire les options pour l'intégration monétaire de l'Amérique du Nord. Dans ce document, il était écrit que, "La meilleure façon d'aborder la notion de l'union monétaire nord-américaine (NAMU) est de le considérer comme l'équivalent nord-américain de l'Union monétaire européenne (UEM) et, par extension, l'euro. Il a en outre déclaré que le fait qu'un NAMU signifierait la fin de la souveraineté de la politique monétaire du Canada est claire. De toute évidence, cela signifierait l'abandon d'un fait-taux d'inflation au Canada pour les États-Unis ou le taux d'inflation NAMU."

En mai 2007, au Canada, alors que le gouverneur de la Banque centrale du Canada, David Dodge, a déclaré que, "en Amérique du Nord pourrait un jour adopter une monnaie unique (comme l'euro), et que certains promoteurs ont surnommé la monnaie unique en Amérique du Nord de la amero. Répondre aux questions après son allocution, M. Dodge a déclaré qu'une monnaie unique était possible".

En novembre 2007, un des plus riches milliardaires du Canada, Stephen Jarislowsky, également membre du conseil d'administration du CD Howe Institute, a déclaré à un comité parlementaire canadienne que "le Canada devrait remplacer son dollar avec une monnaie nord-américaine, ou avec le dollar américain, pour éviter les variations de taux de change du dollar canadien a connu, et que, je pense que nous avons pour vraiment commencer à penser sérieusement du modèle d'une monnaie continentale, tout comme l'Europe."

L'ancien président mexicain, Vicente Fox, tout en figurant sur Larry King Live en 2007, a posé une question concernant la possibilité d'une monnaie commune pour l'Amérique latine, à laquelle il a répondu en disant : "sur le long terme, à très long terme. Ce que nous proposons ensemble, le président Bush et moi-même, c'est ALCA, qui est un syndicat pour l'ensemble des Amériques. Et tout se déroulait parfaitement jusqu'à ce que Hugo Chavez est venu. Il décide de s'isoler. Il a décidé de combattre l'idée et de détruire l'idée. Larry King a alors demandé, ça va être comme le dollar à l'européenne, vous voulez dire ? À laquelle Fox a répondu : eh bien, ce serait long, à long terme. Je pense que le processus d'aller, le premier pas vers un accord commercial. Et puis, plus loin, une nouvelle vision, comme nous essayons de faire avec l'ALENA."

En janvier 2008, Herbert Grubel, l'auteur qui a inventé le terme amero pour le rapport du Fraser Institute, a écrit un article pour le Financial Post, dans lequel il recommande la fixation du dollar canadien au dollar américain à un taux de change fixes, mais qu'il ya des problèmes inhérents à avoir la Réserve fédérale américaine ainsi contrôler les taux d'intérêt canadiens. Il a ensuite écrit "qu'iil ya une solution à ce manque de crédibilité. En Europe, il est venu par la création de l'euro et la fin officielle de la capacité des banques centrales nationales de fixer les taux d'intérêt. La création analogue de l'amero n'est pas possible sans l'improbable coopération des États-Unis. Cela laisse la question de la crédibilité à être résolu par l'adoption unilatérale d'un conseil monétaire, ce qui assurerait internationale des déséquilibres des paiements automatiquement conduire à des changements de la masse monétaire du Canada et des taux d'intérêt jusqu'à ce que les déséquilibres sont terminés, le tout sans les mesures prises par la Banque du Canada ou d'influencer par les politiciens. Il serait souhaitable de créer en même temps la caisse d'émission et un Nouveau Dollar canadien évalué au pair avec le dollar américain. Avec la compétitivité à long terme garanti à 90 cents au dollar américain."

En janvier 2009, une publication en ligne du Wall Street Journal, appelée Market Watch, discuté de la possibilité d'hyperinflation du dollar des États-Unis, et a ensuite déclaré, au sujet de la possibilité d'une amero, "dans son visage, bien que difficile à imaginer, il est logique intuitive. La capacité de combiner les ressources naturelles canadiennes, de l'ingéniosité américaine et mexicaine du travail à bon marché permettrait Amérique du Nord à mieux concurrencer sur la scène mondiale. L'auteur déclare en outre que si la politique de l'avant tente d'inciter plus de la dette plutôt que de permettre des économies et des obligations d'aligner , nous devons respecter le potentiel d'un choc du système. Nous pourrions avoir besoin de laisser une traction monnaie à deux niveaux de gain si le dollar dégrade de façon significative par rapport aux niveaux actuels, et que, si cette dynamique se joue - et je n'ai pas aperçu qu'elle le fera - l'équilibre global des pouvoirs serait fragment en quatre régions principales: l'Amérique du Nord, en Europe, en Asie et au Moyen-Orient. Dans un tel scénario, les ramifications se manifester par des troubles sociaux et les conflits géopolitiques. "

Une monnaie mondiale

Le Phoenix :

En 1988, The Economist a publié un article intitulé, préparez-vous pour le Phoenix, dans lequel ils ont écrit, "dans 30 ans à partir de maintenant, les Américains, les Japonais, les Européens, et les peuples dans de nombreux autres pays riches et certains qui sont relativement pauvres sera probablement payer pour leurs achats avec la même monnaie. Les prix seront cotées pas en dollars, yens ou D-marques, mais dans, disons, le phénix. Le phénix sera favorisée par les entreprises et les consommateurs, car il sera plus pratique que les monnaies nationales d'aujourd'hui, qui d'ici là vous semblera une cause de perturbation pittoresques beaucoup à la vie économique dans la fin du XXe siècle. "

L'article indiquait que, "Le krach boursier de 1987 a enseigné les gouvernements que le prétexte de la coopération politique peut être pire que rien, et que, jusqu'à une véritable coopération est possible (par exemple, tant que les gouvernements céder une partie souveraineté économique) de nouvelles tentatives à la cheville monnaies sera grise. Étonnamment, l'article stipule que plusieurs autres grands bouleversements de taux de change, une plante peu plus de boursiers, et probablement une chute ou deux seront nécessaires avant que les politiciens sont prêts à regarder en face à ce choix. Cela met en évidence une séquence confus d'urgence suivie par le patch, suivi de d'urgence, qui s'étend bien au-delà 2018 à l'exception de deux choses. Comme le temps passe, les dégâts causés par l'instabilité monétaire est peu à peu va monter, et les tendances très qui fera monter font l'utopie réalisable de l'union monétaire."

