Recherche

Chargement...

15 mars 2017

AVERTISSEMENT - La dette mondiale est devenue une bombe à retardement prête à nous péter à la gueule !

Selon le Fonds monétaire international (FMI), la dette mondiale a augmenté et atteint désormais un montant monstre de 152 trillions de dollars. Selon d’autres estimations, ce chiffre serait plus proche des 200 trillions milliards de dollars, mais pour les besoins de cet article, nous allons utiliser l’estimation la plus prudente. En conséquence, si vous tenez compte des 152 trillions de dollars de dette mondiale et que vous divisez ce chiffre par 7 milliards de personnes, vous obtenez presque 22 000 dollars, ce qui correspondrait à la dette que chaque personne aurait à sa charge sur cette planète si bien entendu, elle était divisée à parts égales.

Donc, si vous avez une famille composée de 4 personnes, elle aurait à sa charge preque 90 000 dollars par rapport à la totalité de l’endettement mondial.

Aujourd’hui, il n’y a que peu de familles qui sont capables de faire un chèque d’un tel montant, mais nous devons aussi nous rappeler que nous vivons dans certaines des régions les plus riches du globe. Compte tenu du fait que plus de 3 milliards de personnes dans le monde vivent avec 2 dollars par jour voire moins, la vérité, c’est que près de la moitié de la planète est bien incapable de contribuer au remboursement de cette dette mondiale d’un montant astronomique de 152 trillions de dollars. Du coup et vous le savez très bien, on ne devrait pas prendre en compte cette partie de la population mondiale dans ce calcul, et cela signifie que la part de cette dette mondiale qui reviendrait à la charge de votre famille, serait finalement beaucoup, beaucoup plus élevé que ce que l’on avait calculé initialement.

Bien entendu et nous le savons bien, le remboursement de la dette mondiale ne sera jamais réellement répartie équitablement entre toutes les familles. La raison pour laquelle j’ai utilisé cet exemple, réside dans le fait de vous montrer qu’il est tout simplement impossible de rembourser l’intégralité de cette dette et affirmer le contraire ne serait qu’un mensonge.

Nous évoluons au sein de la plus grande bulle d’endettement de toute l’histoire, et nos ingénieurs financiers essaient de faire en sorte qu’elle continue de grossir beaucoup plus rapidement que le PIB mondial n’augmente car si jamais cette dette venait à cesser de croître, alors elle implosera et l’ensemble du système financier mondial sera détruit.

Bill Gross, l’un des financiers les plus respectés de la planète, a récemment déclaré que notre système financier hautement leveragé est comme un camion de nitroglycérine sur une route chaotique.

Et il a parfaitement raison. Tout peut sembler bien se passer pendant un certain temps, mais un jour malheureusement, nous roulerons sur un nid de poule au mauvais moment et tout le système explosera.

La crise financière de 2008 avait été l’occasion de tirer les leçons de nos erreurs, mais nous n’avons rien voulu voir et à la place, on a décidé de faire tourner la planche à billets et de nous endetter à des niveaux jamais vus auparavant. En voici plus de Bill Gross…
L’économie mondiale a créé plus de crédit, par rapport au PIB généré, qu’au début de la Grande Récession de 2008. Aux États-Unis, la dette de 65 trillions de dollars représente environ 4,5 fois le PIB annuel, et ce ratio ne cesse de monter en flèche. En Chine, ce ratio a plus que doublé durant la dernière décennie pour atteindre presque les 4 fois. Depuis 2007, la Chine a ajouté pour 24 trillions de dollars de dettes à son bilan collectif. Durant la même période, l'Amérique et l’Europe ont seulement creusé leur dette de 12 trillions de dollars chacun. Le capitalisme, avec son système bancaire de réserves fractionnaires, dépend de l’expansion du crédit et de l’impression de réserves supplémentaires par les banques centrales, qui sont à leur tour prêtés de nouveau aux banques privées pour créer des magasins de pizza, des téléphones cellulaires et une myriade d’autres produits et ainsi que des entreprises. Mais la création de crédit a des limites et les taux d’intérêt(le coût du crédit) doivent être surveillés avec attention afin que les emprunteurs (pensez subprime) puissent rembourser les échéances mensuelles. Si les taux sont trop élevés, une chute style Lehman Brothers de 2008 pourrait se produire. D’autre part, si les taux sont trop bas, le système tombe en panne, si bien que les épargnants, les fonds de pension et les compagnies d’assurance deviennent incapables de générer un rendement suffisamment élevé pour s’acquitter de leurs passifs.
Il y a toujours un prix à payer lorsque l’on s’endette. Cela me sidère que tant d’Américains ne semblent pas comprendre ce principe de base.

Sur le plan individuel, vous pourriez vivre tel un milliardaire (au moins pendant un certain temps) en obtenant tout un tas de cartes de crédit et en les utilisant jusqu’à ce qu’elles atteignent leur plafond.

