Recherche

24 juin 2017

FLASH - Quand les soirées télé commencent de plus en plus tard !

Vous avez remarqué depuis quelques temps que les films, documentaires, séries,.... démarrent largement après 21 heures. A qui la faute ? La publicité en pagaille et certains émissions en direct qui finissent tard, n'est-ce pas C8 et TMC mais aussi TF1 ! Marre de louper le début ? Passez aux DVD, VOD ou services Replay.

Les téléspectateurs s'en plaignent souvent. Les primes télé, programme phare des chaînes de télévision en début de soirée, commencent de plus en plus tard. Annoncés à 20h50 dans les programmes télé, beaucoup commencent en fait à 21 heures, voire au-delà. C'est notamment le cas de C8 et TMC, dont les primes peuvent débuter après 21h15.

Oui mais 15 minutes de retard, c’est 15 minutes de fin de programmes regardées en dormant, 15 minutes d’ego écorné, 15 minutes où l’on sent méchamment peser le poids des années. Sans parler de ces fameuses « deuxièmes parties de soirée » qui existaient sûrement quand on était petit à la télé, mais que là, plus personne ne regarde pour de vrai.
  • La faute à Cyril Hanouna et Yann Barthès, dont les émissions dites d’access prime time finissent toujours un peu plus tard, et qui bloquent à elles seules 3 millions de téléspectateurs que les autres chaînes vont gentiment attendre avant de démarrer leur soirée.
  • Autre coupable, la pub. 25 millions de personnes regardent la télé à 21 heures. Sur les chaînes privées, après le JT, on saupoudre une pub, la météo, une pub, un programme court, une pub, une bande-annonce, une pub. Et on s’en rajoute une petite lichette juste après 21 heures, le passage dans une nouvelle heure permettant un nouveau décompte du temps accordé à la réclame.
Cela fait déjà quelques années que les chaînes reculent l'horaire de démarrage des premières parties de soirée. Le but : multiplier les écrans publicitaires en les plaçant entre divers programmes courts ou bandes-annonces, mais aussi en allongeant le journal de 20 heures, comme l'a fait France 2. La chaîne publique espérait récupérer quelques téléspectateurs de TF1 et "remplacer son tunnel de pub (elle n'a plus le droit d'en diffuser après 20h) par une suite de programmes sponsorisés", explique Laurent Fonnet, consultant et ancien responsable de chaînes.

L'heure de début du prime-time est stratégique. "Démarrer trop tôt est préjudiciable. Les téléspectateurs commençant à regarder la télévision à 21 h, ils ne voudront pas prendre un programme en cours de diffusion – un film, par exemple. À l'inverse, commencer trop tard, c'est risquer de perdre le téléspectateur, qui aura déjà fait son choix sur une autre chaîne", note un programmateur. Les chaînes de la TNT, qui se sont longtemps démarquées en commençant plus tôt, ont fini par s'aligner sur les chaînes historiques. "Le public est disponible pour consommer un programme de soirée après avoir vu les bulletins météo qui suivent les JT de 20 heures," poursuit Laurent Fonnet. "Comme ceux-ci sont majoritairement suivis sur les chaînes historiques, celles de la TNT risquaient de ne pas récupérer les téléspectateurs en commençant trop tôt."

Mais la stratégie d'horaire des prime-times est avant tout économique. Car c'est entre 21 h et 21h15 que les téléspectateurs sont les plus nombreux devant leur écran, avec un total d'environ 25 millions de personnes. D'où l'intérêt pour les chaînes privées de placer quelques spots publicitaires dans ce créneau, qu'elles vendent au prix fort. Mais la loi impose des contraintes : un maximum de douze minutes par "heure d'horloge" (20h-21h, 21h-22h, etc.), avec des écrans n'excédant pas six minutes chacun, et pas plus de deux coupures par programme. "Comme le compteur est remis à zéro à 21 h, une chaîne a donc intérêt à placer trois ou quatre minutes de pub à ce moment-là, puis à démarrer son prime, qu'elle pourra encore couper deux fois", explique Laurent Fonnet.

Le CSA impuissant

Les téléspectateurs peuvent bien s’agacer de la diffusion tardive de leur soirée télé. Et ils n’ont pas le choix. Le conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) ne peut agir puisque de nombreuses exceptions existent (émissions en direct, circonstances exceptionnelles liées à l’actualité...) et permettent aux chaînes de s’affranchir de leur obligation de respect des horaires.