En outre, l'article affirme que "La zone de Phoenix serait imposer des contraintes serrées sur les gouvernements nationaux. Il n'y aurait pas une telle chose, par exemple, comme une politique monétaire nationale. L'offre Phoenix monde serait fixé par une nouvelle banque centrale, peut-être descendu du FMI. Le monde taux d'inflation et donc, dans des marges étroites, chaque taux d'inflation nationaux, serait dans sa charge. Chaque pays pourrait utiliser les impôts et les dépenses publiques pour compenser les baisses de la demande temporaire, mais il aurait à emprunter plutôt que d'imprimer de l'argent pour financer son déficit budgétaire. L'auteur admet que cela signifie une grande perte de souveraineté économique, mais les tendances qui font le phénix si attrayante prennent que la souveraineté loin en tout cas. Même dans un monde de taux de change plus ou moins variable, les différents gouvernements ont vu leur indépendance politique contrôlé par un monde hostile à l'extérieur."

L'article conclut en affirmant que, "Le phoenix devrait probablement commencer comme un cocktail de monnaies nationales, tout comme le Droit de tirage spécial est aujourd'hui. Avec le temps, cependant, sa valeur par rapport aux monnaies nationales cesseront à la matière, parce que les gens l'ont choisie pour sa commodité et la stabilité de son pouvoir d'achat. Les derniers états de phrase, Le crayon dans le Phoenix pour environ 2018 et l'approuve quand il vient."

Recommandations pour une monnaie mondiale

En 1998, le bulletin du FMI a examiné un discours prononcé par James Tobin, un éminent économiste américain, dans lequel il a soutenu qu'une monnaie unique mondiale pourrait offrir une alternative viable au taux variable. Il a ajouté qu'il y avait encore un grand besoin pour les prêteurs de dernier recours.

En 1999, l'économiste Judy Shelton adressé à la Chambre des représentants américaine commission des services bancaires et financiers. Dans son témoignage, elle a déclaré que l'expansion continue de libre-échange, l'intégration accrue des marchés financiers et l'avènement du commerce électronique sont tous de travailler pour apporter la nécessité d'une norme monétaire international - une unité de compte mondiale. Elle a en outre expliqué que les unions monétaires régionales semblent être la prochaine étape dans l'évolution vers une sorte d'ordre monétaire mondial. L'Europe a déjà adopté une monnaie unique. Asie peut organiser dans un bloc monétaire régionale pour offrir une protection contre les attaques spéculatives contre les monnaies individuelles des nations plus faibles. De nombreux pays en Amérique latine envisagent différents arrangements monétaires pour les isoler de la contagion financière et d'éviter les conséquences économiques de la dévaluation. Une question importante est de savoir si ce processus de l'évolution monétaire sera intelligemment dirigé ou si elle sera simplement déterminée par les événements. À mon avis, le leadership politique peut jouer un rôle décisif en aidant à bâtir un monde plus ordonné, le système monétaire rationnel que le courant pour tous approche d'échanger les relations des taux."

Elle a en outre déclaré que, "Comme nous l'avons vu en Europe, la séquence de développement est (1) vous construire un marché commun, et (2) que vous avez établi une monnaie commune. En effet, jusqu'à ce que vous avez une monnaie commune, vous n'avez pas vraiment avoir un marché efficace commun. Elle conclut en déclarant : Idéalement, chaque nation doit se tenir prêt à convertir sa monnaie à un taux fixe en un actif de réserve universelle. Cela crée automatiquement une union monétaire mondial basé sur une unité de compte commune. La voie alternative à un ordre monétaire stable est de forger une monnaie commune ancrée à un actif de valeur intrinsèque. Alors que l'élan actuel pour la "dollarisation" devrait être encouragée, en particulier pour le Mexique et le Canada, à la fin de la stabilité de l'ordre monétaire mondial ne devrait pas reposer sur une seule nation."

Paul Volcker, ancien gouverneur de la Réserve fédérale, a déclaré en 2000 que "si nous voulons avoir une économie véritablement mondiale, une monnaie mondiale unique est logique. Dans un discours prononcé par un membre du Conseil exécutif de l'Union européenne Banque centrale, il est dit que Paul Volcker a peut-être raison, et nous pourrions avoir un jour une monnaie mondiale unique. Peut-être que l'intégration européenne, de la même manière que toute autre intégration régionale, pourrait être considérée comme une étape vers la situation idéale d'un monde entièrement intégré. Si et quand ce monde verra la lumière du jour est impossible à dire. Cependant, ce que je peux dire, c'est que cette vision semble désormais impossible à la plupart d'entre nous comme une union monétaire européenne semblait il y a 50 ans, lorsque le processus d'intégration européenne a commencé."

En 2000, le FMI a organisé une conférence internationale et a publié un bref rapport intitulé One World, One Monnaie : Destination ou illusion ? Dans lequel il était indiqué que, "Comme les perceptions croissance que le monde est peu à peu la segmentation en blocs d'une monnaie régionale, le prolongement logique d'une telle tendance apparaît aussi comme une possibilité théorique: une monnaie mondiale unique. Si c'est le cas de nombreux pays voient des avantages de l'intégration monétaire, une monnaie mondiale serait pas de les maximiser ?