Mais toutes les bonnes choses ont une fin et arrive le moment où il faut régler la note.

La même chose est en train de se produit en Amérique. Et durant ces dernières années, les exemples ne manquent pas comme avec la Grèce, Chypre, le Zimbabwe, le Venezuela et tant d’autres pays européens.

Barack Obama est officiellement responsable de plus de 9 trillions de dollars qui sont venus s’ajouter à la dette publique américaine qui était de 10,600 trillions de dollars environ lorsqu’il était arrivé à la Maison Blanche en janvier 2008.

A l’échelle américaine, ce que nous faisons à nos enfants, petits-enfants ainsi qu’aux futures générations d’américains est bien plus que criminel. Thomas Jefferson ainsi que d’autres pères fondateurs de l'Amérique avaient averti que la dette publique équivalait tout simplement au vol des générations futures, et ils avaient tout a fait raison. Lorsque les générations futures auront l’occasion de regarder en arrière et d’étudier le passé, eh bien, ils nous maudiront pour ce que nous leur avons fait. Nous les avons rendu esclave de la dette pour notre confort personnel immédiat.

Beaucoup d’Américains croient que Donald Trump peut améliorer la situation économique à court-terme, et ce bien mieux qu’Obama l’avait fait, mais sincèrement, comment pourrait-il y arriver dans le monde actuel ?

Va-t-il lui aussi emprunter plus de 9 trillions de dollars ?

Un gros test arrive. Revenons quelque temps en arrière, Barack Obama et le Congrès républicain s’étaient mis d’accord pour suspendre le plafond de la dette jusqu’au 15 mars 2017, et cette semaine, nous arrivons à l’échéance.

Le Trésor US sera en mesure de mettre en œuvre des mesures d’urgence pendant un certain temps, mais si le plafond de la dette n’est pas relevé, alors, le gouvernement américain ne sera pas en mesure d’emprunter plus de fric et se retrouvera très rapidement à court de cash. Ce qui suit provient de David Stockman…
Le Trésor US n’aura probablement plus de trésorerie peu après le Memorial Day. Autrement dit, la Maison Blanche sera au centre de tous les conflits concernant le plafond de la dette avant même que Donald et son équipe ne le voient arriver.

Alors qu’il ne reste plus que 66 milliards de dollars, l’argent va maintenant commencer à manquer avant même que la bataille sanglante sur le remplacement/abrogation de l’Obamacare ait été achevée à la Chambre. Cela signifie qu’il n’y aura pas même une lueur d’espoir à l’horizon quant à la réduction d’impôts promise par Trump, pas plus qu’en une reprise économique.
Trump va avoir du mal à trouver les votes pour relever le plafond de la dette. Après tout ce qui est arrivé, très peu de démocrates sont prêts à aider Trump pour quoi que ce soit, et de nombreux républicains sont littéralement opposés au relèvement du plafond de la dette sans qu’il y ait des concessions sur d’importantes réductions d’impôts.

Nous allons donc voir ce qui va se passer.

Si le plafond de la dette n’était pas relevé, alors nous pourrons affirmer avec certitude de l’imminence d’une crise politique majeure et d’une grave récession économique.

Mais si le plafond de la dette était relevé, alors cela signifiera que Donald Trump et les républicains au Congrès seront complices de la destruction de l’avenir économique américain sur le long terme.

Quand vous décidez de vous endetter lourdement, ne vous leurrez pas, il y a des conséquences.

Et lorsque la plus grande bulle d’endettement de toute l’histoire finira par péter, de très graves répercussions en découleront.

Le mieux que nos dirigeants puissent faire pour l’instant, c’est de maintenir en vie cette bulle aussi longtemps que c’est possible, car si elle venait à péter, des événements absolument inconcevables aujourd’hui auront alors lieu. Tic tac tic tac...... le temps est compté !

Article traduit sur TEC

10 mars 2017

FLASH - Wikileaks met au jour les dessous de la CIA qui est capable de tout !

Smartphones, télés connectés, véhicules autonomes,.... il y a rien de tel pour vous espionner à distance et ça donne des sueurs froides. En effet, la CIA peut pirater les appareils connectés et ce n'est pas du pipeau ! En 2014, Le Monde a pointé du doigt la sécurité informatique comme quoi n'importe quel appareil est vulnérable vu qu'il n'a pas de mot de passe pour empêcher tout intrusion.

Près de 9 000 documents présentés comme internes à la CIA ont été publiés ce mardi 7 mars par le site Wikileaks. Ces informations renseigneraient sur les techniques de piratage et de surveillance de l’agence américaine.

Wikileaks affirme s'être procuré les méthodes ultrasecrètes utilisées par la CIA pour pirater des téléphones, des applications de messagerie, et jusqu'à des téléviseurs, dont il a diffusé mardi 7 novembre des premiers éléments. Ces documents, dont Reuters n'a pu vérifier l'authenticité, montrent notamment que la CIA, en association avec d'autres agences de renseignement américaines ou étrangères, a réussi à décrypter les applications de messagerie comme WhatsApp, Telegram et Signal.