Les magazines de télé, eux, se tiennent aux grilles communiquées par les chaînes. Mais alors pourquoi s’obstinent-elles à annoncer leurs programmes à 21 heures, ou 20h55 comme pour TF1, si elles choisissent au final de les faire débuter au-delà de 21h05 ? Pour ne pas décourager ses téléspectateurs et profiter des EPG, ces petits synthés qui affichent le programme en cours lorsque vous changez de chaîne. Une petite astuce qui permet de capter des téléspectateurs qui étaient alors en train de zapper en quête d’un programme susceptible de les intéresser.

Bientôt des programmes débutant à 21h30 ?

Verra-t-on prochainement des programmes de soirée débuter vers 21h30 ? Pas sûr... Les chaînes de télévision risqueraient alors de sacrifier les émissions de deuxième partie de soirée. Autre risque: « Le renforcement du replay et l’accélération du changement des comportements des téléspectateurs », ajoute Laurent Fonnet. Une nouvelle habitude qui aura au moins un mérite pour le public : choisir lui-même l’heure du début de son programme favori.

Carton rouge pour C8 !

Touche pas à mon poste diffusé sur C8 se termine de plus en plus tard et les téléspectateurs qui souhaitent suivre le programme suivant s'impatientent et ne sont pas tendres avec l'animateur vedette Cyril Hanouna ! Florilège de vos réactions.

Touche pas à mon poste rassemble chaque soir sur C8 près de 2 millions d'inconditionnels. Entouré de ses chroniqueurs Cyril Hanouna fait de ce rendez-vous, un moment de détente incontournable. Sauf que quand on s'amuse on ne voit pas le temps passé et c'est bien cela dont il s'agit. Quand la joyeuse bande prend l'antenne à 18h50, nul ne sait à quelle heure elle va s'arrêter ! Le programme suivant s'en trouve décalé de 10, 15, 20, voire 30 minutes. Et ce retard commence à excéder certains téléspectateurs.
"Nous ne comprenons pas que les dirigeants de C8 ne disent rien à leur animateur vedette. Cyril Hanouna monopolise l'antenne et lorsque nous voulons regarder les films initialement prévus à 21h nous sommes obligés d'attendre sagement que ce Monsieur rende l'antenne ! C'est vraiment agaçant !"
E. Par email
"Et si on lançait une pétition contre le non-respect des horaires de Monsieur Hanouna ? Je ne pense pas être la seule à être "fumasse", j'en ai assez d'être à la merci de cet animateur tous les soirs, les programmes ne commencent jamais à l'heure prévue !"
Antoinette Moreau. 91 Juvisy-sur-Orge
"Quand on s'amuse Monsieur Hanouna on ne voit pas le temps passé n'est-ce pas ? Mais moi je commence à être franchement excédé que vous ne respectiez pas la plage horaire qui vous est impartie. Quand le programme suivant nous intéresse nous devons prendre notre mal en patience et attendre que vous daigniez envoyer votre générique de fin."
Yvonne et Philippe. 14 Douvres-La-Délivrande
"C'est de pire en pire, pas une seule soirée ne passe où Touche pas mon poste respecte les horaires. Nous avons droit à 10 minutes de "au revoir mes chéris, à demain mes petites beautés, bonne soirée mes chéris..." Tous les soirs c'est la même chanson ! Et pendant ce temps-là nous attendons notre film et nous commençons à bouillir, nous avons un petit boulot le lendemain, si vous voulez tout savoir !"
Anita Michel. 41 Romorantin-Lanthenay
"J'aimerai bien que Cyril Hanouna lise cette lettre et s'en inspire surtout : J'en ai ras le bol de vos émissions qui s'éternisent, je travaille le lendemain et j'aimerai bien de temps en temps suivre un film qui commence à l'heure prévue et pas me coucher a des heures indues ! Merci d'en prendre note."
M. 70 Mélisey
"J'aime regarder Touche pas à mon poste, je passe un bon moment mais ces débordements d'horaire m'empêchent de suivre les programmes des autres chaînes. Quand Cyril Hanouna rend l'antenne toutes les émissions sont commencées. Je ne peux rien suivre, ainsi je suis cantonnée à suivre les émissions de C8, c'est malin comme démarche !
Anthony. 77 Sancy-Lès-Provins
"Touche pas à mon poste traîne de plus en plus en longueur et nous si le programme suivant nous intéresse nous n'avons qu'à attendre. Ce comportement est irrespectueux !"
Babeth J. Par email
"Je sais que mon coup de sang ne changera rien mais j'en ai après Cyril Hanouna, sous prétexte qu'il fait de très bonnes audiences il se croit tout permis, il ne respecte pas les horaires. Son émission se termine de plus en plus tard. Pourquoi les dirigeants de C8 ne lui disent rien ?"
Thierry Faucher. 75 Paris
"De qui se moque-t-on sur C8 ? Le film Tango & Cash était programmé à 21h le 08 février, il a fallu regarder l'autre idiot de Touche pas à mon poste jusqu'à 21h17, ensuite il a eu la publicité jusqu'à 21h27 et enfin nous avons accédé à notre programme."
Denis. 28 Nogent le Rotrou