Il montre comment le bloc dollar, déjà soutenue par la vigueur de l'économie américaine, a été prorogé à nouveau par la dollarisation régionale des pactes de libre-échange. Le bloc euro représente une union économique qui est destiné à devenir une véritable union politique susceptible de se développer dans l'Europe centrale et orientale. Un bloc yen pourrait émerger de propositions actuelles de la coopération monétaire asiatique. Une union monétaire peut émerger entre les membres du Mercosur en Amérique latine, une zone monétaire géographiques existe déjà dans le rand sud-africain, et une fusion de l'est australien et néo-zélandais d'un thème permanent dans l'Océanie. "

Le résumé déclare que "l'efficacité même commerciale, des économies d'échelle, et les impératifs physiques qui conduisent monnaies de la région ainsi que sans doute aussi exister sur le niveau suivant l'échelle mondiale." De plus, il a indiqué que, Les plus petits et plus vulnérables de l'économie le monde, ceux que la communauté internationale est maintenant plus difficile essayer d'aider, aurait plus à gagner de la certitude et la stabilité qui accompagne une monnaie mondiale unique. Gardez à l'esprit, ce document a été élaboré par le FMI, et de sorte que ses recommandations pour ce qu'il dit probablement aider les pays plus petits et plus vulnérables du monde, doit être pris avec un grain - ou un seau - de sel."

L'économiste, Robert A. Mundell, a longtemps appelé à une monnaie mondiale. Sur son site, il déclare que la création d'une monnaie mondiale est "un projet qui rendrait une cohérence nécessaire pour le système monétaire international, donnent le Fonds monétaire international une fonction qui l'aiderait à promouvoir la stabilité, et être un catalyseur pour les internationaux l'harmonie. Il affirme que les avantages d'une monnaie mondiale serait énorme. Les prix partout dans le monde sont libellées dans la même unité et serait maintenue égale dans les différentes régions du monde dans la mesure où la loi du prix unique a été autorisée à se dérouler normalement. Outre les tarifs douaniers et les contrôles, le commerce entre les pays devrait être aussi facile que ce soit entre les États américains."

Demande renouvelée pour une monnaie mondiale

Sur Mars 16, 2009, la Russie a suggéré que, "le sommet du G20 à Londres en avril, devrait commencer à établir un système de gestion du processus de mondialisation et d'examiner la possibilité de créer une monnaie de réserve supra-nationale ou une monnaie de réserve. La Russie a appelé à la création d'une monnaie de réserve supra-nationale qui sera délivré par les institutions financières internationales , et qu'il semble opportun de reconsidérer le rôle du FMI dans ce processus et de déterminer la possibilité et la nécessité de prendre des mesures qui permettraient de DTS (droits de tirage spéciaux) pour devenir une monnaie de réserve reconnue par la communauté mondiale."

Le 23 Mars 2009, il a été signalé que la banque centrale de Chine "a proposé de remplacer le dollar comme monnaie de réserve internationale avec un nouveau système mondial contrôlé par le Fonds monétaire international. Le but serait de la monnaie de réserve mondiale qui est déconnecté à partir de différentes nations et est capable de rester stable sur le long terme, éliminant ainsi les faiblesses inhérentes causés par l'utilisation du crédit basée sur les monnaies nationales. L'économiste en chef pour la Chine a déclaré que HSBC est un signe clair que la Chine, le plus grand titulaire d'actifs libellés en dollars US financière, est préoccupé par le risque inflationniste potentielle de l'argent fédéral américain d'impression de réserve. Le gouverneur de la Banque populaire de Chine, la banque centrale a suggéré d'élargir le rôle des droits de tirage spéciaux, qui ont été introduites par le FMI en 1969 pour soutenir le régime de Bretton Woods taux de change fixes, mais est devenu moins pertinent une fois qui s'est effondré dans les années 1970. Actuellement, la valeur des DTS est basée sur un panier de quatre monnaies - le dollar US, yen, euro et livre sterling - et ils sont utilisés en grande partie à une unité de compte par le FMI et d'autres organisations internationales. "

Toutefois, "la proposition de la Chine permettrait d'augmenter le panier de monnaies formant la base de DTS à toutes les grandes économies et mettre en place un système de règlement entre les DTS et les autres devises afin qu'ils puissent être utilisés dans le commerce international et des transactions financières. Les pays devraient confier une partie de leurs réserves de DTS au FMI de gérer collectivement en leur nom et DTS devrait graduellement remplacer les monnaies de réserve existants."

Le 25 mars, Timothy Geithner, secrétaire au Trésor et ancien président de la Réserve fédérale de New York, a parlé au Council on Foreign Relations, lorsqu'on lui a demandé une question au sujet de ses réflexions sur la proposition chinoise de la monnaie de réserve mondiale, M. Geithner a répondu que : "Je n'ont pas lu la proposition du gouverneur. C'est un remarquable - une réflexion très, très prudent, qui se distingue banquier central. Généralement le trouver sur tous les sujets sensibles. Mais ce que je comprends sa proposition, c'est une proposition visant à accroître l'utilisation des droits du FMI de tirage spéciaux. Et nous sommes en fait assez ouvert à cette suggestion. Mais vous devez penser que c'est plutôt l'évolution, en s'appuyant sur les architectures actuelles, que plutôt que de passer à l'union monétaire mondiale."

À la fin mars, il a été signalé "qu'un panel d'économistes des Nations Unies a proposé une nouvelle monnaie de réserve mondiale qui prendrait le relais du système américain fondé sur le dollar utilisé pendant des décennies par des banques internationales, et qu'une monnaie de réserve administrée de façon indépendante pourrait fonctionner sans conflits posés par le dollar américain et de maintenir les prix des produits de base plus stable. "

Un article récent dans The Economic Times a déclaré que "le monde n'est pas encore prêt pour une monnaie de réserve internationale, mais est prêt à commencer le processus de passage à cette monnaie. Sinon, il resterait encore trop vulnérable à la nation hégémonique », comme dans les États-Unis. Un autre article dans The Economic Times a commencé en proclamant que le monde a besoin certainement une monnaie internationale. De plus, l'article a indiqué qu'avec une réticence à accepter des dollars et l'absence d'une alternative, le système international de paiements peut aller dans un gel au-delà du contrôle des autorités monétaires de premier plan de l'économie mondiale pendant la Grande Dépression des années 30, et afin d'éviter une telle calamité, la communauté internationale doit immédiatement reprendre l'idée de ce Compte de Substitution évoquée en 1971, en vertu de laquelle les détenteurs officiels de dollars peuvent déposer leurs dollars indésirables dans un compte spécial au sein du FMI avec les valeurs des dépôts libellés en une monnaie internationale, comme le taux de le FMI."