Les services secrets américains seraient également en mesure d'utiliser le système Android de Google pour capter des données ou des conversations. Google a dit enquêter sur ce point. Si l'information est avérée, il s'agirait d'une nouvelle fuite potentiellement embarrassante de matériel confidentiel émanant du renseignement américain, sept ans après la diffusion par Chelsea Manning de plus de 700.000 documents confidentiels de l'armée, quatre ans après l'affaire Snowden.

Le site dirigé par Julian Assange (www.wikileaks.org) assure avoir obtenu un ensemble de données comprenant au total plusieurs centaines de millions de lignes de code et "l'ensemble des moyens de piratage" de l'Agence centrale américaine de renseignement. Les documents diffusés mardi n'en sont qu'une partie et le reste sera rendu public par étapes, dit-il. Wikileaks précise cependant qu'il n'a pas souhaité diffuser des documents sur des "cyberarmes 'activées' jusqu'à ce qu'un consensus émerge sur la nature technique et politique du programme de la CIA et sur la manière dont de telles 'armes' devraient être analysées, désactivées et divulguées".

Une fuite jugée crédible

Les agences de renseignement américaines accusent Wikileaks d'avoir des liens avec les services secrets russes, ce que dément le site. Pendant la campagne présidentielle 2016, Wikileaks a publié des courriels internes de hauts responsables du Parti démocrate fournis, selon le renseignement américain, par la Russie dans le but de déstabiliser Hillary Clinton et de favoriser une victoire de Donald Trump.

Dans un communiqué, le porte-parole de la CIA Jonathan Liu a refusé d'émettre un commentaire "sur l'authenticité ou le contenu de prétendus documents du renseignement". Plusieurs experts en cybersécurité ont jugé crédibles ces documents, qui datent de 2013 à 2016. "Les gens des deux côtés du fleuve sont furieux", a déclaré un consultant, par allusion aux sièges de la CIA et la NSA, (Agence nationale de sécurité), situés de chaque côté du Potomac.

"Ce n'est pas une situation à la Snowden. Cela a été dérobé sur une longue période puis remis à Wikileaks." L'ancien technicien de la NSA Edward Snowden s'est fait connaître en révélant en 2013 des documents confidentiels sur les programmes de surveillance des Etats-Unis. Wikileaks écrit notamment que des agents de la CIA ont effectué des recherches pour pirater et prendre le contrôle d'appareils électroniques connectés à internet autres que des ordinateurs ou des smartphones.

Il raconte ainsi que des opérateurs américains et britanniques agissant dans le cadre d'un programme baptisé "Weeping Angel" ont développé des méthodes pour prendre le contrôle d'un téléviseur Samsung "intelligent", en faisant croire qu'il est en veille alors qu'il continue à enregistrer des conversations dans une pièce.

Les manœuvres de la CIA révélées au grand jour

Ces informations baptisées sous le nom de code "Vault 7" dévoilent les milliers de programmes malveillants élaborés par la CIA pour prendre le contrôle d’appareils électroniques. Les IPhone ont été les premières cibles en plus des systèmes fonctionnant sous Android (Google). Avec le piratage des smartphones, la CIA aurait par ailleurs l’opportunité de contourner les protections par cryptage d’applications comme WhatsApp, Signal, Telegram, Weibo ou encore Confide, en capturant les communications avant leur cryptage. La CIA s’est également penchée sur la possibilité de contrôler des véhicules grâce à leurs instruments électroniques, rapporte Wikileaks.

Les conséquences de ces révélations

Wikileaks a réussi à se procurer ces informations après qu’une grande quantité de documents de la CIA a été diffusée auprès de la communauté de la cyber-sécurité. "Cette collection extraordinaire, qui représente plusieurs centaines de millions de lignes de codes, dévoile à son détenteur la totalité de la capacité de piratage informatique de la CIA", explique le site repris par LCI. Selon le site de Julian Assange, l’un des anciens pirates du gouvernement américain et sous-traitants de façon non autorisée aurait donné à WikiLeaks une partie de ces archives. Toujours est-il que "Vault 7" met en avant l’incompétence de la CIA à protéger ses documents secrets. D’autant plus que ces révélations représentent une énorme faille dans la supervision des instruments de cyberattaque. "De nombreuses vulnérabilités exploitées par le cyber-arsenal de la CIA sont omniprésentes et certaines peuvent déjà avoir été découvertes par des agences de renseignement rivales ou par des cyber-criminels", a confié WikiLeaks.

Sources : L'info.re et Reuters
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/03/07/97001-20170307FILWWW00302-la-cia-visee-par-une-revelation-de-wikileaks.php
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...