Sources : Le Figaro, France Inter, Europe 1, Teleloisirs, Telestar


23 juin 2017

FLASH - Les trois quarts de l'Humanité menacés de mourir de chaud d'ici peu de temps !

Un avertissement va faire monter la température à des niveaux record. En effet, les canicules et vagues de chaleur vont être de + en + fréquents et intenses voire extrêmes. Dans un futur proche, il y aura pratiquement plus de saison hivernale dans les régions tempérés tel qu'en Europe. La planète pourrait prendre 6 à 8 degrés de + d'ici la fin de ce siècle.

Une nouvelle étude tire la sonnette d'alarme : en l'absence de réduction drastique des émissions de CO2, jusqu'à 75 % des habitants de la planète pourraient être victimes de vagues de chaleur meurtrières à l'horizon 2100.

Dans une photo du 4 juin 2017, des Pakistanais se baignent dans un canal afin de vaincre la chaleur et d'échapper au températures extrêmement élevées lors de ce 8e jour du mois de ramadan. Des températures maximales de 47°C ont été enregistrées à Lahore, au Pakistan.

Selon une nouvelle étude, 30 % de la population mondiale est à l'heure actuelle exposée à des vagues de chaleur potentiellement meurtrières 20 jours par an voire plus. À la manière d'un feu de forêt qui gagne du terrain, le changement climatique favorise la propagation de cette chaleur intense.

En l'absence d'importantes réductions des émissions de gaz à effet de serre, tels que le CO2, jusqu'à trois personnes sur quatre courront le risque de mourir de chaud à l'horizon 2100. Cependant, d'après l'analyse publiée ce lundi dans Nature Climate Change, une personne sur deux est susceptible d'être exposée à des vagues de chaleur meurtrières pendant au moins 20 jours par an à la fin du siècle, même si des réductions adviennent.

« Les vagues de chaleur meurtrières sont un phénomène très fréquent. Le fait que notre société ne s'inquiète pas davantage des dangers que cela implique m'échappe », déclare Camilo Mora, professeur à l'université de Hawaï à Manoa et principal auteur de l'étude. « La canicule qui a frappé l'Europe en 2003 a causé la mort d'environ 70 000 personnes, soit plus de 20 fois le nombre de personnes tuées dans les attentats du 11 septembre. »

Les canicules dangereuses sont bien plus fréquentes qu'on ne le pense et tuent à travers plus de 60 régions du globe chaque année. Parmi elles, on pense notamment à la canicule de Moscou en 2010 qui a causé la mort d'au moins 10 000 personnes et celle de Chicago en 1995, au cours de laquelle 700 personnes sont décédées du fait des températures élevées.

Les vagues de chaleur ont fait d'autres victimes plus récemment. Au cours des deux dernières semaines, des dizaines de personnes ont succombé à la canicule actuelle qui sévit en Inde et au Pakistan, avec des températures atteignant un record de 53,5°C. Aux États-Unis, d'autres décès liés à la chaleur ont d'ores et déjà été constatés cet été.

DÉCOMPTE DES VICTIMES

Camilo Mora et un groupe international de chercheurs et d'étudiants ont épluché plus de 30 000 publications pertinentes, à la recherche de données relatives à 1 949 études de cas de villes ou de régions où des décès ont été causés par une forte hausse des températures. Des vagues de chaleur meurtrières ont été enregistrées à New York, Washington, Los Angeles, Chicago, Toronto, Londres, Pékin, Tokyo, Sydney et São Paulo.