Parmi les craintes d'une chute du dollar en raison de l'intensification des débats ouverts d'une nouvelle monnaie mondiale, il a été signalé "que le rôle de dollar en tant que monnaie de réserve ne sera pas menacée par une expansion de neuf fois dans l'unité du Fonds monétaire international de compte, selon UBS AG, ING Groep NV et Citigroup Inc. Cela a été rapporté après la récente réunion d'hier du G20, au cours de laquelle, a donné son approbation pour l'agence de soulever 250 milliards de dollars par l'émission de droits de tirage spéciaux, ou DTS, la monnaie artificielle que le FMI utilise pour régler des comptes entre ses pays membres. Il a également décidé de mettre un autre 500 milliards de dollars dans trésor de guerre du FMI." En d'autres termes, les grandes institutions financières mondiales est venu à la rescousse rhétorique du dollar, afin de ne pas précipiter une crise dans son statut actuel, de sorte que ils peuvent continuer tranquillement à former une nouvelle monnaie mondiale.

Création de la Banque centrale mondiale

En 1998, Jeffrey Garten a écrit un article pour le New York Times Fed en faveur d'une mondialisation. Garten est l'ancien doyen de la Yale School of Management, ancien sous-secrétaire du Commerce pour le commerce international dans l'administration Clinton, a déjà siégé au Conseil de la Maison Blanche sur la politique économique internationale sous l'administration Nixon et sur la politique d'aménagement du personnel des secrétaires d'État Henry Kissinger et Cyrus Vance de la Ford et les administrations Carter, ancien directeur général de Lehman Brothers, et est membre du Council on Foreign Relations. Dans son article écrit en 1998, il a déclaré "que'au fil du temps aux États-Unis mis en place cruciale des institutions centrales - la Securities and Exchange Commission (1933), la Federal Deposit Insurance Corporation (1934) et, plus important, la Réserve fédérale ( 1913). Ce faisant, l'Amérique est devenue une économie gérée national. Ces organismes ont été créés pour faire fonctionner le capitalisme, afin d'éviter les cycles économiques destructrices et à modérer la dure, la main invisible d'Adam Smith."

Il a ensuite expliqué que "c'est ce que doivent maintenant se produire à l'échelle mondiale. Le monde a besoin d'une institution qui a une main sur le gouvernail de direction économique, lorsque la mer devient houleuse. Il a besoin d'une banque centrale mondiale. Il explique que simplement essayer de coordonner les puissants du monde des banques centrales - la Fed et la nouvelle Banque centrale européenne, par exemple - ne pourrait pas fonctionner, et que la collaboration efficace entre les ministères des finances et du Trésor est également peu probable à se matérialiser. Ces organismes sont responsables d'assemblées élues, et la politique dans les pays industrialisés est plus préoccupé par les événements internes de la stabilité internationale."

Il postule ensuite "qu'une banque centrale indépendante chargé de maintenir la stabilité financière mondiale est la seule issue. Personne ne peut faire ce qui est nécessaire: d'injecter plus d'argent dans le système pour stimuler la croissance, réduire la dette faramineuse des marchés émergents, et de superviser les opérations de fragile des institutions financières. Une banque centrale mondiale pourrait fournir plus d'argent à l'économie mondiale quand elle est en train de perdre de la vapeur. De plus, une telle banque pourrait jouer un rôle de supervision pour les banques et autres institutions financières partout, fournissant des normes uniformes en matière de prêt prudentes dans des endroits comme la Chine et le Mexique. Toutefois, le règlement ne doivent pas être lourde." Garten se poursuit : "il y a deux façons de banque centrale mondiale pourrait être financé. Il pourrait avoir des lignes de crédit de toutes les banques centrales, en tirant sur eux dans les mauvais moments et de rembourser lorsque les marchés se présenter. Sinon - et certes plus difficile à réaliser - elle pourrait être financée par un tarif très modeste sur l'ensemble du commerce, collectés au point d'importation, ou par une taxe sur certaines transactions financières mondiales."

Fait intéressant, Garten résume "qu'une chose qui ne serait pas acceptable serait de la banque d'être à la merci des assemblées législatives à court terme axée. En substance, il n'est pas de rendre des comptes à la population du monde." Ainsi, il pose la question : "A qui serait une banque centrale mondiale en être responsable ? Il aurait trop de pouvoir être régie que par des technocrates, mais elle doit être dirigée par les meilleurs d'entre eux. Une possibilité serait de lier la nouvelle banque à un élargissement du Groupe des Sept - peut-être un 'G-15' ou dans le contexte actuel, le G20, qui comprendrait le G-7 et de membres de rotation comme le Mexique, le Brésil, Afrique du Sud, Pologne, Inde, Chine et Corée du Sud. Il a en outre indique qu'il faudrait une collaboration très étroite entre la Banque mondiale et la Fed, et que La banque mondiale ne serait pas fonctionner aux États-Unis et il ne serait pas en mesure de passer outre aux décisions de notre banque centrale. Mais il pourrait fournir l'ingrédient manquant internationale - un financement d'urgence à court d'argent pour les marchés émergents. Il n'aurait aucune incidence sur les taux hypothécaires américains, mais il pourrait aider à la rentabilité des multinationales américaines en créant un environnement plus sain mondial pour leurs entreprises."