Les habitants des régions tropicales humides sont les plus exposés : une légère hausse des températures ou de l'humidité moyennes suffit à entraîner des décès. Mais la chaleur peut être meurtrière même sous des températures modérées inférieures à 30°C dès lors qu'elles sont combinées à une très forte humidité, explique Camilo Mora.

Selon Richard Keller, professeur d'histoire de la médecine à l'université du Wisconsin à Madison, la chaleur tue dix fois plus de personnes aux États-Unis que ne le font les tornades ou autres catastrophes naturelles.

« Ces températures extrêmes nous prennent de court car nous trouvons cela normal qu'il fasse chaud en été », affirme le professeur, qui est également l'auteur d'un livre sur la canicule européenne de 2003.

La température interne du corps humain a besoin d'être comprise entre 37 et 38 degrés ; au-delà, la fièvre nous guette. Quand les températures augmentent, la réaction naturelle du corps est de transpirer afin de se refroidir.

Lorsque l'indice de chaleur (une mesure qui tient compte de la température et de l'humidité) atteint les 40°C, le corps se met à chauffer lentement jusqu'à être à température ambiante, à moins que des mesures soient prises pour le refroidir.

Sur une photo du 9 août 2010, un banc se transforme en surface de récupération sur la place Manezhaya, située juste à l'extérieur du Kremlin, à Moscou, en Russie. En 2010, la capitale russe a été engloutie sous un nuage de pollution toxique, alimenté par des feux de forêt et une vague de chaleur écrasante qui a causé la mort d'environ 55 000 personnes à travers l'ouest de la Russie.

Les plus jeunes et les personnes âgées sont les plus vulnérables car elles manquent de ressources et sont plus isolées socialement. D'après Richard Keller, lors de la canicule européenne de 2003, l'écrasante majorité des personnes décédées pendant l'épisode de canicule en France avaient 75 ans ou plus et vivaient seules.

« Les inégalités grandissantes entraînent une augmentation des décès dus aux pics de chaleur », affirme-t-il.

LE RÉCHAUFFEMENT DES PAYS DU SUD

Le professeur explique que si la chaleur n'était pas considérée comme un énorme problème en Inde, au Pakistan et dans d'autres pays du Sud, les vagues de chaleur sans précédent se font désormais de plus en plus fréquentes et intenses à cause du changement climatique.

Ces dernières années, des milliers de personnes ont péri à cause de canicules en Inde. Une autre étude récente parue dans la revue scientifique Science Advances a révélé que le nombre de vagues de chaleur faisant plus de 100 morts en Inde a augmenté de 2,5 fois entre 1960 et 2009. Steven Davis, co-auteur de l'étude et professeur à l'université de Californie à Irvine attribue cette hausse au changement climatique.

Pourtant, la température moyenne de l'Inde n'a augmenté que de 0,5°C au cours de ces 50 dernières années, une moindre augmentation, en comparaison à d'autres régions du monde.

Les mesures de températures de l'air en surface indiquent un réchauffement de la Terre d'un degré Celsius depuis la période pré-industrielle, mais cette augmentation n'est pas répartie de façon uniforme. L'Arctique connaît une hausse moyenne de 2,5 °C et, en novembre 2016, une augmentation sans précédent de 20 °C a été enregistrée sur une grande partie de l'océan Arctique, une région plus grande que la partie continentale des États-Unis.

Steven Davis souligne que de légères augmentations des températures moyennes peuvent avoir des conséquences considérables au sein des pays tropicaux, en particulier sur les populations pauvres qui sont extrêmement vulnérables.

« À Chicago, les gens peuvent échapper à la chaleur, ce qui n'est pas le cas de nombreuses personnes pauvres en Inde », explique-t-il.

« Voilà l'impact du changement climatique sur le terrain », déclare Steven Davis. Il ajoute qu'il n'est pas surprenant qu'il y ait 60 canicules meurtrières par an. La hausse des températures conduit les personnes à fuir leur domicile et à migrer.

« Notre négligence en matière environnementale a été telle que nous sommes désormais à court de solutions », explique Camilo Mora, de l'université de Hawaï.

« En ce qui concerne les vagues de chaleur, nos options vont maintenant du "pire" au "moins pire" », ajoute-t-il. « De nombreuses personnes à travers le monde en paient déjà les conséquences. »

Source : NG

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...