En septembre 2008, Jeffrey Garten a écrit un article pour le Financial Times dans laquelle il indiquait que "même si une vaste opération américaine de sauvetage financier réussit, il devrait être suivie par quelque chose d'encore plus ambitieuses - la création d'une autorité mondiale en matière monétaire pour superviser les marchés qui sont devenus des frontières. Il a souligné que la nécessité d'une nouvelle autorité monétaire mondial. Il a donné le ton pour les marchés des capitaux d'une manière qui ne serait pas viscéralement opposé à une fonction de supervision publique forte avec les règles d'intervention, et il reviendra à la formation de capital dans le but de la croissance économique et le développement plutôt que de négociation pour lui-même."

En outre, "la GMA serait un réassureur ou discounter de certaines obligations détenues par les banques centrales. Il exerce son contrôle sur les activités de réglementation des autorités nationales avec plus de dents que le FMI a et superviser la mise en œuvre d'un nombre limité de règlements mondiaux. Il serait de surveiller les risques mondiaux et d'établir un système efficace d'alerte rapide avec plus de poids des alarmes de la BRI. Par ailleurs, Le plus grand des entreprises mondiales financières devront s'inscrire auprès de la GMA et être soumis à son contrôle, ou être mis à l'index. Cela inclut les sociétés commerciales et des banques, mais aussi les fonds souverains, hedge funds et les gigantesques entreprises d'équité privée. Il recommande que son conseil comprennent les banques centrales non seulement des États-Unis, Royaume-Uni, la zone euro et au Japon, mais aussi la Chine, l'Arabie saoudite et le Brésil. Il serait financé par les cotisations obligatoires de tous les pays et capable de primes d'assurance-type de sociétés financières mondiales - cotée en bourse, appartenant au gouvernement, et privée."

En octobre 2008, il a été signalé que les PDG de Morgan Stanley John Mack a déclaré "que'elle peut prendre la coordination internationale continue de libérer entièrement les marchés du crédit et de résoudre la crise financière, peut-être même en formant un nouvel organisme mondial chargé de superviser le processus."

À la fin Octobre 2008, Jeffrey Garten a écrit un article pour Newsweek dans lequel il a déclaré que "les dirigeants doivent commencer à jeter les bases pour établir une banque centrale mondiale. Il a expliqué qu'iIl fut un temps où la Réserve fédérale américaine a joué ce rôle d'administration des pouvoirs financiers du monde, en tant qu'institution financière de premier économie la plus puissante du monde, de superviser la monnaie globale. Mais avec la croissance des marchés de capitaux, la hausse des monnaies comme l'euro et l'émergence de puissants acteurs comme la Chine, le déplacement des richesses vers l'Asie et le golfe Persique et, bien sûr, les problèmes profondément enracinés dans l'économie américaine elle-même , la Fed n'a plus la capacité de mener à lui tout seul."

Il explique les critères et les opérations d'une banque centrale mondiale, en disant que "cela pourrait être la principale autorité de réglementation des grandes institutions financières mondiales, telles que Citigroup ou Deutsche Bank, dont les activités s'étendent au-delà des frontières, ainsi qu'agir comme une faillite tribunal lorsque les grandes banques mondiales qui opèrent dans plusieurs pays doivent être restructurées. Il pourrait superviser non seulement les grandes banques commerciales, telles que Mitsubishi UFJ, mais aussi les alternatives du système financier qui s'est développé ces dernières années, consistant en des hedge funds, les groupes de private equity et des fonds souverains, qui sont tous désormais sensiblement non réglementée. De plus, il pourrait avoir une influence sur les taux d'échange de clés, et pourrait entraîner une nouvelle conférence monétaire de réaligner le dollar et le yuan, par exemple, pour l'une de ses premières missions sera de faire face aux grands déséquilibres financiers qui pendent comme une épée sur l'économie mondiale."

Il postule en outre "qu'une banque centrale mondiale ne ferait pas disparaître la nécessité pour la Réserve fédérale ou d'autres banques centrales nationales, qui auront toujours la responsabilité de première ligne pour des politiques de réglementation et de la stabilité monétaire dans leurs pays respectifs. Mais ce serait avoir une influence lourde sur eux quand il s'agit de suivre les politiques qui sont compatibles avec la croissance mondiale et la stabilité financière. Par exemple, il pourrait fonctionner avec des pays clés afin de mieux coordonner les programmes nationaux de relance alors que le monde entre dans une récession, comme c'est le cas maintenant, alors que l'impact cumulatif des divers efforts nationaux ne sont pas de façon si spectaculaire dépassement qu'ils semer les graines d'une crise de l'inflation mondiale. Ceci est une grande menace que les dépenses du gouvernement va partout dans le surmenage."

En janvier 2009, il a été signalé qu'une solution claire pour éviter une répétition des problèmes serait la création d'une banque centrale mondiale - avec le FMI et la Banque mondiale étant incapable d'empêcher la crise financière. Dr. William Overholt, Senior Research Fellow à la Harvard Kennedy School, anciennement à l'Institut Rand, a prononcé un discours à Dubaï dans lequel il disait que "pour éviter une autre crise, il nous faut une capacité à gérer la liquidité mondiale. Théoriquement, qui pourrait être réalisé par une sorte de banque centrale mondiale, ou par la création d'une monnaie mondiale, ou par l'acceptation mondiale d'un ensemble de règles avec des sanctions et un mécanisme de règlement des différends."

Guillermo Calvo, professeur d'économie, affaires internationales et publiques à l'Université Columbia a écrit un article pour VOX à la fin Mars 2009. Calvo est l'ancien chef économiste de la Banque interaméricaine de développement, et il est actuellement chercheur associé au National Bureau of Economic Research (NBER) et président de l'Association économique internationale et l'ex-conseiller principal au département de recherche du FMI.

Il a écrit que "la disponibilité de crédit n'est pas assurée par le règlement financier strictes. En fait, il peut être contreproductif si elle est accompagnée par la création d'un prêteur de dernier recours (prêteur en dernier ressort) qui adoucit radicalement la gravité de la crise financière en fournissant des lignes de crédit en temps opportun. Avec cet objectif à l'esprit, le XXe siècle a vu la création de réseaux nationaux ou régionaux des banques centrales en charge d'un sous-ensemble du marché des capitaux. Il est désormais évident que le domaine de la vigueur des banques centrales est très limitée et le monde n'a pas l'institution qui remplit le rôle nécessaire mondiale. Le FMI est en mouvement dans cette direction, mais il est encore trop petit et trop limitée pour bien faire."

Il préconise que "la première proposition que je voudrais faire est que le sujet de la réglementation financière doit être examinée avec la question d'un prêteur de dernier ressort. De plus, il a proposé que les institutions financières internationales doit être rapidement doté d'une puissance de feu beaucoup plus pour aider les économies émergentes à travers la période de désendettement. "

Un "nouvel ordre mondial" dans le secteur bancaire

En mars 2008, suite à l'effondrement de Bear Stearns, Reuters a signalé sur un document publié par le cabinet d'études CreditSights, qui a déclaré que "les entreprises financières font face à un« nouvel ordre mondial acquisitions ", et que« la consolidation de l'industrie et plus peuvent suivre après JPMorgan Chase & Co. En outre, en cas de consolidation future, les acquéreurs potentiels identifiés par CreditSights comprennent JP Morgan Chase, Wells Fargo, US Bancorp, Goldman Sachs et Bank of America."

En Juin 2008, avant il était le secrétaire au Trésor dans l'administration Obama, Timothy Geithner, à la tête de la Réserve fédérale de New York, a écrit un article pour le Financial Times la suite de sa participation à la conférence de 2008 Bilderberg, dans lequel il écrit que "les banques et les banques d'investissement dont la santé est cruciale pour le système financier mondial doit fonctionner dans un cadre réglementaire unifié et il a déclaré que la Réserve fédérale américaine devrait jouer un rôle central dans le nouveau cadre réglementaire, en étroite collaboration avec les superviseurs de États-Unis et partout dans le monde."

En novembre 2008, The National, un important journal des Émirats arabes unis, a rapporté le Baron David de Rothschild qui accompagne le Premier ministre Gordon Brown lors d'une visite au Moyen-Orient, mais pas comme une partie "de la partie officielle" d'accompagnement Brown. Après une entrevue avec le baron, il a été signalé que les actions de Rothschild vue la plupart des gens qu'il ya un nouvel ordre mondial. À son avis, les banques se désendetter et il y aura une nouvelle forme de gouvernance mondiale.

En Février 2009, le Times Online a signalé qu'un nouvel ordre mondial dans le secteur bancaire est nécessaire, et qu'il est de plus en plus évident que le monde a besoin d'un nouveau système bancaire et qu'il ne devrait pas avoir beaucoup de ressemblance avec celui qui a échoué de façon si spectaculaire. Mais bien sûr, ceux qui façonnent le nouveau système bancaire sont les champions du système bancaire précédent. Les solutions qui vont suivre sont tout simplement les extensions du système actuel, seuls accéléré par la nécessité posés par la crise actuelle.

Un gouvernement mondial émergent

Un article récent dans le Financial Post a déclaré que "le danger dans le cours actuel est que si le monde passe à une monnaie de réserve souveraine »conçu par des experts, tels que la Commission d'experts de l'ONU, dirigé par l'économiste lauréat du prix Nobel, Joseph Stiglitz, nous donnerait la possibilité d'un ordre spontané de l'argent et l'harmonie financiers de rendre une ordonnance à planification centralisée et la politisation de l'argent. Un tel changement de régime mettrait en danger non seulement la valeur future de la monnaie, mais, plus important encore, notre liberté et notre prospérité."

En outre, "une caractéristique désagréable du nouvel ordre mondial pourrait bien se révéler que les écarts de revenu mondial sera creusé parce que les puissances montantes comme la Chine, l'Inde et le Brésil, ce qui concerne les dessous d'eux sur l'échelle comme des rivales potentielles." L'auteur indique en outre que, "Le nouvel ordre mondial ne seront donc pas nécessairement mieux que l'ancien, et que," Ce qui est certain, cependant, c'est que les affaires mondiales vont être considérablement différent de maintenant. "

En avril 2009, Robert Zoellick, président de la Banque mondiale, a déclaré que "si les dirigeants sont sérieux au sujet de la création de nouvelles responsabilités mondiales ou de la gouvernance, laissez-les commencer par moderniser le multilatéralisme à donner de l'OMC, le FMI et la Banque mondiale à le suivi des politiques nationales."

David Rothkopf, chercheur à la Carnegie Endowment for International Peace, ancien sous-secrétaire adjoint au Commerce pour le commerce international dans l'administration Clinton, et ancien directeur général de Kissinger Associates, et membre du Council on Foreign Relations, a récemment écrit un livre intitulé : La puissance des élites mondiales et le monde qu'ils font, dont il est certainement un membre. Lors de l'examen du rôle et de l'ordre du jour de l'économie mondiale. il affirme qu'un monde de mouvements et aux menaces mondiales qui ne présentent pas leurs passeports aux frontières nationales, il n'est plus possible pour un État-nation agissant seul remplir sa partie du contrat social.

Il écrit que, "même les organisations internationales et les alliances que nous avons aujourd'hui, car ils sont défectueux, aurait semblé impossible jusqu'à récemment, notamment le succès de l'Union européenne - un État démocratique unitaire de la taille de l'Inde. L'évolution et les réalisations de ces entités, contre toute attente suggèrent pas de cas isolés mais une tendance générale dans le sens de ce que Tennyson a appelé le Parlement de l'homme, ou loi universelle. Il déclare qu'il est optimiste que les progrès vont se poursuivre à faire, mais il sera difficile, car il concurrence de nombreuses structures du pouvoir national et local et des concepts culturels qui ont des fondations profondes dans le socle rocheux de la civilisation humaine, à savoir la notion de souveraineté."

Il écrit en outre que "les mécanismes de gouvernance mondiale sont plus réalisable dans le contexte actuel, et que ces mécanismes sont souvent créative des solutions temporaires aux problèmes urgents qui ne peuvent pas attendre le monde pour embrasser une idée de plus en plus controversés, comme gouvernement mondial réel."

En décembre 2008, le Financial Times a publié un article écrit par Gideon Rachman, un participant dernières Bilderberg, qui a écrit que "pour la première fois dans ma vie, je pense que la formation d'une sorte de gouvernement mondial est plausible, et qu'un monde public impliquerait beaucoup plus que la coopération entre les nations. Ce serait une entité ayant des caractéristiques quasi étatiques, soutenue par un corps de lois. L'Union européenne a déjà mis en place un gouvernement continental pour 27 pays, ce qui pourrait être un modèle. L'UE a une Cour suprême, une monnaie, des milliers de pages de droit, un service de grande civile et la capacité de déployer des forces militaires."

Il demande ensuite si le modèle européen pourrait pénétrer les marchés mondiaux, et déclare "qu'il y a trois raisons de penser que peut être le cas. Tout d'abord," dit-il, "il est de plus en plus clair que les questions les plus difficiles pour les gouvernements nationaux sont de nature internationale : il y a le réchauffement climatique, une crise financière mondiale et d'une guerre globale contre le terrorisme. Deuxièmement, il affirme qu'il pourrait être fait en grande partie en raison du transport et de communications ayant rétréci le monde. Troisièmement, cela est rendu possible grâce à une prise de conscience changement dans le climat politique, comme la crise financière et le changement climatique poussent nationale gouvernements à l'égard des solutions globales, même dans des pays comme la Chine et les États-Unis qui sont les gardiens féroces traditionnellement de la souveraineté nationale. "

Il a cité un conseiller du président français Nicolas Sarkozy en disant : "La gouvernance mondiale n'est qu'un euphémisme pour le gouvernement mondial, et que le noyau de la crise financière internationale, c'est que nous avons des marchés financiers mondiaux et aucune règle de droit mondial. Mais, les États Rachman que tout pousser vers un gouvernement mondial sera un douloureux et lent processus. Il affirme ensuite que le problème clé dans cette poussée peut être expliqué par un exemple tiré de l'UE, qui a subi une série de défaites humiliantes en référendums, lorsque les plans pour union toujours plus étroite ont été renvoyées devant les électeurs. En général, l'Union a progressé plus rapidement lorsque des contrats de grande envergure ont été convenus par des technocrates et des politiciens - et alors poussé à travers, sans référence directe aux électeurs. La gouvernance internationale tend à être efficace, que si elle est anti-démocratique."

En novembre 2008, le US National Intelligence Council (NIC), la communauté du renseignement des États-Unis du centre de réflexion stratégique à moyen et long terme, a publié un rapport qu'elle a produit en collaboration avec de nombreux think-tanks, cabinets de consultants, les établissements universitaires et des centaines d'autres experts, parmi eux le Conseil de l'Atlantique des États-Unis, le Centre Wilson, RAND Corporation, de la Brookings Institution, l'American Enterprise Institute, Texas A & M University, le Conseil des relations étrangères et Chatham House de Londres.

Le rapport, intitulé : Les tendances mondiales en 2025 : un monde transformé, donne un aperçu des nouvelles tendances politiques et économiques que le monde peut passer par ici à l'an 2025. En ce qui concerne la crise financière, elle affirme que la résolution de ce qui exigera des efforts à long terme d'établir un nouveau système international. Il suggère que la Chine modèle pour le développement devient de plus en plus attractif, il peut y avoir déclin de la démocratisation pour les économies émergentes, les régimes autoritaires, et démocraties faibles frustrés par des années de mauvais résultats économiques. De plus, le dollar ne sera plus la monnaie de réserve mondiale, comme il y aurait probablement un éloignement du dollar.

Il indique que le dollar va devenir "une sorte de premier parmi ses pairs dans un panier de devises en 2025. Cela pourrait se produire soudainement à la suite d'une crise, ou graduellement avec le rééquilibrage mondial. Le rapport des précisions sur la construction d'un nouveau système international, en précisant qu'en 2025, les États-nations ne sera plus le seul - et souvent pas le plus important - les acteurs sur la scène mondiale et le système international aura transformé pour accueillir la nouvelle réalité. Mais la transformation sera incomplète et inégale. De plus, il serait peu probable de voir un général, approche globale, unitaire à la gouvernance mondiale. Les tendances actuelles donnent à penser que la gouvernance mondiale en 2025 sera un patchwork de chevauchement, souvent ad hoc et la fragmentation des efforts, avec des coalitions mouvantes des pays membres, les organisations internationales, les mouvements sociaux, ONG, fondations philanthropiques, et des entreprises." Elle note également que, "la plupart des problèmes urgents transnationaux - notamment le changement climatique, la régulation de la mondialisation des marchés financiers, les migrations, les Etats en déliquescence, des réseaux de criminalité, etc - sont peu susceptibles d'être réglés efficacement que par les actions des différents Etats-nations. La nécessité d'une gouvernance mondiale efficace augmentera plus vite que les mécanismes existants peuvent répondre."

Le rapport aborde le sujet du régionalisme, en déclarant que, l'intégration de la Grande Asie, si elle se produit, pourrait combler le vide laissé par l'affaiblissement multilatéral ordre international fondé sur mais il pourrait aussi saper davantage cet ordre. À la suite de la crise asiatique de 1997, une remarquable série de pan-asiatique-entreprises les plus importantes sont l'ASEAN qui a commencé à prendre racine. Bien rares sont ceux qui font valoir qu'une contrepartie d'Asie vers l'UE est une issue probable, même en 2025, si 1997 est pris comme point de départ, l'Asie a sans doute évolué plus rapidement au cours de la dernière décennie que l'intégration européenne a fait dans sa première décennie. Elle précise en outre que, "le mouvement au cours des 15 prochaines années à un panier de monnaies asiatiques, si ce n'est une unité monétaire asiatique comme un tiers des réserves est plus qu'une possibilité théorique."

Il élabore que, "le régionalisme asiatique aurait des répercussions mondiales, peut-être des étincelles ou de renforcer une tendance vers trois groupes de commerce et financière qui pourrait devenir quasi-blocs (Amérique du Nord, en Europe et Asie de l'Est). Ces blocs auraient des conséquences pour la produits capacité à atteindre mondiale future accords de l'OMC et les pôles régionaux pourraient entrer en concurrence dans la fixation des normes de produits trans-régionaux pour l'informatique, la biotechnologie, la nanotechnologie, les droits de propriété intellectuelle, et d'autres nouvelles économies."

Sur une grande importance à l'adresse, et reflétant des hypothèses similaires faites par Rachman dans son article la défense d'un gouvernement mondial, est le thème de la démocratisation, en disant que "les progrès sont susceptibles de ralentir et de la mondialisation sous réserve de nombreux pays récemment démocratisés à l'accroissement économique et social pressions qui pourraient saper les institutions libérales. C'est en grande partie parce que la meilleure performance économique de beaucoup de gouvernements autoritaires pouvaient semer le doute chez certains sur la démocratie comme la meilleure forme de gouvernement. Les enquêtes que nous avons consultés ont indiqué que de nombreux Asiatiques de l'Est mettre davantage l'accent sur la bonne gestion, y compris en améliorant la qualité des bénéfices, de la démocratie. De plus, même dans beaucoup de démocraties bien établies, les enquêtes montrent une frustration croissante avec le fonctionnement actuel d'un gouvernement démocratique et de questionnement parmi les élites sur la capacité des gouvernements démocratiques à prendre les mesures audacieuses nécessaires pour faire face rapidement et efficacement avec le nombre croissant de problèmes transnationaux."

Conclusion

En fin de compte, ce que cela implique, c'est que l'avenir de l'économie politique mondiale est l'un des mouvements plus en plus vers un système de gouvernance mondiale, ou un gouvernement mondial, avec une banque centrale mondiale et de la monnaie mondiale, et que, parallèlement, ces développements sont susceptibles de se matérialiser dans le visage de et en tant que résultat d'un déclin de la démocratie dans le monde entier, et donc, une hausse de l'autoritarisme. Ce que nous assistons à la création d'un nouvel ordre mondial, composé d'une structure de gouvernement mondial totalitaire.

En fait, le concept même d'une monnaie mondiale et globale de la banque centrale est autoritaire dans sa nature même, car il élimine tout vestige de supervision et de responsabilisation loin de la population du monde, et vers un petit groupe, de plus en plus interconnecté des élites internationales.

Comme Carroll Quigley a expliqué dans son livre monumental, la tragédie et l'espoir, "les pouvoirs du capitalisme financier ont un autre but de grande envergure, rien de moins que de créer un système mondial de contrôle financier dans des mains privées en mesure de dominer le système politique de chaque pays et l'économie du monde dans son ensemble. Ce système devait être contrôlé de manière féodale par les banques centrales du monde agissant de concert, par des accords secrets est arrivé à de fréquentes réunions et conférences privées. Le sommet du système était à la Banque des règlements internationaux à Bâle, en Suisse, une banque privée possédée et contrôlée par les banques centrales du monde qui étaient eux-mêmes des sociétés privées."

En effet, les solutions proposées à la crise financière mondiale profitent à ceux qui ont causé la crise sur ceux qui sont prêts à souffrir le plus en raison de la crise: les classes disparaissent du milieu, dépossédés du monde, les pauvres, les gens endettés. Les solutions proposées à cette crise constituent les manifestations et l'actualisation des objectifs ultimes de génération de l'élite mondiale, et donc, représentent les conditions les moins favorables pour la grande majorité des peuples du monde.

Il est impératif que la population mondiale de tout leur poids contre ces "solutions" et inaugurer une nouvelle ère de l'ordre mondial, l'un des People's World Order, avec la solution située dans la gouvernance locale et les économies locales, de sorte que les gens ont des rôles plus importants dans la détermination de l'avenir et la structure de leurs propres politiques et économiques, et donc, leur propre société. Avec cette alternative de l'économie politique locale, en liaison avec une population mondiale sans précédent et la démocratisation de la communication internationale à travers l'Internet, nous avons les moyens et la possibilité, avant de forger la manifestation la plus diversifiée des cultures et des sociétés que l'humanité ait jamais connu.

La réponse se trouve dans l'internalisation de l'individu du pouvoir de l'homme et de destination, et le refus de l'externalisation de la puissance et le destin de l'homme à une autorité mondiale dont tous, sauf un peuple sélectionnez peu ont accès. Pour internaliser la puissance de l'homme et son destin est de réaliser le don de l'esprit humain, qui a la capacité de s'engager dans la pensée au-delà du matériel, comme la nourriture et un abri, et s'aventurer dans le domaine de la conception. Chaque individu possède - en eux-mêmes - la capacité à penser de façon critique sur eux-mêmes et leur propre vie; le moment est venu d'utiliser cette capacité dans le but d'intérioriser les concepts et les questions de pouvoir de l'homme et son destin: Pourquoi sommes nous ici ? Où allons-nous ? Où devrions-nous aller ? Comment pouvons-nous y arriver ?

Les réponses à ces questions suppose nous sont offertes par une minuscule élite mondiale qui craignent les répercussions de ce qui se passerait si les gens du monde ont été de commencer à répondre à ces questions elles-mêmes. Je ne sais pas les réponses à ces questions, mais je sais que les réponses se trouvent dans l'esprit humain et de l'esprit, celui qui a vaincu et il continuera à surmonter le plus grand des défis pour l'humanité, et, sans doute, le triomphe sur le Nouvel Ordre Mondial.
Article traduit sur Global Research



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...